Réseau routier: De Koninck s’énerve encore!

Tout le monde a entendu parler du terrible accident, jeudi matin, sur la route 112, à Rougemont, où trois cyclistes ont perdu la vie, et trois autres furent blessés sérieusement, après avoir été happés par une camionnette.  Comble de malheur, une autre personne a été happée, à vélo, par une voiture, cette fois à Val-Morin, dans les Laurentides; dans ce cas précis, par contre, la conductrice de la voiture devra faire face à des accusations de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort.

Je suis le premier à admettre que chaque décès, sur la route, en est un de trop.  Ce que je comprends moins, c’est la propension de l’agence QMI – et des autres ramifications de l’empire Québécor Média – à aller mettre un micro sous le nez du président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck, à chaque fois qu’un accident semble un tant-soit-peu plus tragique que les autres.  C’est clair comme de l’eau de source qu’il va s’époumoner à exiger que le gouvernement mette plus d’argent sur le réseau routier, peu importe les circonstances de l’accident.  Encore là, je ne dis pas que le réseau routier québécois n’ait pas besoin de rénovations, mais de là à déchirer sa chemise comme De Koninck le fait?  Dans sa dernière intervention, recueillie par Sarah-Maude Lefebvre, il déclare que “la seule solution possible pour stopper cette augmentation du nombre d’accidents impliquant des cyclistes est de «redonner la route aux cyclistes et aux piétons»”.

Il faudrait demander à monsieur De Koninck s’il est au courant qu’une piste cyclable longe plus ou moins la route 112, dans ce secteur de la Montérégie.  Si les cyclistes avaient utilisé la piste cyclable, ils seraient encore des nôtres.  Tout le monde sait qu’un parcours en site propre est encore mieux qu’un accotement asphalté, question de sécurité des cyclistes.  Aussi, avant d’asphalter les accotements de la route 112, on devrait plutôt s’arranger pour sensibiliser les cyclistes à la présence de la piste cyclable.  Encore une fois, monsieur De Koninck a parlé sans réfléchir; si l’on doit redonner la 112 aux cyclistes et aux piétons, alors qu’ils ont déjà une piste cyclable en site propre, qu’est-ce qu’il faudra leur redonner, la prochaine fois, l’autoroute 10?

Publicités

5 réactions sur “Réseau routier: De Koninck s’énerve encore!

  1. Pingback: Tweets that mention Réseau routier: De Koninck s’énerve encore! « Le blogue de Richard3 -- Topsy.com

  2. Selon les témoignages, les cyclistes étaient en double sur une route sans accotement pavé. De plus, le cycliste qui a survécu a admis à la télé qu’ils faisaient des changements d’ordre pour mettre en premier un autre groupe. À courir après ta mort tu fini par la rattrapper.
    J’aurais trouvé De Koninck plus intelligent, mais en est-il capable, s’il avait dit qu’il faut laisser la route aux automobiles. Comme un imbécile n’arrive jamais seul, le coroner a déclaré qu’une des causes probables de l’accident est que le conducteur de la camionnette avait mis son régulateur de vitesse en fonction. Il n’y a que les cyclistes qui sont responsables de cet accident mais on va trouver le moyen de mettre ça sur le dos du véhicule automabile. La cause est déjà entendu.

    J'aime

  3. Je souviens que le coroner a suggere que le monsieur roulat avec le regulateur de vitesse, a cause de le presence d’un radar-photo dans le secteur!

    J'aime

  4. Jean-Marie De Kodingue me tape sur les nerfs à chaque fois qu’il parle. Il a toujours réponse à tout et ce qui m’enrage le plus, c’est qu’il a toujours raison.

    Pour moi,ce monsieur ce prends pour le nombril du monde et il se prends comme Ministre des Transports alors que c’est Julie Boulet qu’il est.

    Mais non,Mme Boulet le laisse faire et elle dort sur la banquette arrière à l’Assemblée Nationale pendant que monsieur prends sa place et fait la morale aux autres.

    J’ai vu son livre en fin de semaine dernière chez Renaud-Bray. Jean-Marie De Koninck «En route ou déroutes».
    Je vous le dit. Un torchon à brûler dans le foyer ou à mettre au recyclage ou pire encore à s’essuyer les fesses avec parce que il se permet de faire la morale aux autres et monsieur sait tout.

    J'aime

  5. @ Sylvain Lacroix:

    Cette situation me fait penser à celle d’un chanteur qui réalise un grand succès avec sa toute première chanson, mais dont toutes les autres passent totalement inaperçues. La force de son seul « hit » lui permet, toutefois, de se retrouver à tous les lancements, à recevoir plein de subventions, de passer à tous les « talk-shows », etc.

    Jean-Marie De Koninck a eu un premier « grand succès », au niveau de la sécurité routière, mais on attend toujours le suivant. Le seul « hit » de Jean-Marie De Koninck, c’est l’Opération Nez Rouge.

    Évidemment, des types comme vous et moi ne seront jamais invités à se joindre à la Table québécoise de la sécurité routière; nous n’avons pas encore eu notre premier « hit ».

    J'aime

Les commentaires sont fermés.