Bouffe au travail: Au Québec, les beignes ne sont pas tous chez Tim Horton

Je reviens des provinces Maritimes (ben oui, faut bien que je travaille, des fois!), et je suis renversé par LA nouvelle qui brûle les médias; une personne a été suspendue de son travail, dans un CHSLD, pendant trois jours pour avoir mangé une beurrée de beurre d’arachides.

Bon, OK. Selon ce que j’ai glané, ladite beurrée était destinée aux bénéficiaires.

À mes yeux, il n’y a vraiment pas de problèmes au Québec, pour que les médias s’enflamment sur une maudite beurrée de beurre de peanuts. Je veux dire, une telle affaire ne devrait même pas sortir de l’établissement dans lequel elle est survenue. C’est de la mécanique interne, de la gestion locale,… de l’enculage de mouches, comme dirait Richard Martineau. Mais les médias ne parlent que de cela depuis le week-end. Je m’inquiète surtout de ce que les médias passent sous silence, pendant ce temps, et qui va nous exploser en pleine figure dans quelques jours.

Évidemment, il n’en fallait pas plus pour que d’autres “crimes” sortent dans la presse; une autre personne a été suspendue pour 30 jours pour avoir consommé… un beigne. Ça va être quoi, la suite? Trois mois pour une pizza?

C’est dans la poursuite de méfaits de la sorte que passe, malheureusement, une grande partie du budget de la santé; une personne A, qui a vu un poste affiché lui échapper à cause d’une personne B, plus ancienne, qui a signé à la dernière minute, décide de se venger en dénonçant à sa supérieure C que B a “volé” de la bouffe destinée aux bénéficiaires, et ce même si lesdits bénéficiaires avaient fini de manger, et qu’il en restait abondamment. Dans les jours qui suivent, C convoque B pour revenir sur les faits, et suspend B pour quelques jours. Par la suite, les représentants syndicaux de B convoquent la partie patronale, dont C, et déposent un grief parce que B a fait l’objet de mesures disciplinaires abusives. Le grief suit les étapes prévues à la convention collective jusqu’au règlement de la situation. Bien entendu, chaque personne impliquée dans ce processus doit être remplacée dans ses tâches normales pendant l’évolution de ce processus, qui peut parfois durer plusieurs semaines, sinon quelques mois.

Et qui paie, pour tout cela, selon vous?

Publicité

Une réaction sur “Bouffe au travail: Au Québec, les beignes ne sont pas tous chez Tim Horton

  1. La policière de Drummond, Marie-Ève Vallerand doit profiter beaucoup des 10-20 pour manger des beignes, sous-marins, frites …..a pas la shape pantoute !! la silhouette idéale pour être police :-0 .

    J’aime

Prenez part à la discussion

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s