A-55: L’autoroute de – presque – tous les genres

Au Québec, il y a toutes sortes d’autoroutes; des voies rapides urbaines, comme la Métropolitaine, aux autoroutes de campagnes, comme l’A-20, en passant par les super-2, avec ou sans échangeurs étagés, et bien sûr, les inévitables ponts. L’une des autoroutes qui montre presque tous les genres est l’autoroute transquébécoise, communément appelée l’A-55. Aujourd’hui, je vous montre des images de cette oeuvre inachevée que j’ai prises samedi, le 23 février dernier, en allant du nord vers le sud. Mon périple-photos commence au pont Laviolette, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, dans les limites de la ville de Trois-Rivières.

021a

Je suis arrêté tout juste après la bretelle de la sortie 181, dernière chance de quitter l’A-55 avant d’attaquer le pont Laviolette, dont on aperçoit la structure, au loin. Les photos suivantes furent prises « à la volée », c’est à dire à vitesse de roulement normale, en suivant les autres véhicules.

025a

Si l’on ne sait pas que la limite de vitesse est de 80 km/h sur le pont, c’est qu’on ne veut pas le savoir. Un autre panneau indique que les piétons et les cyclistes y sont aussi interdits. Une navette est par contre disponible pour la traversée des vélos, ainsi que des motoneiges et des quads.

026a

Le muret séparateur, à gauche, fait partie des ajouts sécuritaires réalisés sur le pont, le tout dans le cadre d’un programme de rénovation qui a duré trois ans, et coûté plus de 35 millions$. Quiconque avait l’habitude de traverser le pont avant les travaux, alors que les voies n’étaient pas séparées, pourrait ressentir, comme différence, une impression que les deux voies sont étroites, mais on s’y fait très rapidement.

027a

Nous allons bientôt entrer dans la structure métallique. D’une longueur totale de 2707 mètres, il s’agit du pont présentant la plus longue charpente métallique au Québec.

028a

Nous voilà dans la structure métallique, du côté nord du pont.

029a

Nous sommes maintenant au beau milieu de l’arche centrale, d’une longueur de 375 mètres, à près de 55 mètres du niveau du fleuve. D’ici, la vue sur le fleuve est saisissante.

031a

Voici maintenant la descente vers la rive sud du fleuve. On remarque que les parapets latéraux sont également tout neufs.

033a

Sortie de la structure métallique, vers la rive sud du fleuve Saint-Laurent.

034a

Nous complétons la descente de l’approche sud du pont Laviolette.

035a

Nous sommes presque arrivés à la fin de la descente.

036a

Et voilà, nous sommes de retour sur la terre ferme, tout juste en face de la sortie vers le collecteur. C’est aussi la dernière photo prise à la volée. Les autres seront en station fixe.

039a

Mais où mène cette bretelle, qui ne comporte aucune indication, aucun panneau de signalisation? Vous le saurez en cliquant sur ce lien.

080a

Ici, c’est l’intersection de l’A-55 et du boulevard des Acadiens, dans le secteur Saint-Grégoire de la ville de Bécancour. Si la construction était complétée selon les plans originaux, la rue tout au bas de l’image serait probablement la voie de service qui longerait l’autoroute, du côté ouest. Cette intersection est située à moins d’un kilomètre de la fin des collecteurs de l’échangeur, au sud du pont Laviolette, et fût le théâtre, au fil des ans, de nombreux accidents, qui n’ont malheureusement pas fait que des dommages matériels.

082a

Tout de suite au sud de l’intersection du boulevard des Acadiens, l’A-55 devient une super-2, sans échangeurs. Lors de l’annonce du prolongement de l’A-55 vers l’A-20, au début des années 2000, j’avais écrit au ministre des transports afin de savoir si la construction de viaducs, entre autres au boulevard des Acadiens, était prévue. On m’a répondu que cela ne figurait pas dans les budgets.

085a

Voici l’autre intersection à feux de circulation de l’A-55, à la hauteur de la route 226, tout juste à côté du village de Saint-Célestin. C’est à cette intersection que s’est terminée l’autoroute pendant des années, mais depuis l’automne de 2003, la suite vers le sud est ouverte à la circulation. Il s’agit toujours d’une super-2, mais cette fois, elle est dotée d’échangeurs.

089a

Le premier viaduc de la nouvelle section de l’A-55 en super-2, celui du sixième Rang, à Saint-Wenceslas. Lors de mon passage, je n’y ai vu passer que des quads.

092a

Voici maintenant l’entrée du poste de pesée routière de l’A-55 sud.

095a

Imaginez le type de véhicules que vous pourriez rencontrer sur l’A-55. Et maintenant, voici celui que j’ai rencontré; une chargeuse! Faisait-il partie des véhicules que vous aviez imaginé? C’était tout près du poste de pesée.

098a

Et voilà le poste de pesée. Pas de bâtiment, pas de truc sur lequel on doit s’arrêter. Un simple boîtier électrique monté sur un poteau. Comment peut-on peser des véhicules dans ces conditions?

101a

Une simple jetée de béton, sur laquelle doivent s’arrêter les camions, je suppose. Là, c’est ma bagnole qui se trouve dessus.

102a

Bon, je comprends mieux, maintenant. Sur ce côté du boîtier électrique de tantôt, on voit une petite porte d’accès, et par terre, des traces de pas. Je présume que les types de la SAAQ, communément appelés « les petits bonhommes verts », de la couleur de leurs uniformes, viennent s’installer de temps en temps, et profitent des installations pour procéder à des pesées, prises à partir d’instruments portatifs. L’accès, protégé par une serrure, permet probablement de mettre en marche les feux du panneau indicateur d’une pesée routière. Évidemment, dans l’optique de compléter, un jour, l’A-55 en une véritable autoroute, le fait d’installer un vrai poste, et de le démanteler pour procéder à la construction de la deuxième chaussée, puis finalement le réinstaller, entraînerait des dépenses de plusieurs millions de dollars. En faisant ainsi, on a économisé beaucoup d’argent.

105a

Voici la sortie 153, qui mène au neuvième Rang de Saint-Wenceslas. Cette route de campagne, au grand malheur de plusieurs de ses habitants, a servi d’A-55 temporaire entre le moment de l’ouverture de ce tronçon, en 2003, et du suivant, entre le neuvième Rang et l’A-20, trois ans plus tard, en 2006.

108a

Nous entrons ici dans l’échangeur A-55/A-20/A-955, à la hauteur de Sainte-Eulalie. À remarquer que la vitesse est abaissée à 90 km/h, et que malgré que les voies soient séparées, il n’y a qu’une seule voie par direction, à part les bretelles.

111a

Vous avez vu ça? Deux sorties 145! Pas de distinction entre les deux bretelles, pas de 145-Est, de 145-Ouest, rien! Encore des panneaux à corriger dans un avenir plus ou moins proche. Et dans l’autre direction, la fin de l’A-955 est marquée par deux sorties 15. Pas banal, comme fin d’autoroute.

Alors voilà. Le premier lien autoroutier entre l’A-40 et l’A-20, entre Québec et Montréal, est maintenant complété, quoiqu’il faille le dire vite; il y a quand même plus de 30 kilomètres de super-2, sur les quelques 40 kilomètres qui séparent ces deux autoroutes. Et maintenant, le doublement de l’A-55 se fera quand? Bien malin celui qui pourra le dire; contrairement à la section de l’A-55 – l’ancienne A-51 – entre Drummondville et Sherbrooke, qui fut doublée sur un plus court terme à cause des dépassements difficiles en terrains montagneux, résultant en de nombreux accidents mortels, cette section de l’A-55 est en terrain pratiquement plane, et en grande partie dégagé, ce qui rend les dépassements visibles sur de plus longues distances. Je crois sincèrement que l’A-50, qui est en super-2 sur 25 kilomètres, entre l’aéroport de Mirabel et Lachute, ainsi que sur 6 kilomètres, entre Gatineau (Masson-Angers) et L’Ange-Gardien, et même les nouveaux tronçons de l’A-50, qui s’étendront sur 90 kilomètres, seront doublés avant ce tronçon de l’A-55. C’est triste à dire, et veuillez excuser le côté macabre de la fin de cette phrase, mais la priorité ira là où il y aura le plus de morts.

Publicités

35 réflexions sur “A-55: L’autoroute de – presque – tous les genres

  1. Bonsoir Richard !

    Pour commencer,la bretelle de l’autoroute 30 où il n’y a pas de panneau suspendu,c’est la bretelle pour prendre l’autoroute 30 ouest vers Sorel/Tracy et Montréal de l’autoroute 55 sud qui n’est pas encore construite encore en passant de la 55.

    Deuxièmement,je crois que le gouvernement et le MTQ devras déplacer la ligne à haute tension d’Hydro-Québec un peu plus à l’est avec des pylones à travées métalliques qui longe l’autoroute 55 si on peut appeller ça une autoroute et ensuite faire la deuxième voie de la jonction de l’autoroute 30 jusqu’à la jonction de l’autoroute 20 et 955 à Ste-Eulalie pour l’autoroute 55.

    Et ensuite ajouter des viaducs et échangeurs à des endroits stratégiques comme le Boul des Acadiens,la rue Thibodeau,St-Célestin-Ste-Gertrude et St-Wenseslas/St-Léonard D’Aston jusqu’à la jonction de l’autoroute 20.

    Quand le Gouvernement Charest avait inauguré la dernière portion de l’autoroute 55 en 2006,il y avait une personne qui avait posé une question à Mme Julie Boulet Ministre des Transports du Québec que pourquoi l’autoroute 55 ne s’est pas fait à deux voies séparés par un terre plein?

    Cette dernière avait dit que il n’y avait pas assez de circulation automobile pour faire les deux voies de l’autoroute ensemble.

    C’est complètement stupide à mon avis,car en Ontario et aux États-Unis les autoroutes quand elles sont construites,elles sont à quatres voies ou plus avec viaducs,sorties et entrées ainsi que les échangeurs.

    Pourquoi nous au Québec et au Nouveau Brunswick nous faisont des «autoroutes» à une voie à contresens.

    Cela ne devrai même pas exister ces choses là. Quand le gouvernement décide de construire une autoroute,c’est une autoroute normale qu’il y est assez ou pas assez de circulation pour faire ces autoroutes en question.

    Au Revoir!

    Sylvain

    J'aime

  2. Bonsoir, Sylvain.

    Je vais essayer de répondre à vos commentaires selon ce que j’ai vu – mais pas photographié – samedi dernier, lors de ma visite dans la région.

    D’abord, pour la bretelle sans panneau, j’ai mis un lien vers mon dernier billet sur l’A-30, « le tronçon oublié », parce que la bretelle en question mène tout droit à ce que l’on voit sur la première photo de ce billet. Ensuite, sur la photo où l’on voit l’A-55 en super-2, si je me fie aux clôtures qui longent l’autoroute, la chaussée manquante serait à droite, sur la photo, et non à gauche. Aussi, nul besoin de déplacer la ligne à haute tension. Il y a même suffisamment d’espace à gauche pour construire une voie de service entre la rue Thibodeau et la rue Prince, qui deviendraient accessibles via un viaduc sur le chemin Forest, situé entre les deux rues.

    Lorsque j’ai écrit au ministre des transports, au sujet des viaducs et échangeurs à compléter, j’avais spécifié les deux plus importants, soit le boulevard des Acadiens, et la route 226, à Saint-Célestin. Et c’est à cette demande que l’on a répondu que ça ne faisait pas partie des budgets. Nous savons que les rues Thibodeau et Prince sont des culs-de-sac d’environ 1 km chacun, à l’est de l’A-55, et ne justifieraient pas la construction de viaducs distincts. Par contre, ça faisait curieux de voir, dans la section entre la route 226 et l’A-20, que des viaducs soient construits sur des chemins agricoles, alors que les deux autres routes, beaucoup plus importantes, doivent se contenter d’intersections à niveau et de feux de circulation.

    Pour les autoroutes à chaussée simple, je suis tout à fait d’accord avec vous. Sauf que les gouvernements vont en ce sens pour semble-t-il économiser quelques millions de dollars, et que l’excuse du peu de véhicules à emprunter l’autoroute sert de principal prétexte. Souvent, il s’agit d’un compromis entre les autorités locales et le gouvernement, parce que les élus de la place préfèrent une autoroute à chaussée simple que pas d’autoroute du tout. Par contre, si certaines autoroutes à chaussée simple sont déjà nettement insuffisantes, d’autres ont amplement de capacité, et ce pour encore plusieurs années. Je publierai d’ailleurs un billet sur l’une de celles-ci très bientôt.

    Au Nouveau-Brunswick, la Transcanadienne est désormais à deux chaussées sur toute sa longueur, et ce depuis la fin de 2007, mais ailleurs, il y a encore beaucoup d’autoroutes à chaussée simple. C’est aussi le cas en Nouvelle-Écosse, d’ailleurs. À Terre-Neuve-et-Labrador, ainsi que dans les provinces à l’ouest du Québec, si je me fie à mon plus récent atlas, qui date de 2005, il y a ma foi bien peu d’autoroutes à chaussées simples; on y construit surtout des petites sections de quelques kilomètres, à chaussées jumelées, que l’on réunit avec le temps pour donner une autoroute plus longue. Ce principe est utilisé chez nous pour l’A-85, entre Rivière-du-Loup et la frontière du Nouveau-Brunswick.

    Vous remarquerez, mon cher Sylvain, que le Québec est souvent l’endroit où se trouve le chaînon manquant d’une longue autoroute. Par exemple, entre Montréal et Boston, il manque environ 35 kilomètres d’autoroute sur un total de 500, et c’est entre la frontière du Vermont et Saint-Jean-sur-Richelieu. Si l’on veut aller de Toronto à Halifax, les seuls bouts d’autoroute qui manquent sont aussi au Québec. Par contre, le Québec est, semble-t-il, plus généreux sur… l’aide sociale. Comme quoi on ne peut pas tout avoir.

    Merci encore de votre participation à mon blogue, et à bientôt.

    J'aime

  3. J’avais pas remarqué le poste de pesée quand je suis passé peu après l’ouverture des voies le 1er janvier 2003.

    Ce genre d’installation est fréquent sur les super-2 néo-brunswickois (genre la route NB-11), puisque le débit de camionnage ne justifie aucunement l’instauration de postes permanents (djma-camions d’environ 500 veh./j).

    J’ai hâte de voir les chiffres de débits pour 2008.

    J'aime

  4. @ Félix:

    Le poste de pesée est situé à environ 2 km au nord de la sortie 153, vers Saint-Léonard-d’Aston et Saint-Wenceslas. Quant au nombre de camions qui empruntent le route, il est suffisant pour justifier l’existence de l’autre poste de pesée, permanent, celui-là, situé en direction nord, juste passé l’intersection de la route 226, vers Saint-Célestin. C’est la raison qui me pousse à croire que le jour où l’A-55 sera doublée, le poste de pesée de Saint-Wenceslas deviendra un poste permanent.

    J'aime

  5. Bonjour Richard,en passant ton blog est plaisant.À propos de la 55, il y a une fin de deux voies en direction sud à St-Grégoire.Le MTQ aurait pu vouloir prolonger ces deux voies en passant par le feu de circulation et ce, jusqu’à la fin du terre-plein.Même à St-Célestin ,il y a une seule voie pour traverser la lumière.Quand les camions sont arrêtés au feu rouge, dans l’une ou l’autre des plus importantes intersections de la 55,sa leur prend du temps d’accélérer lorsque le feu tombe au vert.Aussi, sa retarde la circulation lorsquil y a beaucoup d’autos qui les suivent derrière.De plus, le feu vert ne dure pas assez longtemps pour faire circuler le trafic, surtout à St-Célestin vu que les panneaux à signaler d’arrêter losquils clignotent sont trop près de l’intersection.

    Mais jen suis d’accord avec toi que l’installation de viaducs avec échangeur aux intersections de la 226 et du bld des acadiens serait important .

    J'aime

  6. Bonjour Richard,je veux savoir lorsque tu es allé prendre des photos sur la 55 pour nous prouver que c’est une autoroute de tout genre,as-tu remarqué qu’il y a encore des panneaux numérotés «155» à des endroits? En tout cas, je sais qu’avant l’ouverture complète de l’autoroute 55 entre St-Célestin et la 20,la 155 existait encore. Mais là, il n’est plus là. Donc, la route numérotée «155» devrait être supprimée sur tous les panneaux de supersignalisation et ainsi des panneaux de ce numéro devraient être enlevés après des échangeurs.Mais entre St-Grégoire et l’autoroute 20, après des intersections et échangeurs, le MTQ a enlevé les panneaux numérotés «155».

    J'aime

  7. Mon cher Sam, tu me poses une excellente question!

    Certaines photos, qui sont dans ce billet, prouvent ce que tu dis, à savoir que les panneaux indiquant la route 155 ont été retirés, à tout le moins à partir du boulevard des Acadiens, à Bécancour (Saint-Grégoire). Je sais également que sur l’A-20, à la sortie 200, qui était autrefois identifiée comme la route 155, vers Trois-Rivières, le panneau, beaucoup plus petit, n’indique plus maintenant que « St-Léonard-d’Aston ». Du côté nord, par contre, je devrai aller y faire un tour, afin de constater à partir de quel endroit on recommence à voir des indications de la route 155.

    Nous savons que la 155 existe toujours, puisque c’est elle qui relie la Mauricie au Lac-Saint-Jean, en passant par La Tuque. Mais je devrai aller voir de mes yeux. Ceci me fait également me questionner au sujet de la route 161, dont le point de départ, au nord, se situait à Saint-Célestin, mais qu’en est-il, maintenant?

    Je sens que tu me donnes du travail, Sam! 😉 Bon, je vais tenter de trouver quelques heures…

    J'aime

  8. richard,

    Je voudrais savoir s’il y a des intersections à niveau sur la 55 entre St-Célestin et la 20. Je sais qu’il y en a Passé l’échangeur 30-55 jusqu’à St-Célestin.

    J'aime

  9. @ Marcfp85

    Il n’y a pas d’intersections à niveau entre St-Célestin et la 20. Il n’y a que des viaducs qui enjambent l’autoroute et deux échangeurs, soit la sortie St-Léonard-d’Aston, et la 20.

    J'aime

  10. Marc, les seules intersections à niveau, sur l’A-55, sont concentrées entre celle du boulevard des Acadiens, à Saint-Grégoire, et celle de la route 226, à Saint-Célestin. Les dernières sections ouvertes, depuis quelques années, entre Saint-Célestin et l’A-20, ne comprennent que l’échangeur du 9e Rang, à Saint-Wenceslas, route qui assure un lien avec Saint-Léonard-d’Aston. Les autres routes qui croisent l’A-55, à savoir les 6e, 8e et 10e Rangs de Saint-Wenceslas, ainsi que les rangs des Sapins, et des Érables, à Sainte-Eulalie, n’offrent pas d’accès à l’A-55; ils traversent l’autoroute grâce à des viaducs.

    D’ailleurs, toutes les nouvelles super-2, construites depuis le milieu des années 1990, ne comportent plus d’intersections à niveau. Tous les accès se font par des échangeurs, dans le but, justement, de limiter le nombre d’accès aux autoroutes. C’est pour cela que j’en parle comme des super-2 de première, et de deuxième générations. Par contre, cela n’empêche pas les nombreux accidents mortels de survenir, comme c’est d’ailleurs le cas sur l’A-50, entre Mirabel et Lachute, qui ne comporte aucune intersection à niveau, à part sur une petite section, entre l’aéroport de Mirabel et l’échangeur du chemin Saint-Simon (sortie 279), ou deux intersections permettent actuellement l’accès à des entreprises situées sur les terrains de l’aéroport.

    Ces intersections, ainsi que celle, condamnée depuis, qui donnait accès à la zone de quarantaine de l’aéroport, datent du temps où cette route n’était pas l’A-50, mais plutôt le boulevard Mirabel, qui reliait l’aéroport et la route 148, entre Saint-Hermas et Sainte-Scholastique, deux municipalités qui font désormais partie de la ville de Mirabel. On peut voir, au sud du viaduc du chemin Saint-Simon, que la clôture, qui ceinture les terrains de l’aéroport, fait une longue courbe. Le boulevard Mirabel suivait cette courbe, et empruntait ce qui est devenu le chemin Saint-Simon, jusqu’à la route 148. La partie du chemin Saint-Simon, située au nord de l’A-50 actuelle, se terminait, à l’époque, par une simple intersection avec le boulevard, qui était située juste à l’est de l’actuelle bretelle de sortie, vers le chemin Saint-Simon, sur l’A-50 ouest. Il faut se rappeler qu’à l’origine, l’A-50 devait contourner l’aéroport par le sud, et que le changement s’est effectué lorsque le gouvernement fédéral a remis l’autre route d’accès à l’aéroport, soit celle depuis l’A-15, au gouvernement du Québec.

    Par contre, il subsiste une autre intersection à niveau, sur l’A-55, mais en Estrie, à environ 5 km de la frontière américaine. Le chemin Curtis traverse l’autoroute, et est doté d’arrêts obligatoires à l’intersection de chacune des chaussées. Je ne me souviens plus si l’intersection est même signalée, sur l’A-55 elle-même, car elle passe pratiquement inaperçue, depuis l’autoroute.

    J'aime

  11. je me souviens qu’il y avait des feux clignotants qui flashaient sur la 55 indiquant la traverse du chemin Curtis. J’ignore s’ils sont encore là. Il y avait aussi eu un plan pour un viaduc, on peut voir sur une photo satellite un tracé de chemin qui aurait traversé la 55 plus au sud et également une « motte » de terre qui indiquerait où le chemin Curtis aurait été réaligné
    http://maps.google.com/?ie=UTF8&ll=45.050263,-72.082576&spn=0.005109,0.01369&t=k&z=17

    J'aime

  12. Richard,

    Je vais en nouvelle-angleterre souvent et il y a une pancarte en + et aussi un feu clignotant jaune et rouge mais l’échangeur n’est pas beaucoup fréquenté mais sécuritaire que les autre sur la 55. Il n’y était pas impossible de faire un viaduc car c’est une route de garnotte.

    Je sais qu’à Portneuf, sur la 40, dans les années 80 lors de l’ouverture de la 40, il y avait une intersection dans ce genre mais ils ont décidé de coupé la route en 2 et d’oublier la construction d’un viaduc (qui fut réclamé par les gens de portneuf station et Portneuf dans les années 90.

    Bref, les intersection à niveau sur une autoroute c’est dangereux.

    J'aime

  13. Bonjour Richard3,

    Il semblerait que le ministère des transports vient de conclure une entente avec la ville de Bécancour pour modifier la sortie de l’A-55 à St-Grégoire vers la rue Arseneault.En plus, le boulevard des Acadiens passera sous l’autoroute et cette dernière sera élargie.

    J'aime

  14. Ouais, ce serait cool!

    Il est plus que temps qu’un échangeur soit construit, à cet endroit. J’ai pris des photos, il y a quelques semaines, alors que j’étais dans le coin, et j’ai aussi remarqué que la configuration des lieux permettait une bretelle de sortie vers la rue Arsenault, et probablement une bretelle d’entrée depuis la rue Noël, au bout de la rue Fardel. De l’autre côté (A-55 nord), les bretelles vont probablement longer l’autoroute, selon le principe d’un « diamond ».

    Souhaitons maintenant que tout cela soit davantage que du baratin électoral. 😉

    J'aime

  15. La ville a négocié avec le ministère des transports pour que la nouvelle disposition de la sortie convienne aux plans de développement commercial de grande surface qui profitera de sa grande visibilité à partir de l’autoroute. Le pire dans tout ça, c’est qu’on ne s’est pas quand ça va se faire, c’est sur que c’est pas demain matin,mais un jour. C’est ça l’histoire!

    En passant, dans ton article sur louverture de la 50, quand j’ai vu le mot  »in-gné-nieur » je riais de sa!

    J'aime

  16. S’il y a un développement commercial de grande surface, qui s’en vient dans les environs du chemin des Acadiens, sois certain, mon cher Sam, que la construction de l’échangeur arrivera plus rapidement que tu pourras l’imaginer.

    Souvent, un promoteur qui arrive, dans un secteur, avec des investissements de plusieurs millions dans ses cartons, fait beaucoup plus à lui seul, pour le développement du réseau routier, que toutes les pétitions que l’on pourrait envoyer à une ministre des transports. Ledit investisseur arrive, chez monsieur le maire, et chez le député, en disant « Je suis prêt à investir XX millions$ (où XX veut dire une figure à deux chiffres, au moins) dans votre coin, mais il me faut un échangeur complet », et hop! Tout se met en place, mystérieusement.

    Selon toi, qu’est-ce qui a débloqué le développement du boulevard des Récollets, à Trois-Rivières, entre l’A-40 (autrefois l’A-755) et le boulevard Gene-H.-Kruger (route 138)? Le boulevard était à peine terminé que l’on y a assemblé ce qui était le plus gros « power center » au Québec, à l’époque. Il y a moins de dix ans, quand je passais sur l’A-40, avant le pont Charles-de Gaulle, à Lachenaie, je voyais une vieille grange, et des vaches qui broutaient, dans le champ. Maintenant, il y a une véritable ville, qui se dresse depuis le viaduc de la route 344 jusqu’à l’A-640; tous les terrains à l’ouest de l’autoroute sont occupés, alors qu’à l’est, il y a un Wal-Mart au milieu du champ, mais qui sera rejoint bientôt par le plus gros magasin Ikea au Québec, sinon au Canada. Résultat; après avoir rafistolé, de bien des façons, le viaduc de la route 344, au-dessus de l’A-40, on travaille présentement à en construire un tout neuf. Cela s’ajoute à deux échangeurs; l’un sur l’A-640, tout récent, et l’autre, qui date de quelques années, sur l’A-40.

    Mon utilisation du terme « in-gné-nieur » date du temps où une femme, qui était mariée à un ingénieur, faisait partie de mon cercle de connaissances. Depuis maintenant trois ans que je fais des livraisons dans les marchés d’alimentation, je te dirai qu’il ne se passe pas une semaine sans que je constate l’incompétence de l' »in-gné-nieur » qui a dressé les plans de plusieurs magasins, pourtant tout neufs, dont l’élaboration de l’aire de livraison est « nulle à chier », comme diraient nos cousins de la mère-patrie.

    J'aime

  17. Bonjour Richard,

    Demeurant à Lavaltrie, je passe pratiquement tous les jours sur la 40 à Lachenaie pour aller travailler à Montréal. Je me demande toutefois pourquoi c’est si important le doublement du viaduc de la 344? Pour améliorer l’accès vers le wal mart? La 344 devra être élargie au sud de la 40 dans ce cas (et resurfaçée jusqu’à Charlemagne) 😉

    P.S: D’où tiens tu l’info pour le Ikea à Lachenaie? Ça serait une super nouvelle… Il y a en effet du terrassement sur le bord de l’autoroute, près du wal mart…

    J'aime

  18. Il faut pas oublier que les banlieues qui se développe tres rapidement Richard. L’est de l’ile de laval c’est un champs avec des vaches mais attend dans 15-20 ans quand ça sera très développé.

    La ville de Ste-Foy, dans les débuts 90, ou le carrefour 540-40, c’était un marécage et la base de plein air de Ste-foy à l’est de Duplessis. La seule chose qui a été développé c’était sur le boulevard Hamel et la 540 était à 100 Km/h de Hamel jusqu’à Laurier.

    C’étais juste vers la fin des années 90 que ce secteur a été développé (on a commencé par un Wal-Mart et apres les 2 cinémas). Et ce n’est pas fini de se développé ce coin-là car on a prolongé la rue jules-verne (celle qui longe la 40 entre Ave. Legendre et la 540) jusqu’au Boul. Hamel et ils vont soit construire un Ikea (qui serait étonnant), un Best Buy (le premier à Québec), un future shop (qui serait nécessaire) ou… UN ZELLERS. Bref, le costco de ste-foy ne sera plus seul car de l’autre bord de la 40 (du coté sud de celle-ci), pourrait etre à développer comme de l’autre coté. Ce phénomème s’appelle de L’expansion commercial.

    Et pour conclure, un développement commercial commence toujours par un canadian tire (d’ou vient leur slogan ça commence chez canadian tire).

    J'aime

  19. Expansion commerciale Richard… expansion commerciale.

    Lachenaie est une ressemblance avec la ville de Ste-foy à Québec et Vaudreuil et l’ouest extreme de l’ile = Beauport. Je me demande pourquoi ne pas faire revenir un Ikea à Québec comme avant car je suis tanné d’Aller à Lachine pour aller m’acheter des meuble bahhh quétaine (une expression de francois pérusse dans le tome 6 ;)).

    Et aussi les banlieues de Québec et montréal se développent en Titi (p. ex ste-foy, Beauport, Lachenaie, Terbonne, Laval, etc.). Imaginez dan 30 ans l’est de laval qui est présentement un champ et qui sera habité et aussi il y aura des commerces quand la 25 sera prolongé jusqu’à la 440. Et ce n’est pas fini ça, c’est en progession pour des années et on va surement s’étendre très loin.

    Le seul lieu qui devrait etre développer et qui ne l’ai pas: Bécancour. Pourquoi? car c’est un village et à cause qui sont isolé et une fois que la 30 sera faitre entre Sorel et Bécancour, on verra aussi un développement très important (ça va devenir comme Lévis ou Terrebonne)

    J'aime

  20. @ Eeic06:

    Je me rendais à Repentigny, avec mon boss, il y a de cela quelques temps, déjà. Je lui montrais les travaux, et c’est là qu’il m’a mentionné que c’est un gros Ikea, qui allait être construit là. Quant au viaduc, c’est davantage un remplacement qu’un doublement. Le viaduc actuel sera probablement démoli. Sauf qu’avec les nombreuses réparations qui furent faites, il devait tenir le coup pour une dizaine d’années. Le remplacement fut donc plus rapide que prévu.

    @ Marcfp85:

    Avec la crise qui nous pend au bout du nez, le développement des banlieues va peut-être ralentir un peu. Mais force est d’admettre que ça pousse vite, en effet. Les centres commerciaux développés par Smart Centers (la firme dont le logo est fait de pingouins, genre mère-enfant, avec des sacs de magasinage) commencent toujours par un Wal-Mart. C’est que Smart Centers est, comment dire, le « bras immobilier » de Wal-Mart. D’ailleurs, tu ne verras jamais un Zellers, dans ces centres; ceux-ci se développent plutôt chez le concurrent, l’autre immobilier, à savoir First Capital. Je ne suis pas certain, mais il y a des Canadian Tire dans les deux, par contre.

    Et pourquoi Bécancour? Parce que dans le bois, au nord-est de l’échangeur A-30/A-55, il y a tout un secteur résidentiel qui se développe. Sans compter les résidents de Saint-Grégoire, et ceux de Nicolet. Alors il faut des magasins, pour maintenir ces gens-là dans leur patelin, au lieu de traverser le pont pour aller à Trois-Rivières.

    J'aime

  21. Stéphane,

    L’article lis dans mes pensées ;), moi aussi j’y avait pensé de déplacer la sortie de St-Grégoire.

    J'aime

  22. Bonjour Richard3,

    Petite question : est-ce que l’ancienne 155, de la 20 à Saint-Célestin, est interdite au camions depuis la construction du nouveau super-2 de la 55 ?

    Merci

    Philippe

    J'aime

  23. Très bonne question, mon cher Philippe.

    En fait, je n’en ai aucune idée. C’est un truc que je n’ai pas observé, lors de mon dernier passage dans le secteur. Ce serait logique de l’interdire, puisque cela amènerait le camionnage de transit vers l’A-55.

    Je prends la question en note, et je vérifierai lors de mon prochain passage.

    Merci.

    J'aime

  24. Salut Philippe,

    oui c’est interdit sur l’ancienne route 155 entre St-Célestin et la 20. Même chose de l’autre côté de la 55, soit l’ancienne route 161 jusqu’à la 20.

    Merci.

    J'aime

  25. Sur le futur échangeur 173 à Bécancour,quand ça va débuter la construction d’un viaduc,l’autoroute sera fermée et sera déviée sur un chemin de déviation qui sera aussi construit sur un terrain appartenant au MTQ, entre la rue Fardel et la 55, et j’imagine qu’il y aura bien sur une intersection avec feux de circulation temporaire. En meme temps, la nouvelle sortie va être en construction.

    Pour la rue Arseneault,elle sera un jour débouchée jusqu’au boulevard Port-Royal (rte 132)pis il y aura la construction de commerces de grande surface. La rue est débouchée présentement au bld des Acadiens mais à cette intersection, ça semble être assez serrée pour que les camionneurs puissent tourner parce qu’il y a un dépanneur sur un coin pis une boucherie sur l’autre. Je me demande si cette intersection sera aménagée pour que les camionneurs aient de la facilité parce que sur le bld Port-Royal,c’est interdit.

    Bref, la construction de l’échangeur va se réaliser d’ici 5 ans, selon le maire de Bécancour. Qu’est tu en penses Richard3? 😉

    J'aime

  26. Bonjour, Sam.

    Je ne suis pas dans le secret des Dieux, mais ma façon de voir le réaménagement de l’A-55, à la hauteur du boulevard des Acadiens, devrait ressembler à ceci. C’est comme ça que les « power centers » sont aménagés, habituellement, à tout le moins celui situé à l’ouest de l’A-13, entre le boulevard Samson et le boulevard Saint-Martin, à Laval.

    Quant au temps qui s’écoulera d’ici la réalisation du nouvel échangeur, il dépendra surtout de l’empressement des développeurs à construire le centre. Cinq ans? Peut-être plus de temps, mais peut-être moins, aussi!

    J'aime

  27. Salut Richard,
    J’ai entendu parler que le nom de l’autoroute 55 (Transquébécoise) sera changé et s’appellera  »Autoroute de l’Énergie » dans la portion Ste-Eulalie – Shawinigan.

    J'aime

  28. Salut Richard,

    Le poste de pesée sur l’autoroute 55 sud à St-Wenceslas est rendu un véritable  »truck stop », étant donné qu’il y a plusieurs camions qui s’arrêtent là pour prendre une pause ou pour dormir peu importe et qu’il n’y a pas de bâtiment ou autre.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.