La Gabelle: Un lien inter-rives qui gagne à être connu

Vous savez tous que je parle souvent du MTQ, de ses bons coups, mais évidemment, je parle surtout de ses mauvais. Cette fois, je vais vous montrer que d’autres organismes gouvernementaux permettent le passage des véhicules à travers leurs installations. Dans le cas présent, il s’agit d’Hydro-Québec.

Ce passage, que l’on ne retrouve pas sur les cartes routières officielles, n’est pas une autoroute; on y retrouve donc n’importe quoi, que ce soit des quads (VTT), des motoneiges, en hiver, etc. D’ailleurs, le passage n’était ouvert, autrefois, qu’à ces véhicules. Mais H-Q a décidé, il y a quelques années, d’ouvrir son lien inter-rives aux voitures, et camions légers. Voici donc des images de ce passage, de moins en moins secret.

Je tiens à vous aviser que compte tenu du fait que certaines photos furent prises en mouvement, elles sembleront déformées. C’est normal.

Je suis arrivé à l’intersection du Chemin de la Gabelle, à Saint-Étienne-des-Grès, du côté ouest de la rivière Saint-Maurice. La Gabelle est aussi le nom du barrage d’Hydro-Québec.

Comme il s’agit d’infrastructures un peu particulières, H-Q a pris soin d’installer un panneau indiquant le mode de fonctionnement du passage.

Nous voilà donc sur la rive ouest de la rivière Saint-Maurice, en attente de l’ouverture de la barrière.

Comme l’ouverture des barrières est automatisé, en fonction d’une vitesse de 20 km/h, lorsque l’on traverse plus rapidement, ce qu’a probablement fait ce quadiste, il faut attendre que l’ouverture se fasse.

Nous sommes engagés dans le lien inter-rives. Le passage, sur le barrage, ne laisse passer qu’un seul véhicule à la fois. Au bout du virage, le système d’ouverture des vannes.

Nous sommes au-dessus des vannes du barrage. Droit devant, la centrale électrique La Gabelle.

Dans le miroir, situé le long du parapet, juste à l’intérieur du virage, nous voyons l’extrémité est de la centrale. Le lien ne laisse toujours passer qu’un véhicule à la fois.

Bon, j’ai dû rouler trop vite, moi aussi, puisque je dois aussi attendre, pour une minute ou deux, l’ouverture de la barrière qui me conduira sur la rive est de la rivière Saint-Maurice.

Mais voilà, tout vient à point à qui sait attendre. La barrière se soulève pour me permettre de gagner le rang des Grès, puis le rang Saint-Flavien, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, municipalité qui est située le long de la route 157.

Il faut être prudent, et surtout respectueux des règles de circulation sur le lien inter-rives d’Hydro-Québec. Puisqu’il s’agit d’installations qui, d’ordinaire, ne sont pas ouvertes au public, la société d’état pourrait très bien, en cas d’abus, mettre fin au lien. Quand on sait qu’il s’agit du seul endroit où l’on peut traverser le Saint-Maurice entre Trois-Rivières et Shawinigan, cela vaut la peine de faire quelques efforts pour respecter les règles de base.

Dans un autre ordre d’idées, le temps me manque. Je n’ai pas encore terminé de publier les billets dont j’ai fait mention, que d’autres photos s’accumulent déjà! Vous verrez donc bientôt l’A-55, entre Drummondville et Sherbrooke, des travaux sur l’A-10, en Estrie, le chevauchement de celle-ci et de la route 112, entre Sherbrooke et Magog, ainsi que de toutes nouvelles photos du chantier de l’A-15 nord, à Mirabel. D’ici-là, je souhaite la meilleure des chances, et beaucoup de courage, à ceux et celles qui vivront le supplice du déménagement, ainsi qu’une joyeuse fête du Canada.

About these ads

4 réflexions sur “La Gabelle: Un lien inter-rives qui gagne à être connu

  1. je peux vous dire que vos photos sont tres belle et aussi je peux dire que c’est long a attendre que les barrieres s’ouvre (surtout en mobilette car jme promene tres souvent en mobilette ds ce coin la) !!!

    J'aime

  2. Bonjour Richard,

    C’est toujours particulier de traverser un cours d’eau sur un barrage. Cela fait différent d’un pont, on peut profiter du spectacle qu’offre l’écoulement des chutes d’eau artificielles par les vannes, une telle installation est toujours captivante en soi, et cela représente souvent un raccourci non négligeable. C’est bien qu’Hydro Québec permette la circulation sur ces barrages, quand c’est possible et sécuritaire.

    À Laterrière, il y a le barrage du Portage-des-Roches, qui régule la rivière Chicoutimi et contribue à former le réservoir d’eau qu’est le lac Kénogami. Ce barrage est devenu populaire en 1996 lors du Déluge, l’eau ayant passé par-dessus. On peut y circuler à pied comme en voiture, et on y a une vue imprenable sur la rivière. Au printemps, lorsque la crue des eaux nécessite l’ouverture de plusieurs, voire même toutes les vannes… Ça brasse pas mal!

    Dans la ville de Chicoutimi, il y a le pont Arnaud, un petit barrage hydroélectrique situé plus en aval sur la rivière Chicoutimi par rapport au Portage-des-Roches. Bien qu’il soit possible d’y faire circuler des véhicules routiers, l’accès leur est interdit. Par contre, pendant longtemps, une ouverture était laissée ouverte dans la clôture pour permettre de circuler à pied et en vélo.

    Un jour, je me suis rendu sur le pont Arnaud pour aller filmer des trains du chemin de fer Roberval-Saguenay; en effet, un pont ferroviaire surplombe la rivière tout juste à côté du barrage, et l’endroit offrait de belles opportunités pour faire du vidéo. De retour chez moi, en visionnant mes scènes, j’étais insatisfait du résultat; j’étais trop près de la voie, la vibration du train s’est faite sentir dans l’image, et j’ai raté mes mouvements de caméra… Bref, un désastre! Je suis donc retourné le lendemain, avec une meilleure préparation.

    Arrivé sur les lieux… Surprise! L’accès au barrage était clôturé en entier! J’ai quand même réussi à m’infiltrer dans une interstice dans la clôture; je n’allais pas rater une telle opportunité de filmer des trains en cet endroit. Voici le lien menant vers le montage final de ces prises vidéos : j’ai réussi à filmer deux beaux trains, et le vidéo donne en plus un aperçu de l’endroit.

    Vidéos de trains #1 : Roberval-Saguenay à Rang St-Pierre / Pont-Arnaud, Chicoutimi, Québec.

    Bien que l’extrémité du barrage par laquelle je suis arrivé était barricadée, l’autre extrémité était encore ouverte. Les piétons et cyclistes qui arrivaient du côté ouvert se retrouvaient à l’autre bout devant la clôture, surpris et parfois frustrés. Un piéton pouvait passer sans trop de difficulté, comme moi je l’avais fait, mais un cycliste ne pouvait pas passer sans abandonner son vélo de l’autre côté.

    Se produisit alors un effet pervers de cette fermeture; les cyclistes se sont mis à emprunter le pont ferroviaire! Le pont fait seulement la largeur des traverses de bois qui soutiennent les rails, il n’y a aucun garde-fou, et la hauteur du pont est assez élevée pour se blesser gravement ou se tuer en cas de chute. Qui plus est, un train peut arriver à tout moment.

    J’ai même vu un jeune motocycliste traverser le pont ferroviaire très dangereusement. Entre les deux rails sur lesquels les trains roulent, il y a deux autres rails fixés sur les traverses, sur toute la longueur du pont. Ces pièces de métal empêchaient le motocycliste de rouler au centre de la voie; il a donc décidé de rouler sur le rebord du pont, qui sont en fait les traverses qui dépassent des rails, à peine deux pieds de largeur. Ce petit garnement m’a fait très peur.

    Je suis retourné dans ces environs une autre fois pour faire d’autres prises vidéo, mais cette fois, le barrage était solidement clôturé aux deux bouts; même à pied, impossible de passer. De toute façon, ce n’était pas mon intention d’aller sur le barrage, je voulais une scène d’un passage à niveau non loin de là. Cependant, j’ai été à même de constater que les cyclistes et les piétons continuent allègrement d’emprunter le pont ferroviaire.

    J’ai trouvé très bizarre qu’une certaine journée, je me pointe sur ce barrage avec une caméra vidéo, puis le lendemain, au même endroit, une clôture apparaît. Ma caméra était nouvellement acquise, j’en étais à mes premières armes dans la réalisation de vidéos, et déjà… Bon, dans ce cas précis, je me fais peut-être des idées, mais c’est une drôle de coïncidence. Par la suite, pas bien longtemps après, je me suis rendu compte qu’une caméra vidéo, ce n’est pas bien vu partout, et ce n’était pas mon imagination; je me suis vu interpellé par des agents de sécurité à deux reprises à cause de cela, en des endroit que je croyais pourtant bien anodins. On dirait que depuis que Ben Laden a fait des siennes, une caméra est devenue aussi dangereuse qu’une bombe, et amène parfois des mesures de sécurité un peu insensées.

    Où je veux surtout en venir, c’est que je ne comprends pas pourquoi l’accès sur ce barrage est interdit aux piétons et aux cyclistes. Qu’il soit interdit aux véhicules moteurs, je peux comprendre; il y a deux pont qui encadrent le pont Arnaud, et le détour n’est pas long, trois minutes à peine. Pour les piétons et cyclistes, sans le pont Arnaud, ils ne peuvent qu’emprunter le boulevard Barrette et traverser le pont Ulric-Blackburn, et c’est un détour énorme. En plus, pour se rendre au boulevard Barrette, ils doivent emprunter le boulevard St-Paul, qui n’est aucunement convivial pour eux.

    Pourtant, le tablier du barrage est très large et muni de garde-fous; la digue juste à côté est tout aussi large, sans garde-fous toutefois. Rien de très dangereux si on sait rester au centre! Les installations hydroélectriques sont clôturées à mort, et ces clôtures sont dotées de fils barbelés; ce serait très difficile et inutile de tenter de les franchir.

    Beaucoup de travailleurs passaient par là en vélo pour se rendre à leur lieu de travail en peu de temps; bien que je n’excuse pas ceux qui empruntent le pont ferroviaire, ce qui est illégal et dangereux, leur laisser l’accès au barrage serait leur rendre un grand service.

    Un jour, j’aimerais bien visiter des installations plus imposantes, comme celles de la Manic… Il paraît que c’est quelque chose!

    J'aime

  3. Pingback: 4 superbes endroits sur la rivière St-Maurice découverts en participant à la Classique internationale de canots de la Mauricie | Blogue-notes Touristique de la Mauricie

Les commentaires sont fermés.