Chauffeurs de la STM: Les troubles commencent

Tel que prévu, le syndicat des chauffeurs d’autobus et opérateurs de métro de la STM a commencé à faire des moyens de pression contre l’employeur.  Mardi après-midi, des directeurs syndicaux ont occupé les bureaux administratifs du garage de la rue Saint-Denis, au coin du boulevard Rosemont, et ce pendant environ deux heures.

Évidemment, de tels moyens de pression entraînent parfois certains esprits à s’échauffer, tant et si bien que la police à dû s’en mêler.  On en parle dans l’article d’André Beauvais, publié dans l’édition du mercredi 23 janvier du Journal de Montréal.  Les deux parties doivent se rencontrer afin de discuter des services essentiels à maintenir lors de l’éventuel déclenchement d’une grève.  Pour l’instant, les rumeurs parlent de grèves rotatives dans différents secteurs de la ville.

À voir aller les directeurs syndicaux, ainsi que les rumeurs actuellement diffusées, je constate que je me suis peut-être trompé, dans mon billet du 13 novembre 2007, où je comparais les façons de faire de ce syndicat à des méthodes mafieuses.  Je me rends bien compte que les méthodes du syndicat des chauffeurs de la STM s’apparentent davantage à du terrorisme.  Bien sûr, en termes de dommages, rien de comparable; les syndiqués ne tueront personne, rassurez-vous.  Par contre, ils fonctionneront avec des tactiques semblables à celles d’Al-Qaïda; ils vont frapper on ne sait où, on ne sait quand, mais ils vont frapper, ça, c’est sûr!  Autrement dit, quand vous allez vous lever, à chaque matin, pour aller travailler, vous devrez constamment vérifier par vos propres moyens s’il y a du service entre chez vous et votre travail.  Idem pour le retour à la maison.  Un peu comme au Moyen-Orient, quand les gens sont constamment sur le qui-vive, et se demandent tout le temps où la prochaine bombe va tomber.  Rien pour que les chauffeurs regagnent l’appui de la population!

Alors voilà.  Les gens qui dépendent du transport en commun pour leurs déplacements quotidiens se retrouveront encore pris à faire des longues marches en plein hiver, et ce en plus sans savoir à quel moment cela va leur arriver.  Ceux et celles qui ont des bagnoles pourront exercer leur patience sur les ponts; ce sera long et pénible, mais au moins, ils seront au chaud.  Encore une fois, ce sont les personnes dont le statut d’emploi est précaire, celles qui font moins de 20,000$ par année, qui se retrouveront victimes de l’intransigeance des chauffeurs d’autobus et opérateurs de métro, qui demandent encore davantage d’argent et de conditions.  Comme si 50,000$ par année dès l’embauche n’était pas suffisant.  Et comme ce syndicat n’est pas sorti en grève depuis une bonne vingtaine d’années – toutes les autres grèves du transport en commun étant dûes à d’autres syndicats, notamment celui des employés d’entretien, si jamais ils se rendent à la grève générale illimitée, attendez-vous à ce que ça dure longtemps!  À moins que ça se termine par une loi spéciale.

Plusieurs chauffeurs, dont un certain Martin, qui m’a écrit plusieurs commentaires, justement suite à mon billet du 13 novembre dernier, déclarait que le transport en commun est un service essentiel.  Alors pourquoi le Conseil des services essentiels ne déciderait-il pas que les services essentiels représentent 100% des services actuels de la STM?  C’est la même chose qui se produit à chaque conflit; les deux parties se retrouvent devant le Conseil, et celui-ci décide que les services doivent être maintenus pendant certaines périodes de pointe.  D’ailleurs, les seuls critères retenus par le Conseil pour l’établissement des services essentiels à maintenir sont la santé et la sécurité des usagers.  Le Conseil se fout royalement que des employés à statut précaire perdent leur emploi; le cas échéant, les membres du Conseil ne perdront définitivement pas le leur!

Donc, attendez-vous à un conflit long et pénible.  Souhaitons que les conditions de la météo soient favorables aux usagers qui devront marcher, advenant le déclenchement d’une grève qui semble de plus en plus inévitable.

Publicités

L’accident de l’Île-Perrôt: Il ne s’agit que d’un triste accident

Juste avec ce titre, je risque de me faire « fronder des roches » par une bonne partie de la blogosphère.

Je sais que la mort de la petite Bianca Leduc n’aurait jamais dû se produire. Nous savons maintenant que Brandon Pardi n’aurait jamais dû conduire sa Volkswagen Golf en étant tout seul à bord. À partir de ces deux seuls faits, certains diront que c’est amplement suffisant pour expédier le conducteur fautif derrière les barreaux pour des années, voire même « le pendre haut et court », pour utiliser les termes utilisés par un juge de la région des Bois-Francs dans une autre cause.

Mais avant de se laisser emporter par le côté émotif que suscite la mort d’un enfant de 3 ans, et d’envoyer Brandon Pardi à la chambre à gaz, je vous demande de vous poser quelques questions.

Ça ne vous est jamais arrivé de faire parfois des choses pas tout à fait légales, pas tout à fait morales? Vous avez TOUJOURS marché dans le droit chemin, vous? Vous n’êtes jamais allé chez le dépanneur, ou faire le plein de la voiture, seul avec votre permis d’apprenti-conducteur, dans le temps, en vous disant « bofff, c’est pas loin, j’me ferai pas pogner »? Vous n’avez jamais, comment dire, dépassé les limites du « necking », dans la bagnole de vos parents? Quand vous aviez 18 ans, vous n’avez jamais tenté d’impressionner vos « chums », d’une façon ou d’une autre? Et quand vous vous êtes fait prendre, vous avez souri à tout le monde, ou encore étiez-vous de glace, transi par la panique, avec en tête une seule idée, la même, qui revenait encore et encore, les mots « J’suis fait! », résonant sans cesse dans votre cerveau?

Et les cigarettes, que vous fumez en lisant ceci, sont-elles légales, ou proviennent-elles de la « nation » Mohawk? Et le type qui a peint votre maison, assemblé votre piscine hors-terre, ou refait votre toiture, était-il légal, ou payé au noir? Les pneus de votre bagnole sont usés « à la corde », mais bon, ils vont bien tenir deux semaines, d’ici votre prochaine paye, non? Après tout, qui va savoir si vous déclarez tous vos pourboires à l’impôt, ou seulement un minimum? Qui se soucie que vous soyez « barmaid » tout en retirant de l’aide sociale? Que vous travailliez au noir en recevant vos prestations de chômage?

C’est le même type de délit, vous savez. Ce sont tous des trucs que l’on fait en se disant que ce n’est « pas grave », ou à tout le moins, « pas si grave ». Je suis prêt à gager un « vieux trente-sous », pour la forme, que Brandon Pardi n’a jamais eu l’intention de tuer qui que ce soit. Surtout pas une enfant de 3 ans. Dans le coin où il habite, on le décrit tantôt comme un ado à problème, tantôt comme un gars parmi tant d’autres, mais personne ne semble dire qu’il a le profil d’un tueur. La vérité, et c’est ce qui sortira probablement de l’enquête, selon moi, c’est tout simplement que le jeune de 18 ans a juste fait une grosse gaffe, et que les conséquences de cette gaffe sont on ne peut plus tragiques. Les parents de la petite Bianca, sa gardienne, qui ne voulait pourtant plus garder d’enfants à plein temps, et les proches de cette enfant doivent avoir le sommeil très difficile, ces jours-ci, et avec raison. Mais est-ce que Brandon dort mieux, lui? Il sait qu’il vient de se mettre les deux pieds dedans solide, qu’il n’est pas sorti du bois.

(Pourquoi j’ai mis ce billet sous le thème « Politique », au lieu de le classer dans « Juste comme ça… », selon vous? Ça s’en vient.)

Vous vous demandez probablement à quoi je veux en venir. C’est pourtant simple. Brandon, autant que Bianca, autant que nous tous, est un être humain. Avec ses qualités et ses défauts. On ne parle pas d’un type armé jusqu’aux dents qui entre dans un collège et qui tire partout et sur n’importe qui, mais d’un gars qui a juste voulu impressionner son « chum » avec sa bagnole, et qui a manqué son coup. Puisque nous sommes tous des êtres humains, avec nos qualités et nos défauts, qui sommes-nous pour le condamner sans aucune forme de procès? Je ne dis pas qu’il a fait quelque chose de bien, loin de là. Mais au lieu de l’envoyer à la chaise électrique, ou de lui mettre tous les malheurs de la Terre sur le dos, ne devrait-on pas plutôt regarder ensemble les moyens à prendre pour que de tels accidents n’arrivent plus? Car il ne s’agit que d’un triste accident, après tout.

(Voila l’aspect politique, maintenant.)

Contrairement à ce que demandait le responsable à la sécurité routière à la ville de Montréal, ce ne sont pas des panneaux limitant la vitesse à 30 km/h qui vont changer quoi que ce soit. J’habite dans une rue à 30 km/h, parce que trop étroite, et personne, ici, ne respecte cette limite de vitesse stupide. Le seul moyen de faire cesser ce genre de comportement, qui mène malheureusement à des tragédies, c’est d’assurer une présence policière dans les rues de la ville, d’émettre un doute suffisant que l’on risque de « se faire pogner » si l’on tente des trucs à ne pas faire. Évidemment, il restera quelques irréductibles, comme pour l’alcool au volant, mais pour prendre cet exemple, ce ne sont pas quelques panneaux qui ont réglé le problème, mais bien la présence de barrages routiers, et la peur de se faire prendre. Pour la vitesse excessive en secteur urbain, il faudra la même chose. Et le résultat ne sera pas plus parfait, parce que, comme je le disais, il restera toujours quelques irréductibles.