Élections fédérales: Le « deal » libéral-vert fait des petits!

Non-contents de leur « deal » antérieur, avec les libéraux, lequel faisait en sorte qu’un des deux partis ne présentait pas de candidat dans la circonscription du chef de l’autre parti, les verts sont allés encore plus loin.

Déjà que dans certaines circonscriptions, au Québec, quelques candidats verts ont déclaré se retirer de la course, et encourager leurs supporteurs à voter libéral, dans le but de battre les conservateurs, voilà que la chef des verts, Elizabeth May, en rajoute.  En effet, après avoir refusé de le faire, il y a quelques jours à peine, elle demande maintenant aux électeurs d’une soixantaine de circonscriptions, à travers le Canada, de « voter stratégique », soit en votant pour les libéraux, soit pour les néodémocrates, afin d’empêcher les conservateurs de remporter la victoire, aux élections de mardi prochain.

Pendant que Gilles Duceppe, de son côté, demande à sa garde rapprochée, « Tassez-le donc de là, c’est un imbécile! », en parlant de Luc Harvey, député conservateur dans la circonscription de Louis-Hébert, sur lequel il est tombé lors d’un bain de foule au marché Sainte-Foy, à Québec, voilà que la leader des verts demande à ses gens de voter pour d’autres!  Cou’donc, qu’ont-ils fait de si mal, les conservateurs?  Les chefs des tiers-partis ne sont pas contents d’avoir des gestionnaires qui respectent leurs engagements?  Comme ces deux partis (le bloc et les verts) ne prendront jamais le pouvoir, ils ont le beau jeu de « se mettre dans les jambes » de ceux qui exercent le pouvoir.

J’ai une idée, afin de séparer les « vrais » des amateurs, lors des prochaines élections.  Pas celles de mardi prochain, mais les suivantes.  La règle serait simple; pour être admis au débat des chefs, il faudra avoir au moins cinq députés élus à la Chambre des communes, et avoir des candidats dans 7 provinces, représentant 50% de la population.  Simple, précis, et les vrais prétendants au pouvoir pourraient débattre en paix.  À voir ce à quoi les deux débats ont ressemblé, cette fois-ci, je crois que ce serait la meilleure chose à faire.  Pas de régionaux, ni de « traîneux » de fin de course!  Que de véritables prétendants au pouvoir!

Publicités

4 réactions sur “Élections fédérales: Le « deal » libéral-vert fait des petits!

  1. M’ouais, avec 134, plus 120, ça donne 254 circonscriptions, pour ces deux seuls partis. Il reste bien peu pour les autres.

    À titre de comparaison, la composition de la Chambre des communes, au moment du déclenchement des élections, était la suivante:

    Conservateurs: 127
    Libéraux: 95
    Bloc: 48
    NPD: 30
    Verts: 1
    Indépendants: 3
    Sièges vacants: 4

    Je n’ose pas m’avancer dans des prédictions de nombre de sièges, mais je crois, moi aussi, que Harper sera minoritaire. S’il avait pris ses adversaires un peu plus au sérieux, il avait une bonne majorité à la clé, mais bon. Je crois que c’est là le point faible de Harper; les campagnes électorales.

    On aura les premiers résultats à 22h00. On verra bien.

    J'aime

  2. À minuit et dix, les scores étaient:

    Conservateurs: 134 élus, 8 en avance, pour 142
    Libéraux: 71 élus, 6 en avance, pour 77
    Bloc: 47 élus, 3 en avance, pour 50
    NPD: 30 élus, 7 en avance, pour 37
    Verts: …un gros Zéro
    Indépendants: 2 élus, pour 2

    Devant ce constat, il devient clair que le grand perdant est le chef libéral, Stéphane Dion; les conservateurs et le NPD ont fait des gains, et le bloc est stable. Je crois que monsieur Dion aura bientôt du temps pour s’amuser avec son chien, Kyoto.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.