Train de banlieue: Une gare à Saint-Janvier, ça presse!

Dans ma lecture furtive du site web du canal Argent, je suis tombé sur un article de Denise Proulx, daté du 20 janvier en après-midi, et intitulé “Une gare de l’AMT installée à l’aéroport de Mirabel ?

Pour ceux et celles qui n’ont pas suivi ce dossier, mentionnons que la chicane fait rage depuis 2006; le maire de Mirabel de l’époque, Hubert Meilleur, dans l’optique de l’ouverture de la ligne de train de banlieue vers Saint-Jérôme, voulait obtenir une gare de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) sur le territoire de la municipalité, plus précisément tout près de l’ancien village de Saint-Janvier, là où le développement domiciliaire est florissant depuis plusieurs années.  Le problème, c’est que la ville souhaitait que la gare soit située sur la rue Victor (point indiqué en A, sur l’image), sur un terrain situé en territoire agricole, et que le syndicat local de l’Union des producteurs agricoles (UPA) est fortement opposée au dézonage de ce terrain, lui qui a vu de nombreuses terres converties en quartiers résidentiels.  Le maire Meilleur disait que c’était l’endroit tout désigné, que le chemin de fer passait directement là, et qu’on n’avait qu’à construire le quai, et les installations nécessaires.  Le terrain est situé à distance de marche de beaucoup de résidences, ce qui réduirait le besoin en espaces de stationnement.

MirabelEmplacementGareAMT1

Cliquez sur l’image pour la voir en grand format. © 2014, Google Earth

L’affaire s’est retrouvée à plusieurs reprises devant la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ), et la dernière fois fut au cours de l’été de 2013; celle-ci a toujours rejeté les demandes de dézonage de la municipalité.  Cette dernière rebuffade de la CPTAQ a poussé la ville de Mirabel à faire installer, le long de l’A-15, et PanneauA15Mirabelde la route 117, des panneaux montrant que la ville de MIrabel était contrariée par Québec.  L’article d’Argent mentionne qu’en septembre dernier, le ministre des transports, Sylvain Gaudreault, avait mandaté l’Agence métropolitaine de transport (AMT) pour trouver un emplacement dans la zone urbaine du quartier Saint-Janvier.  Pour sa part, l’UPA recommandait deux emplacement sur la rue Charles (je n’ai pas la certitude des emplacements précis, mais je les imagine logiquement en B, sur l’image).  Toujours en 2013, la députée de la circonscription de Mirabel, la péquiste Denise Beaudoin, y est allée d’une autre suggestion; elle a proposé, le plus sérieusement du monde, d’installer la gare de l’AMT sur le site de l’aéroport international de Mirabel (en C, sur l’image)!

Pour ma part, à défaut d’être le moindrement constructive, la prise de position de la députée Beaudoin, dans ce dossier, m’amène à croire qu’elle a certainement fumé du sacré bon stock!  Je m’explique.

Si l’on regarde à nouveau l’image de Google Earth, on remarquera que le terrain convoité par la ville de MIrabel, et le maire Meilleur, en A, tout comme les deux sites proposés par l’UPA locale, en B, ont le mérite de se trouver à proximité de la voie ferrée, et à distance de marche du secteur résidentiel.  Au niveau des inconvénients, le premier se trouve en territoire agricole, alors que les deux derniers sont désavantagés par leur superficie réduite, rendant une éventuelle expansion de la gare impossible, et limitant sérieusement le nombre d’espaces de stationnement.  Par contre, le site proposé par la députée offre beaucoup, beaucoup d’espaces de stationnement.  Le problème, c’est qu’il se trouve, à vol d’oiseau, à quelque 8,5 kilomètres de la voie ferrée!  Encore mieux; il faudra construire un nouveau tronçon de voie ferrée, qui devra traverser la route 117, l’autoroute 15, et se frayer une voie jusqu’à l’aérogare, actuellement désaffectée.  Ensuite, comme un train requiert beaucoup plus d’espace qu’un autobus pour changer de direction, il faudra construire une boucle, afin de tourner, et revenir vers la voie ferrée d’origine.  De plus, comme le rayon de braquage d’un train est beaucoup plus grand que celui d’un autobus, il faudra forcément exproprier – et faire dézoner devant la CPTAQ – une surface de terrain, le long de la ligne actuelle, pour construire les bretelles donnant accès à la nouvelle ligne vers l’aérogare, terrain qui sera plus grand que ce qui serait nécessaire pour construire la gare sur la rue Victor!  Je n’ose même pas tenter d’imaginer la facture d’une telle lubie!

Autre point; selon la page de la ligne de train de banlieue de Saint-Jérôme du site web de l’AMT, le train met normalement 14 minutes pour faire la distance entre les gares de Saint-Jérôme et de Blainville; le détour vers l’aérogare prolongera ce trajet d’une bonne vingtaine de minutes, sans compter le temps d’embarquement, et/ou de débarquement des passagers.  Si l’on regarde ensuite la distance à parcourir pour les gens de Saint-Janvier, qui devront forcément prendre leur voiture pour se rendre d’abord à l’aérogare, ils devront parcourir environ 12 kilomètres, si l’on mesure à partir du coin de la rue Charles et de la route 117.  Or, s’ils font 12 kilomètres dans l’autre direction, ils auront dépassé l’autoroute 640!  Ils auront parcouru presque la moitié du parcours pour se rendre à leur travail!  Autrement dit, ce ne serait pas vraiment plus long pour eux de se rendre directement à Saint-Jérome, pour prendre le train à la gare terminale!

Comme on peut le voir, la proposition de la députée Denise Beaudoin est cousue de fil blanc, et n’a aucun rapport avec la moindre logique.  Bel essai, madame, mais compte tenu de tout ce qu’il en coûterait, et de l’achalandage qui risque d’être finalement très faible, à cause de tous les désagréments, je vous dirai tout simplement, en mon nom personnel, et au nom de tous ceux qui voudront joindre leur voix à la mienne, “Thanks, but no, thanks!”  La prochaine fois que vous aurez une idée semblable, regardez-vous dans le miroir, et demandez-vous si vous avez le goût de défrayer la facture associée à votre idée à partir de vos finances personnelles.  Il sera clair que cette idée ne se rendra pas jusqu’aux médias locaux.  Quant aux autres décideurs de la région, et à l’actuel maire de Mirabel, je vois dirai, tout aussi simplement qu’à madame la députée, qu’une gare à Saint-Janvier, ça presse!

Publicités

4 réactions sur “Train de banlieue: Une gare à Saint-Janvier, ça presse!

  1. Richard, l’idée de la députée était de prolonger la ligne de Deux-Montagnes vers l’aérogare. Non pas de biffurquer la ligne de St-Jérôme.
    À mon avis ça ferait plus de sens. Toute la main d’oeuvre qui se rend à Mirabel. Des dizaines de milliers d’employés. Ils pourraient en profiter pour faire une gare à St-Eustache.
    Mais le goulot d’étranglement à ce niveau c’est la voie ferrée qui est simple de Bois-Franc à Deux-Montagnes. Ils doivent doubler la track avant d’augmenter le service. C’est la principale raison pourquoi il n’y a pas de gare à St-Eustache… Et éventuellement jusqu’à l’aérogare.

    2 Liens:
    http://www.leveil.com/Economie/2008-11-15/article-1348354/Francois-Desrochers-privilegie-le-train-de-banlieue-avant-le-prolongement-de-l%26rsquo%3Bautoroute-13/1

    http://www.lechodesteustache.ca/2013/03/26/ca-prend-une-gare-a-saint-eustache

    À mon avis une idée de génie… Train électrique, grand parking, place pour expansion, incitation pour les entreprises à s’installer à Mirabel là où les gens habitent… hors de MTL.

    J'aime

  2. À peu près le seul avantage de faire ce qu’elle suggère, mettre la gare à Mirabel, c’est de pouvoir visiter et voir l’aérogare! (et, dans les années à venir, rouvrir l’aéroport avec un meilleur réseau de transport… mais bon, c’est toute une autre histoire.)

    Si j’étais en charge, je mettrais la gare au site A, simplement à cause du potentiel d’expansion (non disponible en B), et aussi parce que B traverse un ruisseau, et je pense que l’étude environnementale serait fortement contre cela. Tant pis pour les agriculteurs du site A, parce que ce n’est pas à l’échelle de Mirabel, tout ça!

    D’ailleurs que je trouve que l’aérogare serait probablement trop grande, pour un train de banlieue. Mais je ne m’y connais pas en gares et aérogares. Par contre, s’il y avait un chemin de fer pour passagers entre Gatineau et la région de Montréal, je trouve que Mirabel serait un excellent arrêt.

    J'aime

  3. @ Jérémie Bédard:
    D’abord, merci pour les deux liens. Par contre, je dois spécifier que dans l’article de l’Éveil, de deux choses l’une; soit que la journaliste, Valérie Maynard, s’est carrément laissée éblouir par le candidat adéquiste lors de l’élection de 2008, François Desrochers, alors en pleine campagne électorale, lorsque l’article fut écrit, soit que ce dernier ne sait pas calculer les distances. L’article dit: « De fait, M. Desrochers affirme qu’il est tout à fait possible de prolonger la ligne de train de banlieue Montréal–Deux-Montagnes vers l’aéroport de Mirabel, soit une distance de moins de cinq kilomètres de voie ferroviaire. », Je suis allé voir, avec Google Earth, et si l’on parcourt cinq kilomètres à partir de la fin actuelle de la ligne de Deux-Montagnes, et ce sur l’ancienne emprise ferroviaire existante, qui s’en va en droite ligne vers l’aéroport, au bout de cinq kilomètres, on se retrouve à Mirabel, mais pas tout à fait devant l’aérogare; nous sommes plutôt derrière le 13881, chemin de la Côte des Corbeil, soit à 8 kilomètres des limites du territoire de l’aéroport. Il n’y a donc pas 5, mais plutôt 13 kilomètres à parcourir! Pire encore; si l’on a atteint le terrain, il nous faut encore traverser les pistes, ou encore les contourner, parce que l’aérogare se trouve de l’autre côté de celles-ci! Bref, avec ses 10 millions$, Desrochers ne serait pas allé bien loin! D’un autre côté, je n’ai rien contre le fait que St-Eustache ait aussi sa gare, quoique le seul endroit où l’installer serait quelque part le long du boulevard René-Lévesque, si l’on ne veut pas se lancer dans des expropriations massives. Ce faisant, on desservirait surtout la partie nord de la ville, soit le secteur délimité par les boulevards René-Lévesque et Arthur-Sauvé, la rue Primeau, le boulevard Industriel, et le chemin de la rivière Nord. En définitive, dans les deux cas, rien pour les résidents de Saint-Janvier, alors que ce sont eux qui demandent, depuis 2006, une gare à construire le long de la ligne qui traverse déjà leur territoire!

    @ kompilesoft:
    Encore là, il faut faire attention! L’aérogare de Mirabel est peut-être un beau point central, mais les usines du parc industriel en sont si éloignées qu’il faudra des autobus sur place pour faire la navette! Ensuite, un million de pieds carrés, c’est beaucoup, beaucoup trop grand pour accueillir une gare de trains de banlieue, et ce qu’elle se rende vers Gatineau, ou non. Pour donner une idée des dimensions requises, pour une telle gare, on s’apprête à en construire une à Terrebonne, sur la nouvelle ligne vers Mascouche, près du quartier de l’hôpital Pierre-Le-Gardeur, dans le secteur est l’ancienne ville de Lachenaie,… au beau milieu de l’autoroute 640! C’est donc dire que la gare elle-même peut s’insérer dans le terre-plein standard d’une autoroute, ce qui n’est vraiment pas énorme. Quant au stationnement, il sera construit entre l’autoroute 640 et le prolongement du boulevard Marcel-Therrien. Et le projet demandé par Mirabel depuis 2006 n’est pas d’envergure provinciale, mais bien à l’échelle de Mirabel, et plus précisément à celle de l’ancien village de Saint-Janvier; c’est d’ailleurs en partie pour cette raison que la CPTAQ a refusé le dézonage à plusieurs reprises.

    J'aime

  4. Avant une desserte à Gatineau, il ne faudrait pas oublier le secteur de Lachute, desservi actuellement par Chemin de fer Québec-Gatineau (CFQG) appartenant à Genesee & Wyoming qui avait acquis du CP, les subdivions Lachute, St-Maurice Valley, et Trois-Rivieres ainsi qu’une « spur » qui était l’ancienne subdivision St-Gabriel à Joliette.

    L’ancinenne subdivision Montfort du CN reliant Deux-Montagnes à St-Jérôme qui est au nord de la ligne du Québec-Gatineau à été acquis par ce dernier mais l’autre tronçon au sud de la ligne du CFQG rejoignait la subdivision Deux-Montagnes a été démantelée (la subdivision Deux-Montagnes était auparvant connue sous le nom de subdivision Greenville où elle s’allongeait jusqu’à Carillon et Grenville pour rejoindre la subdivision L’Original à Hawksbury). Cette ligne aurait pu profiter d’une extension de l’AMT à Lachute via St-Augustin-de-Mirabel où l’AMT aurait continué ensuite sur la subdivision Lachute du CFQG. On voit encore l’emprise de cette ancienne ligne sur Google maps http://goo.gl/maps/FO7vy

    J'aime

Les commentaires sont fermés.