GIEC: La thèse réchauffiste tombe en lambeaux!

Parmi les articles du numéro 275 du webzine “Le Québécois Libre”, un texte éditorial de Martin Masse, directeur du QL, intitulé “Réchauffisme:  Une pléthore de nouveaux scandales impliquant les fraudeurs du GIEC” mérite le détour.  On y parle de plusieurs supercheries découvertes, impliquant des collaborateurs du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), publié en 2007, supercheries que l’on ne verra pas dans les grands quotidiens d’ici, ni sur les ondes de TVA, ou de Radio-Canada.

Aussi, une analyse de Cécile Philippe, directrice générale de l’Institut économique Molinari, du dernier livre de Vincent Courtillot, professeur de géophysique à l’université Paris Diderot, intitulé “Nouveau voyage au centre de la Terre”.  L’auteur du livre, selon l’analyse de madame Philippe, tente d’expliquer principalement comment la Terre se refroidit, et remet en question, au passage, la théorie selon laquelle l’explosion d’une météorite, il y a 65 millions d’années, aurait amené l’extinction des dinosaures.

Finalement, le dernier article à avoir retenu mon attention est la transcription d’une entrevue de Tim Patterson, professeur de géologie à l’Université Carleton d’Ottawa, et directeur, depuis 2008, de la Coalition internationale pour la science du climat, une organisation qui se présente comme une alternative au GIEC pour soutenir un débat plus rationnel sur les questions ayant trait aux changements climatiques.  L’entrevue fut réalisée le 8 février dernier, par l’animateur Mark Sutcliffe, sur les ondes de la station CFRA 580 AM, à Ottawa, et portait sur – encore une fois – les derniers scandales impliquant le GIEC.

Bref, tout plein d’excellente lecture, afin de suivre la chute de la théorie du réchauffement climatique, entre autres choses.

Advertisements