Le discours du Trône: …ça, c’est fait

En ben voilà, le sort en est jeté. Le vote sur le discours du Trône a eu lieu aujourd’hui, et il a été adopté, tel quel, à 126 voix contre 79. Ainsi, les conservateurs vont pouvoir imposer leur programme.

La manchette de LCN avance que les 49 députés bloquistes et les 30 députés néo-démocrates ont voté contre le discours, alors que les libéraux se sont abstenus de voter. Cela démontre assez bien à quel point Stephen Harper a mis Stéphane Dion et les libéraux dans sa petite poche, et pourra faire somme toute ce qu’il veut d’ici la fin de son mandat, prévu pour l’automne de 2009, évidemment si rien ne vient renverser la vapeur d’ici-là. Faut-il se rappeler qu’il s’agit tout de même d’un gouvernement minoritaire, et qu’il pourrait être renversé sur d’autres questions. Mais il sera quand même gênant pour les libéraux de voter contre l’un ou l’autre des projets de loi qui feront suite au discours du Trône, les conservateurs pouvant leur remettre sur le nez leur « non-rejet » du discours, et ce même s’il contenait l’enterrement de Kyoto, ainsi que la poursuite de la mission en Afghanistan jusqu’en 2011.

J’imagine Stephen Harper, dans son bureau, après le vote…

« Bon, le discours du Trône, ça, c’est fait,… quel est le point suivant, maintenant? »

Publicités

La loi de Pauline 1ère sur les tablettes

Il semble que le voeu de Pauline 1ère sur la teneur en français des nouveaux arrivants ne sera pas exaucé. Jean Charest a annoncé que le projet de loi 195 sur l’identité québécoise sera tabletté.

Bizarre que Pauline 1ère ait voulu rassembler les québécois dans le « nous » en exigeant des immigrants de passer un test sur leur capacité à parler et à comprendre le français au moment même où la commission Bouchard-Taylor se promène de ville en ville et prend toute la place dans les médias. Le passage à Trois-Rivières, à quelques minutes de voiture du célèbre symbole qu’est devenu le village d’Hérouxville, de la commission itinérante (quoique les deux co-présidents sont pourtant loins de l’être) a permis aux gens de voir les médias s’agglutiner encore une fois autour du conseiller municipal à l’origine du fameux code de vie local, André Drouin, qui a ainsi pu se donner en spectacle à nouveau. Loin de moi l’idée de mettre ici quelque jugement de valeur que ce soit, à tout le moins pour l’instant. J’ai des opinions bien arrêtées sur le sujet des accommodements raisonnables, et je les émettrai en temps et lieu.

Pendant ce temps, l’autre commission itinérante, celle de la ministre Marguerite Blais, sur les conditions de vie des personnes âgées, se déroule dans la plus totale indifférence. Était-ce un coup de stratégie des libéraux?