Les députés: Leur « poids » est important!

Dans mon dernier billet, je mentionnais que les automobilistes, et les citoyens des Basses-Laurentides, qui profitent de l’autoroute 50, devront encore passer leur tour puisque le doublement de l’A-50 ne figure pas au menu de la liste des travaux routiers du MTQ.  Par contre, allez comprendre pourquoi, la région de Chaudière-Appalaches profite déjà, en partie, d’une autoroute 73 récemment doublée, au sud de Sainte-Marie, le reste devant être complété avant longtemps, et ce sans compter que la section à venir, entre Beauceville et Saint-Georges, sera construite en bonne et due forme, avec deux chaussées, et quatre voies.

D’une part, bon an mal an, il y a plus ou moins autant de décès sur les sections en “super-2” de l’A-73 que sur la section Mirabel-Lachute de l’A-50.  Évidemment, certaines sections de l’A-73 sont construites dans des secteurs où le relief est plus accidenté, plus montagneux, alors que la section de l’A-50 qui contourne l’aéroport Montréal-Mirabel par le nord est plutôt construite en terrain planche.  D’un autre côté, le Débit journalier moyen annuel (DJMA), l’unité par laquelle on mesure l’utilisation d’une route, est révélateur; selon les données de 2010, dernière année disponible dans l’Atlas des transports du MTQ, l’A-73, au sud de Sainte-Marie, supporte entre 6600 et 9000 véhicules par jour, ce nombre augmentant à mesure que l’on descend vers le nord, alors que la section Mirabel-Lachute de l’A-50 montre un DJMA qui varie de 11,300 à 18,300 véhicules par jour, en hausse de l’ouest vers l’est.  Ma question; quelle est la raison pour laquelle on a procédé au doublement de l’A-73, et pas à celui de l’A-50?

J’avance l’hypothèse du “poids” de certains députés, à l’Assemblée nationale, mais aussi à Ottawa.

L’autoroute 73, dans la partie qui nous concerne, traverse les circonscriptions de Beauce-Nord et de Beauce-Sud au provincial, et celle de Beauce au fédéral, alors que la section Mirabel-Lachute de l’A-50 passe par la circonscription de Mirabel depuis 2003, mais faisait auparavant partie d’Argenteuil, au provincial, alors qu’au fédéral, la circonscription a changé de nom à plusieurs reprises, passant d’Argenteuil-Papineau à Argenteuil-Papineau-Mirabel en 2000, puis à Argenteuil-Mirabel en 2004, pour ensuite redevenir Argenteuil-Papineau-Mirabel depuis l’élection de 2006.  J’ai fait un petit tableau pour montrer les couleurs locales dans ces circonscriptions depuis 1997 au fédéral, et depuis 1998 au provincial, tableau que l’on peut voir en cliquant ici.

On y constate que la Beauce, au fédéral, est toujours du côté du pouvoir; peut-être cela avantage-t-il cette région, quand vient le temps de faire avancer un dossier, comme le doublement d’une autoroute, par exemple.  De son côté, toujours au fédéral, la circonscription dans laquelle se trouve l’A-50 est toujours dans l’opposition; cette situation serait-elle nuisible à l’avancement des dossiers locaux?

Au provincial, c’est beaucoup moins clair.  La Beauce est divisée en deux circonscriptions, Beauce-Nord et Beauce-Sud.  La première est adéquiste/caquiste depuis 2003, et se retrouve donc, depuis ce temps, continuellement dans l’opposition, alors que la seconde est libérale depuis plus longtemps encore, sauf lors de l’élection de 2007, où elle fut représentée par un adéquiste, ce qui fait qu’elle alterne régulièrement entre le pouvoir et l’opposition.  Ainsi, Beauce-Sud était au pouvoir, tant au fédéral qu’au provincial, au moment de la prise de décision de prolonger l’A-73 au sud du chemin du Golf, à Beauceville.  Dans Mirabel, le scénario est différent; jusqu’à la dernière élection, la circonscription était, depuis 1998, continuellement dans l’opposition.  Les électeurs de la place auraient pu s’attendre à l’aboutissement du dossier du doublement de l’A-50, mais force est de constater que la députée, pourtant en poste depuis dix ans, si l’on fait exception, là aussi, du mandat minoritaire de 2007, n’est manifestement pas assez “pesante”, et ce malgré le fait qu’elle soit maintenant au pouvoir.

Bref, beaucoup de spéculations, mais il reste qu’en bout de ligne, les élus de la Beauce furent plus convaincants, envers leur conseil des ministres respectif, que ceux de Mirabel!

Publicités