L’accident de l’Île-Perrôt: Il ne s’agit que d’un triste accident

Juste avec ce titre, je risque de me faire « fronder des roches » par une bonne partie de la blogosphère.

Je sais que la mort de la petite Bianca Leduc n’aurait jamais dû se produire. Nous savons maintenant que Brandon Pardi n’aurait jamais dû conduire sa Volkswagen Golf en étant tout seul à bord. À partir de ces deux seuls faits, certains diront que c’est amplement suffisant pour expédier le conducteur fautif derrière les barreaux pour des années, voire même « le pendre haut et court », pour utiliser les termes utilisés par un juge de la région des Bois-Francs dans une autre cause.

Mais avant de se laisser emporter par le côté émotif que suscite la mort d’un enfant de 3 ans, et d’envoyer Brandon Pardi à la chambre à gaz, je vous demande de vous poser quelques questions.

Ça ne vous est jamais arrivé de faire parfois des choses pas tout à fait légales, pas tout à fait morales? Vous avez TOUJOURS marché dans le droit chemin, vous? Vous n’êtes jamais allé chez le dépanneur, ou faire le plein de la voiture, seul avec votre permis d’apprenti-conducteur, dans le temps, en vous disant « bofff, c’est pas loin, j’me ferai pas pogner »? Vous n’avez jamais, comment dire, dépassé les limites du « necking », dans la bagnole de vos parents? Quand vous aviez 18 ans, vous n’avez jamais tenté d’impressionner vos « chums », d’une façon ou d’une autre? Et quand vous vous êtes fait prendre, vous avez souri à tout le monde, ou encore étiez-vous de glace, transi par la panique, avec en tête une seule idée, la même, qui revenait encore et encore, les mots « J’suis fait! », résonant sans cesse dans votre cerveau?

Et les cigarettes, que vous fumez en lisant ceci, sont-elles légales, ou proviennent-elles de la « nation » Mohawk? Et le type qui a peint votre maison, assemblé votre piscine hors-terre, ou refait votre toiture, était-il légal, ou payé au noir? Les pneus de votre bagnole sont usés « à la corde », mais bon, ils vont bien tenir deux semaines, d’ici votre prochaine paye, non? Après tout, qui va savoir si vous déclarez tous vos pourboires à l’impôt, ou seulement un minimum? Qui se soucie que vous soyez « barmaid » tout en retirant de l’aide sociale? Que vous travailliez au noir en recevant vos prestations de chômage?

C’est le même type de délit, vous savez. Ce sont tous des trucs que l’on fait en se disant que ce n’est « pas grave », ou à tout le moins, « pas si grave ». Je suis prêt à gager un « vieux trente-sous », pour la forme, que Brandon Pardi n’a jamais eu l’intention de tuer qui que ce soit. Surtout pas une enfant de 3 ans. Dans le coin où il habite, on le décrit tantôt comme un ado à problème, tantôt comme un gars parmi tant d’autres, mais personne ne semble dire qu’il a le profil d’un tueur. La vérité, et c’est ce qui sortira probablement de l’enquête, selon moi, c’est tout simplement que le jeune de 18 ans a juste fait une grosse gaffe, et que les conséquences de cette gaffe sont on ne peut plus tragiques. Les parents de la petite Bianca, sa gardienne, qui ne voulait pourtant plus garder d’enfants à plein temps, et les proches de cette enfant doivent avoir le sommeil très difficile, ces jours-ci, et avec raison. Mais est-ce que Brandon dort mieux, lui? Il sait qu’il vient de se mettre les deux pieds dedans solide, qu’il n’est pas sorti du bois.

(Pourquoi j’ai mis ce billet sous le thème « Politique », au lieu de le classer dans « Juste comme ça… », selon vous? Ça s’en vient.)

Vous vous demandez probablement à quoi je veux en venir. C’est pourtant simple. Brandon, autant que Bianca, autant que nous tous, est un être humain. Avec ses qualités et ses défauts. On ne parle pas d’un type armé jusqu’aux dents qui entre dans un collège et qui tire partout et sur n’importe qui, mais d’un gars qui a juste voulu impressionner son « chum » avec sa bagnole, et qui a manqué son coup. Puisque nous sommes tous des êtres humains, avec nos qualités et nos défauts, qui sommes-nous pour le condamner sans aucune forme de procès? Je ne dis pas qu’il a fait quelque chose de bien, loin de là. Mais au lieu de l’envoyer à la chaise électrique, ou de lui mettre tous les malheurs de la Terre sur le dos, ne devrait-on pas plutôt regarder ensemble les moyens à prendre pour que de tels accidents n’arrivent plus? Car il ne s’agit que d’un triste accident, après tout.

(Voila l’aspect politique, maintenant.)

Contrairement à ce que demandait le responsable à la sécurité routière à la ville de Montréal, ce ne sont pas des panneaux limitant la vitesse à 30 km/h qui vont changer quoi que ce soit. J’habite dans une rue à 30 km/h, parce que trop étroite, et personne, ici, ne respecte cette limite de vitesse stupide. Le seul moyen de faire cesser ce genre de comportement, qui mène malheureusement à des tragédies, c’est d’assurer une présence policière dans les rues de la ville, d’émettre un doute suffisant que l’on risque de « se faire pogner » si l’on tente des trucs à ne pas faire. Évidemment, il restera quelques irréductibles, comme pour l’alcool au volant, mais pour prendre cet exemple, ce ne sont pas quelques panneaux qui ont réglé le problème, mais bien la présence de barrages routiers, et la peur de se faire prendre. Pour la vitesse excessive en secteur urbain, il faudra la même chose. Et le résultat ne sera pas plus parfait, parce que, comme je le disais, il restera toujours quelques irréductibles.

Publicités

12 réflexions sur “L’accident de l’Île-Perrôt: Il ne s’agit que d’un triste accident

  1. Richard3, c’est exactement ce que je pense.

    D’ailleurs, je suis un excellent modèle d’un gars bien mature et normal, et je me suis fait pogner, oh combien de fois.

    Et combien de fois je ne me suis pas fait pogner? dans le fond, j’ai juste été chanceux de n’avoir jamais eu d’accident.

    J'aime

  2. Je suis d’accord que le gars ne s’est pas leve en disant « je vais aller tuer un kid de 3 ans » Cependant il a merde. J’ai deja merde dans ma vie, j’ai deja conduit de Quebec a Victo a 175 km/h sur la 20, mais j’ai jamais tue personne accident ou pas.

    Oui c’est un accident car ce n’etait pas premedite. Cependant faut pas tomber dans le culte de la victime. Le gars a TUE QUELQU’UN, meme si ce n’etait pas voulu. Va falloir qu’il vive avec.

    Quand j’ai conduit en fou, j’etait sur la 20 pas dans un quartier residentiel !!!

    Dans un autre ordre d’idee, le Quebec conduit mal. Tres mal. Quand avez vous vu quelqu’un respecter la zone scolaire de 30 kmh ? La courtoisie sur la route ? La rage au volant ?

    Ici a Calgary, c’est tellement different ! Il y a evidemment des caves, mais de maniere generale les gens conduisent enormement mieux, pas sur la neige, mais c’est une autre question.

    Conclusion, l’education a la conduire routiere est deficiente au Quebec. Et ne tombez pas dans le panneau de glorifier les loser au Quebec. Le jeune conducteur en est un.

    J'aime

  3. Rassure-toi, mon cher Stephan, mon but n’est évidemment pas de glorifier un « loser », mais seulement de reconnaître que Brandon Pardi est un être humain, lui aussi, et qu’il a commis une erreur. Une sale erreur, j’en conviens, et il aura à en payer le prix. Par contre, ici, il y a des gens qui sont prêts à lui arracher la tête, comme s’ils ne se souvenaient pas qu’ils ont été jeunes, eux aussi, il n’y a pas si longtemps, et que quand on y regarde de plus près, la seule différence entre Brandon et eux, c’est qu’eux, ils n’ont que passé proche de défoncer une clôture.

    Je suis conscient que c’est pas brillant de rouler vite dans un quartiet résidentiel. Surtout que dans le coin de l’Île-Perrôt, les rues ne sont pas très larges, en général. Comme je le dis souvent, il y a des endroits pour rouler, et d’autres où l’on doit mettre la pédale douce. C’est seulement que quand arrive un accident de ce genre, les gens ont tendance à vouloir tout interdire aux jeunes, sur le coup de l’émotion, parce qu’un seul d’entre-eux a eu la maladresse – et l’inconscience – de commettre un accident. Et il ne faut pas oublier non plus que l’aspect principal de mon billet est de tout faire pour obtenir une plus grande présence policière, afin que de tels accidents ne se reproduisent plus. Selon le maire de la municipalité de l’Île-Perrôt, Marc Roy, les rues de la petite ville ne sont plus sûres, tellement les jeunes roulent vite. Est-ce parce que les jeunes du coin sont plus « losers » qu’ailleurs? Je ne le crois pas. C’est seulement qu’ils ont constaté que leurs chances de se faire prendre sont pratiquement nulles. Alors ils s’en donnent à coeur-joie.

    Je suis certain que ça roule moins vite, ces jours-ci. Mais comme la mémoire est une faculté qui oublie, s’il n’y a pas plus de policiers dans les rues, la vitesse va recommencer aussitôt que la clôture défoncée sera reconstruite. Malheureusement.

    J'aime

  4. « I fucked up ». Selon les reportages que j’ai lus, c’est ce que Brandon Pardi aurait dit à sa petite amie, tout de suite après « l’accident ». Yes Brandon, you fucked up big time!

    C’est certain qu’il ne l’a pas fait exprès. C’est certain que ce n’était pas prémédité. Mais c’était un accident stupide. Brandon et son ami devront effectivement faire face à la musique et ils devront avoir cette mort sur la conscience pour le reste de leur vie. Je ne sais pas quel sera le poids de ces conséquences au niveau judiciaire, mais il devra être approprié. Il ne fait pas de doute que cet accident est dû à une négligence. Brandon Pardi n’aurait pas dû être seul au volant ce jour là et son ami non plus. Cette situation est en fait l’illustration parfaite de pourquoi les détenteurs de permis d’apprentis ne sont pas supposés prendre la route seuls. Parce que ce sont leurs hormones qui conduisent. Je l’avoue, j’ai déjà eu le pied pesant. Heureusement, je n’ai pas tué personne. Il faut effectivement s’arranger pour avoair une plus grande présence policière dans les quartiers résidentiels, mais il y a une limite à ce que les policiers peuvent faire. Il y a une responsabilité que nous avons aussi à inculquer à nos enfant un meilleur respect de la sécurité routière. Il y a trop de jeunes dans nos rues qui se prennent pour Jaques Villeneuve.

    J'aime

  5. C’est en plein ce que je dis, Philippe, quand je mentionne que la justice suivra son cours. Même si Brandon se retrouve devant le Tribunal de la jeunesse, il risque 3 ans de pénitencier, ce qui fait que même s’il a un comportement exemplaire « en-dedans », et qu’il sort après un sixième de sa peine, il fera au moins six mois. Pour un « vieux robineux », six mois en-dedans, ce n’est rien. Quand on a 18 ans, six mois, c’est très long, trop long. Dans mon deuxième billet sur le sujet, je spécule un peu sur la suite des choses pour lui. J’espère évidemment que tout ira pour le mieux dans son cas.

    Moi aussi, j’ai été jeune, et avec l’âge que j’ai, je peux maintenant affirmer que j’ai été « jeune » longtemps! Très chanceux aussi, mes conneries n’ont fait que je n’ai que « frippé de la tôle » à deux ou trois occasions. Je peux affirmer que le nombre de jeunes qui se prennent pour Jacques Villeneuve est directement proportionnel à la probabilité de se faire prendre. C’est la même chose pour tous les types de crime, d’ailleurs; sur un chantier de réfection d’un viaduc, situé à la campagne, une fois, l’entrepreneur s’est fait voler une chargeuse! Personne n’a rien vu. Il se faisait même voler les batteries de son système de feux de circulation temporaire! C’est le principe du « pas vu, pas pris » qui s’applique.

    Là-dessus, je considère la réponse du ministre Jacques Dupuis aux municipalités, mercredi, d’insulte claire et nette. Aux élus qui demandaient plus d’effectifs à la SQ, le ministre leur a répondu de « faire preuve d’originalité ». Big deal! Les municipalités de moins de 50,000 habitants n’ont pas le choix de faire avec la SQ, et celle-ci n’a pas toujours – a rarement, en fait – les effectifs nécessaires compte tenu du territoire à couvrir. Le problème que l’on risque d’avoir, un jour, c’est que les gens se révoltent, et décident de se faire justice eux-mêmes. Je ne le souhaite pas, mais je crois que le gouvernement joue gros, avec des réponses comme celles de Dupuis.

    J'aime

  6. tu as des points intéressants Richard3, et malheureusement je crains que ça ne sera pas le dernier cas.

    à propos, les jeunes qui essaient d’avoir des émotions fortes, je revoyais cette vieille vidéo d’un jeune conducteur mort à bord de son Acura à Dosquet il y a quelques années
    http://www.youtube.com/watch?v=JVkGyBumQKo on ne peut pas empêcher les voir faire des choses extrêmes mais il faudrait que des groupes construisent des places conçu exprès pour ça et non sur les routes publiques. J’aimerais bien avoir un « bolide » (genre Dodge Charger/Challenger, Camaro, future Pontiac GTO, Mustang ou des classiques comme les Oldsmobile 442, Buick Grand National, Plymouth Road Runner/Barracuda/Duster 340) mais je suis vite ramené à terre quand on voit les assurances et tout le bric-à-brac

    J'aime

  7. Il n’y aura jamais de « dernier cas », malheureusement, parce que l’être humain est toujours à la recherche d’émotions fortes, et les trouve où il le peut, en fonction des moyens dont il dispose.

    Cette recherche d’émotions fortes chez certains, ainsi que l’inconscience pure et simple d’autres conducteurs, causent beaucoup d’accidents mortels, dans notre société distincte. Que ce soit le vieil ivrogne, ou le jeune inexpérimenté, ou encore tout ce que tu peux imaginer entre ces deux extrêmes, il y aura toujours des dangers publics sur la route. Et souvent, c’est avec ceux qui se disent prudents que j’aurais le plus peur de monter en voiture, tellement ils sont dangereux.

    J'aime

  8. Faut-il laisser brandon en liberté parce que c’est un bon garçon? Bien montrer aux autres que ça ne fait rien, même si vous faite quelque chose d’interdit qui tourne mal, il n’y a pas de problème, vous avez un bon dossier, nous serons cléments avec vous! Hey, oui, il devra vivre avec cette mort sur la conscience toute sa vie mais il savait que c’était dangeureux. J’ai seulement 21 ans, je me souviens très bien de mes 18 ans, à cet âge là, on est bien capable de comprendre les dangers d’une telle conduite. D’autres avant ont eu des accidents. Ce n’est pas comme de rouler à 50 dans une zone de 30 à minuit. Il ne faut plus que ça se reproduise, il faut que cette histoire enlève le goût aux gens de conduire en débiles et si on accepte que cela reste impuni, on perd toute crédibilité. C’est terrible à dire mais la loi du « il faut en tuer un pour faire peur aux autres » doit s’appliquer. Naturellement, on ne devrait pas avoir de permis à 16 ans, comme il est mentionné souvent en réaction à cette histoire. Mais pire encore, la loi était plus que clair dans ce cas. Il ne devait pas conduire cette voiture, et il ne devait pas la conduire à cette vitesse. Et de toutes les accusations que tu portes, ce que tu appelles « marcher dans le droit chemin » et bien oui, ça s’applique à bien des gens. Je ne serai d’ailleurs pas la première à lancer la première pierre. Si on peut pardonner un tel acte, on viendra se demander pourquoi certaines personnes se font justice elles-mêmes. Entre un ivrogne qui frappe quelqu’un et cette histoire, je ne vois pas où est la différence, tous deux savaient qu’ils n’auraient pas dû et bien en ce bas monde, on paye ses erreurs. Pourtant, tout le monde sera bien prêt à condamner l’ivrogne…
    Un homme qui n’a pas d’antécédent et qui commet un premier crime est une criminel. Les conséquences ont été lourdes, s’il est vraiment un bon gars, il va accepter les conséquences de ses actes, assumer son geste

    J'aime

  9. Bienvenue dans le blogue de Richard3, Annie, et surtout merci pour ton commentaire, il est très pertinent.

    D’ailleurs, loin de moi l’idée de voir la société se contenter de dire à Brandon un truc du genre « Bon, ça ira pour cette fois, mais ne recommence plus ». Il a commis un geste stupide, il ne le sait que trop bien, et la justice se chargera, compte tenu des circonstances particulières – autant aggravantes qu’atténuantes – reliées à cet événement précis, de lui faire payer le prix le plus approprié.

    Le point de mon billet est plutôt celui-ci: Même si l’on décidait de pendre Brandon haut et court sur la place publique, devant les caméras de télé, et aux heures de grande écoute, afin qu’il serve vraiment d’exemple, cela n’empêchera pas, dès le lendemain, d’autres jeunes de rouler trop vite là où il ne le faut pas, ni d’autres ivrognes de prendre le volant complètement beurrés, pour revenir à ta comparaison. En fait, mon point est qu’il ne sert à rien de s’attarder sur le cas précis de Brandon. D’abord parce que la justice a le devoir de s’en charger, et ensuite parce que Brandon, aux yeux de ceux que l’on pourrait qualifier ici de « délinquants de la route », ne sera que le pauvre type qui a eu la malchance de se faire prendre, convaincus qu’ils sont qu’il ne leur arrivera pas la même chose, à eux, qu’ils n’auront pas d’accident, et qu’ils ne vont pas se faire prendre au moment où ils passeront aux actes en se disant « C’est correct, ça va bien aller, y a pas de danger ».

    Il faut plutôt faire en sorte d’empêcher ces délinquants de la route de commettre eux aussi des conneries semblables, et la seule façon d’y parvenir, c’est d’augmenter le potentiel de se faire prendre avant qu’il y ait accident, avant qu’il y ait décès, et la seule façon d’augmenter ce potentiel, c’est d’augmenter la surveillance policière dans les rues des villes. Quand un jeune se ramasse trois ou quatre fois avec 1000$ et plus de « tickets » à payer, qu’il a le sentiment que sa photo – accompagnée du numéro de plaque de sa bagnole – se retrouve dans toutes les auto-patrouilles de la ville, et que dès qu’il met un pied sur le balcon, chez lui, un policier l’a à l’oeil, il apprend à mettre la pédale douce beaucoup plus rapidement qu’en voyant à la télé que le monde entier est contre Brandon, ou que celui-ci serait condamné à perpétuité. Et la raison en est très simple; c’est LUI qui se sent surveillé, alors que Brandon sera toujours quelqu’un d’autre.

    Si l’on laisse un peu Brandon respirer par le nez, sans empêcher bien sûr le processus de la justice, et si on lui permet de croire que la société est prête à lui accorder une seconde chance, une fois qu’il aura payé le prix de sa bêtise, évidemment, il aura probablement le goût de saisir cette seconde chance de devenir un citoyen honorable. Par contre, si on saute à pieds joints sur son cas, et qu’on le talonne jusqu’au moment où il franchira les portes de sa cellule, il risque davantage de se révolter contre cette même société qui, à ses yeux, ne lui donne aucune chance, et il risque non pas d’être davantage un délinquant de la route, à sa sortie de prison, mais plutôt de devenir un véritable criminel.

    J'aime

  10. Salut,Je m’appele Jean-marc Lefebvre,je suis le grand-père de Bianca.Y a beauoup de monde qui donne des commentaire sur cette accident mais qui ne save pas de quoi il parle mon gros.Et personne ne peux savoir se que nous vivont en se moment.Je suis Décalisser depuie cette accident qui pour moi n’en est pas une.Je sius MORT en même temps que mon BÉBÉ le cave c’est tu toi qui va me redonner le gout de la vie

    J'aime

  11. Monsieur Lefebvre.

    Je voudrais d’abord vous dire merci de faire suffisamment confiance à mon blogue pour sortir de l’anonymat, et pour avoir l’honnêteté de mettre votre nom aux yeux de tous les lecteurs. Je le considère comme une marque personnelle de confiance, et j’en suis honoré.

    Permettez-moi maintenant de revenir à votre commentaire.

    Je pourrais prendre le même ton que vous, et tomber dans l’insulte facile, moi aussi, mais je ne le ferai pas. Vous et votre famille vivez déjà une trop grande souffrance pour que j’ose en rajouter. Je prendrai plutôt un ton qui, je l’espère, sera tout simplement compréhensif et humain, à vos yeux.

    Il est évident que lorsqu’un enfant de 3 ans est tué dans la cour arrière d’une résidence, la première chose qui nous passe par la tête est de traiter le conducteur fautif de tous les noms, pour ne pas dire davantage. Surtout s’il s’agit de son propre enfant, ou dans votre cas, de son petit-enfant. Par contre, une chose est sûre; le fait de me traiter de gros, ou de cave, ne ramènera pas Bianca à la vie, et ne soulagera pas votre douleur non plus, ne serait-ce que temporairement. C’est certain que lorsque l’on est directement visé par un aussi triste événement, on en veut à la vie, et quiconque ne tient pas le même discours que soi devient un ignoble sans-coeur. C’est probablement ce que vous pensiez de moi au moment où vous avez écrit votre commentaire, et peut-être le pensez-vous toujours. C’est votre droit le plus légitime, d’ailleurs.

    Il est tout aussi évident que si vous ne prenez pas le temps de parler de cet événement tragique, et surtout des sentiments que celui-ci vous amène à vivre, que ce soit avec votre famille, avec vos amis, ou encore avec des professionnels qui pourraient vous venir en aide, personne ne pourra effectivement savoir ce que vous vivez, parce que vous avez décidé de conserver toute cette rage et cette colère en vous, au lieu de la libérer. Il est normal de ressentir de la rage, de la colère, et plein d’autres sentiments négatifs, car en quelque sorte, comme vous le dites, vous êtes vous aussi victime de cet accident, comme probablement plusieurs autres membres de votre famille, et de votre entourage immédiat.

    Si le fait de m’injurier vous a permis une certaine – et somme toute temporaire – libération de cette rage, de cette colère, qui s’incruste en vous, monsieur Lefebvre, alors tant mieux. Par contre, mon expérience personnelle me permet de croire qu’il faudra beaucoup plus que cela pour vraiment vous libérer du poids énorme que ce triste événement vous fait malheureusement porter. Si j’étais un professionnel de la relation d’aide, je serais désireux de prendre contact avec vous afin de vous aider du mieux que je puisse le faire, mais je n’ai pas les compétences nécessaires pour vous apporter une aide appréciable, une aide à laquelle vous avez droit. Par contre, je peux vous recommander une personne tout à fait qualifiée.

    Son nom est Dolly Demitro, et elle dirige le centre de ressourcement Attitude, dans les Laurentides. Forte d’une quinzaine d’années d’expérience dans le domaine de la relation d’aide, Dolly et son équipe pourraient certainement vous apporter une aide appréciable afin de traverser cette épreuve, et de vous apporter une sérénité renouvelée face à la vie. Vous pouvez communiquer avec le centre Attitude au 450-240-0404, du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00, afin d’obtenir de plus amples renseignements sur les services offerts, et sur ce que l’équipe du centre pourrait vous apporter. Vous pouvez également consulter le site web du centre, en cliquant sur ce lien. Évidemment, une telle démarche ne ramènera pas Bianca à la vie, mais peut-être que vous, monsieur Lefebvre, pourriez reprendre ce goût à la vie que moi, je ne pourrai probablement jamais vous redonner.

    Ce geste est probablement bien peu à vos yeux, mais s’il peut vous apporter un tant-soit-peu d’espoir, et de confiance à la vie, je le fais de bon coeur. Personnellement, ce centre m’a réappris à vivre, au moment où j’ai moi-même traversé un passage à vide. C’est pourquoi je vous tend la main, et vous le recommande en toute confiance.

    Je terminerai en vous souhaitant, monsieur Lefebvre, en toute humilité, mes plus sincères condoléances, ainsi que beaucoup de courage, à vous-même, et à tous les membres de votre entourage.

    J'aime

  12. Mes sympathies aux parents de cette petite fille qui jouait tranquillement sur son terrain. Un être irresponsable est venue faucher combien de vies ? La loi s’occupera du criminel. Mes pensées vont à la famille.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.