La route Gérin: (2) De Saint-Justin à Sainte-Ursule

Pour les besoins de ce billet, disons que vous êtes parti du village de Saint-Justin, vers l’est, sur la route Gérin.  Puis, comme au volant de la DeLorean de la trilogie Back to the Future, quelques dizaines de mètres à peine passé l’intersection de la route Clément, et ce sans même avoir atteint les 88 miles à l’heure, vous vous retrouvez d’un coup, disons… en 1955, tiens!  Vous arrivez au bout de la route Gérin, et vous tournez à droite sur la route Paquin, afin de poursuivre votre chemin vers Sainte-Ursule.  Je tiens à préciser que les routes de Saint-Justin, à l’époque, ne portaient pas les mêmes noms que maintenant, mais que pour des raisons de compréhension évidentes, j’utiliserai les noms actuels.  Après la grande courbe, vers la gauche,…

…vous vous retrouvez à peu près ici, sur la ligne droite, qui suit les clôtures des terres.

Après avoir passé le petit vallon, vous arrivez près d’une pente.  À votre droite, imaginez un panneau jaune, annonçant une pente raide.

À l’époque où la route était toujours en service, ça ne devait pas être tout à fait comme ça.  Mais maintenant, le conifère semble soutenu par les restes de la clôture.  Mais bon, à part ce détail, on commence à descendre la pente…

…qui nous mène en direction de la rivière Maskinongé.  Ce n’est pas un canyon, mais la vallée est quand même profonde, à cet endroit.  Après la petite courbe vers la gauche,…

…on aperçoit le pont, tout en bas.  C’est à cet endroit que la pente est la plus abrupte.  Et une fois en bas,…

…il faut tourner de 45 degrés vers la gauche pour prendre le pont.  Je sais, ça se voyait mieux sur l’autre photo, mais bon.  Ici, nous sommes à même de remarquer la largeur du pont; c’est clair qu’il était trop étroit pour accommoder la circulation actuelle.

En sortant du pont, encore une courbe serrée, vers la droite, cette fois.  En passant, je viens de retrouver les bouts de tubes d’acier qui servaient de structure aux garde-fou.  Pas vous?  Un indice; examinez la barrière.

On voit bien la courbe, ici.  Nous sommes du côté de Sainte-Ursule, maintenant.

Et après la courbe, une pente.  Bon, il faut bien remonter au sommet de la vallée, après tout.  Et cette pente est un peu moins abrupte que l’autre, du côté de Saint-Justin.

À mesure que l’on monte, ça tourne un peu vers la gauche, en suivant la ligne des arbres.

Après la petite courbe vers la gauche, le route se redresse, tout en gardant une certaine pente ascendante.

Une fois au bout de la ligne des arbres, ça devient compliqué.  C’est que l’agriculteur qui a hérité, en quelque sorte, de l’emprise de l’ancienne route, a tout simplement décidé de labourer, et de semer le tout.  Je dois donc me fier aux cailloux, toujours présents malgré les labours répétés, pour déterminer l’alignement de la route, et ce avec plus ou moins de précision.  Disons que le sillon plus creux que les autres, droit devant, nous donne une bonne indication.  C’est aussi à partir de cet endroit que s’est écrit un autre épisode du roman-feuilleton « J’avais de belles chaussures ».  Parce que j’ai dû marcher dans la terre fraîche sur environ 300 mètres, soit jusqu’à l’actuelle route Gérin, dont l’emprise suit les poteaux électriques que l’on voit, en arrière-plan.

Ici, c’est encore moins évident, de trouver la ligne exacte de la route.  J’ai l’impression qu’elle contournait un petit talus, à droite, avant de se redresser.

Voilà, la route Gérin actuelle est à portée de vue, maintenant.  La structure, au loin, à gauche du premier poteau électrique, sur votre droite, c’est le clocher de l’église de Sainte-Ursule.  À partir de ce point,…

…la vieille route vient croiser la route Gérin actuelle, qui n’existait pas, dans le temps, et longe le cours d’eau que l’on voit, encore rempli de neige, et ce en direction de l’église.  La route ne se rendait pas jusqu’à l’église, toutefois; elle faisait intersection avec l’actuel rang des Chutes (route 348), qui s’est déjà appelé « rang de la Crête-de-Coq ».  Depuis ce point, on gardait la droite, et on entrait dans le village de Sainte-Ursule par la rue Voligny, nom hérité d’un magasin général, qui trônait à l’entrée du village.

Dans le troisième, et dernier billet de cette série, nous ferons le chemin en sens inverse, soit de Sainte-Ursule vers Saint-Justin.  C’est à suivre.

Advertisements

9 réflexions sur “La route Gérin: (2) De Saint-Justin à Sainte-Ursule

  1. Salut Richard,

    J’aime bien tes sujets photographiques dans l’ensemble.
    Selon moi, tu devrais les retoucher un peu (recadrage, tonalité) pour les mettre plus en valeurs, car ça vaudrait la peine.

    J'aime

  2. Ben merci beaucoup, Serge.

    Il faudra, dans ce cas, que tu me donnes un cours de photographie 101; j’ai mon appareil depuis environ un an et demi, et je n’ai même pas encore traversé le manuel de l’utilisateur! Sérieusement, j’ai songé à prendre quelques cours de base, mais pour l’instant, c’est encore à l’état de projet. Un jour, peut-être,…

    J'aime

  3. Alors, pour commencer, ne place jamais la ligne d’horizon en plein milieu de la photo. Ex: la plage à l’avant plant et la mer, ensuite la coupure entre la mer et le ciel en plein milieu (à éviter).

    La plus connu : la règle des tiers. Coupe ton image en trois parties égales horizontalement et verticalement (comme un jeu de tic-tac-to). Place la partie importante de ton sujet, ou ton sujet, à l’un des croisement des trois lignes.

    Ce ne sont que des règles de bases qui peuvent ne pas être appliqué selon la photo, mais qui aident beaucoup pour débuter.

    J'aime

  4. Pour la règle des tiers, ici je suis la règle, la statue est dans la ligne du premier tiers vertical :
    photo 1

    Éviter de placer la ligne d’horizon dans le centre de la photo : photo 2

    Et ici, je ne suis aucune de ces deux règles et je fais complètement le contraire : photo 3

    J'aime

  5. J’ai mal copier mes liens :
    La première photo est celle de la statu à gauche de celle que je t’ai envoyé

    La deuxième est celle qui ne respecte pas les règles

    La troisième a pas rapport du tout… en tout cas, tu peux les regarder si tu veux pour t’en inspirer. Je les ai fait avec un apareil à film et du film noir et blanc pour la plupart.

    J'aime

  6. monsieur,
    je viens de savoir qu’il y a une rue Voligny à Ste Ursule. Ce sont les cousins de mon père qui possédaient ce magasin général…et nous sommes plusieurs Vo-Vouligny sur la rive sud du St-Laurent….Je cherche tout ce qui porte ce nom…c,est amusant de découvrir tout ce qui existe à ce nom: frontière de sanctuaire d’oiseaux à Matane,pont,rue à Joliette,rue à Trois-Rivières, parc à Contrecoeur,et c,est même le nom d,un cheval…ha.a.ah..On s’attend à une ville…qui sait…? Ce nom vient de Rochecordon en France.Le premier Voligny est arrivé en Nouvelle France…on ne sait pas comment et dans la généalogie, on le dit « batard » donc…presque impossible de connaître le nom de ses parents..bonne lecture et bonne soirée

    J'aime

  7. Monsieur.
    Je cherche Saint Justin, et je vous trouve, vous pouvez peut être m’aider. Je veux le numérot de téléphone du salon mortuaire .Je désir aller à l’enterrement de Monsieur Maurice CLÉMENT. Je suis arrivée de France il y a 50 ans et suis resté à Saint Justin 20 ans.la population m’a tres bien acceuilli. La famille Clément en particulier , je désire leur rendre un dernier homage mais ne sais pas la date de l’enterrement. je demeure à Gatineau. Si vous pouvez m’aider Avec mes remerciments anticipés acceptez mes sincéres salutations Joëlle Pichardie.

    J'aime

  8. Bienvenue dans mon humble blogue, madame Pichardie.

    Je pourrais me contenter de répondre à votre requête, et vous donner le numéro de téléphone de la Résidence funéraire Louis Richard, située au 1101, rue Gérin, à Saint-Justin. C’est le 819-227-2469. Mais je vais faire un pas de plus; je vous offre un lien vers l’avis de décès de monsieur Clément, tel que paru dans l’hebdomadaire local L’Écho de Maskinongé. Vous n’avez qu’à cliquer sur ces mots. Dans cet avis, vous obtiendrez les heures où la famille accueille les proches, ainsi que la date et l’heure des funérailles. Le site propose également d’autres options qui vous permettront de rendre hommage à monsieur Clément.

    Espérant vous avoir été utile, je vous souhaite un bon voyage à Saint-Justin, le cas échéant.

    Richard3.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.