Virginie Roy: Ce sera long, mais l’expérience commence à entrer…

Cette chère Virginie Roy, sur le dos de laquelle j’aime bien me défouler, je l’avoue, m’a encore donné, cette semaine, matière à écrire. L’un de ses derniers articles, intitulé « L’expérience du Grand prophète« , donne l’impression qu’à défaut de comprendre le raisonnement mercantile d’Al Gore, elle commence au moins à faire des constats.

Elle a constaté, d’abord, que le Grand prophète se déplace en limousine, comme les autres « stars », et non pas dans une voiture électrique, ni même hybride. Elle se souvient aussi que, et je cite, « En 2006, le Centre de recherche politique du Tennessee (TCPR) dévoilait que la propriété d’Al Gore consommait plus d’électricité en un mois qu’un foyer américain moyen en un an. » Elle parle aussi de la mise au point que la « machine Gore » a faite au Washington Post, qui disait que l’électricité qui alimente son château était « verte », et qu’en plus de participer au programme Green Power Switch, la famille Gore compense ses émissions grâce au programme de taxe carbone. Madame Roy ajoute « Autant dire que les riches peuvent se permettre le luxe de la consommation excessive. »

Par contre, elle semble tout lui pardonner, si l’on se fie à la fin de son article.

Bon, elle est jeune, encore, cette Virginie Roy. Du moins, elle le semble, sur sa photo; dans les faits, je n’ai aucune idée de son âge. Aussi, je me dis qu’un jour, dans très, très longtemps, l’expérience fera son chemin à travers sa naïveté, et qu’elle finira peut-être, un jour, par comprendre.

Publicités