A-440 à Laval: Fermez la bretelle

Ce lundi, 5 août, un carambolage s’est produit sur l’autoroute 440, en direction ouest, entre le boulevard Industriel et l’autoroute 15, à Laval.  Le bilan, au moment d’écrire ce texte, est de 4 morts, et d’une quinzaine de blessés.  L’accident, survenu par très beau temps, a impliqué deux camions-remorques, et environ une demi-douzaine de voitures et de VUS.  Un incendie s’est déclaré parmi les véhicules, donnant au site de l’accident des airs apocalyptiques.

Il va de soi que mon premier réflexe est d’offrir mes plus sincères condoléances aux proches des victimes, et mes souhaits de prompt rétablissement aux blessés.  Mes remerciements également aux premiers répondants, et autres personnes impliquées aux services d’urgence (policiers, pompiers, ambulanciers, etc.).

Maintenant que les premiers constats sont faits, que l’enquête est en cours, et que le site du drame est nettoyé, les experts (et pseudo-experts) vont donner leur avis sur les causes possibles de l’accident.  Hormis ceux qui gueulent que les camions vont toujours trop vite (malgré que la très grande majorité soient “barrés” à 105 km/h), plusieurs s’entendent sur le fait que la bretelle de sortie, qui mène de l’A-440 vers la voie de services, est trop courte, de même que la distance entre celle-ci, et l’autre bretelle, celle qui va de la voie de services vers l’A-15 nord.  C’est un endroit où les usagers de la route sont parfois très agressifs, coupant dangereusement devant les camions pour se faufiler.  Plusieurs l’expliquent dans cet article du Journal de Montréal.

Le ministre des transports, François Bonnardel, promet d’agir rapidement, comme l’indique Sara Champagne, dans La Presse.  Si je peux ajouter mes deux cennes ici, la première mesure à prendre serait probablement la plus simple, et la moins coûteuse; fermer la bretelle en question, et amener les usagers de la route à prendre la voie de services par la sortie du boulevard Industriel.  D’abord parce que la sortie se fait sur deux voies de large, ce qui peut éviter, à tout le moins partiellement, les manœuvres téméraires.  Ensuite, parce que la sortie du boulevard Industriel marque le début de la voie de services, il n’y a pas lieu de surveiller pour d’éventuels véhicules arrivant par la droite, une fois dans la bretelle.  Tout au plus faudra-t-il ajouter une troisième voie entre la première bretelle d’entrée du boulevard Industriel et la bretelle de sortie vers l’A-15 nord.

Évidemment, cela se veut une mesure temporaire, compte tenu du nombre d’usagers qui vont de l’A-440 ouest vers l’A-15 nord.  La meilleure solution sera la construction d’un échangeur directionnel (ou de flyovers, comme disent les américains) sur le site de l’actuel échangeur en trèfle à quatre feuilles.

Je le dis depuis longtemps, le développement des autoroutes est en retard d’environ 40 ans, au Québec.  Avec l’augmentation de la population, et le développement économique, la demande, envers le réseau routier, a aussi augmenté, mais l’offre n’a jamais suivi.  Résultat, nous roulons sur un réseau de transport où le hasard fait drôlement bien les choses.  Sauf qu’à l’occasion, le hasard en échappe une; ça donne des événements comme celui de ce lundi, à Laval.  Parce que pour chaque accident majeur à survenir, il y a des dizaines, voire des centaines de fois où des conducteurs se disent “Oh, que ça passé proche!”

Publicités

La route 2 – (8) De Rivière-du-Loup à Saint-Louis-du-Ha!-Ha!

La dernière fois, nous faisions notre entrée à Rivière-du-Loup, là où la route de la Montagne devient la rue Fraser.

Tout juste après l’entrée, les lieux ont été réaménagés lors du passage de l’autoroute 20, puis encore plus récemment, puisque l’on retrouve un carrefour giratoire moderne.  Après le viaduc qui surplombe la 20, et le carrefour giratoire tout neuf, la route 132 actuelle devient le boulevard de l’Hôtel-de-Ville, alors que la rue Fraser, probablement l’ancienne route 2, se poursuit en prenant à gauche, 350 mètres après le carrefour giratoire.  Entre les bretelles de l’A-20 est et l’intersection, quelques maisons logent toujours le long de l’ancienne rue Fraser.  On parcourt ensuite environ 2,5 kilomètres sur la rue Fraser, puis la route 2 se continue à droite, sur la rue Lafontaine.  À 200 mètres de l’intersection de la rue Fraser, on croise la rue Beaubien (route 291 est) puis, à 250 mètres de là, la rue de l’Hôtel-de-ville (route 132, et route 291 ouest).  À partir de là, la rue Lafontaine prend un parcours sinueux, question de suivre, de plus ou moins loin, la rive ouest de la rivière du Loup.  Après 360 mètres, la rue Lafontaine devient à sens unique vers le sud, la circulation vers le nord empruntant la rue Amyot.  Je ne suis vraiment pas certain que c’était comme ça en 1950, mais bon!  À 140 mètres de la rue Amyot, la rue Lafontaine rejoint la rue Joly, dont elle prend l’axe.  La route 2 se poursuit en ligne presque droite sur environ 500 mètres avant de bifurquer à gauche, sur la rue Saint-Magloire, et rejoindre l’axe de la rue Amyot, 200 mètres plus loin, à la hauteur de la rue Saint-Elzéar.  À nouveau à double sens, la rue Saint-Magloire passe ensuite sous un pont ferroviaire, et longe la rivière sur un peu plus de 100 mètres, avant de la traverser via un pont que l’on emprunte suite à une courbe à 90 degrés.  Tout juste de l’autre côté du pont, on bifurque à nouveau, à droite, cette fois, sur la rue Témiscouata, qui longe la rivière du côté est.  Nous sommes dans le quartier Saint-Ludger.

Au bout d’un kilomètre, la rue Témiscouata s’éloigne de la rivière, et adopte, après quelques courbes légères, une ligne pratiquement droite, puis rejoint le tout nouveau boulevard Industriel (route 191), qui n’était définitivement pas là en 1950.  1,2 kilomètre plus loin, à la croisée de l’entrée d’une usine, et d’un chemin agricole, la rue Témiscouata devient le chemin Rivière-Verte.  Après deux autres kilomètres, on arrive au 1er Rang Ouest, puis au 1er Rang Est, les deux étant décalés d’environ 60 mètres.  À 1,1 kilomètres de là, on atteint la rue Principale de Rivière-Verte, et 600 mètres plus loin, c’est le 2e Rang Est.  On parcourt 100 mètres de plus, et on entre dans une courbe plutôt serrée, puis on retombe à nouveau en ligne droite, pour un bout, puis on tourne à nouveau, cette fois vers l’intersection de la route 185 actuelle.  La route 2 suivra l’actuelle route 185, à quelques exceptions près, à savoir quelques corrections de courbes, sur 11,3 kilomètres, puis s’en séparera pour emprunter un chemin qui s’appelle aujourd’hui tout simplement l’Ancienne route 2, et ce sur 2,4 kilomètres.  On tournera ensuite à droite, sur le chemin Taché Ouest, que l’on suivra sur un kilomètre et demi, avant de retourner à l’actuelle route 185.  Sur les photos de Google Earth, dont la résolution n’est pourtant pas la meilleure, on peut voir les anciennes courbes qui furent remplacées par des intersections à angle droit.

Après un autre 2,3 kilomètres sur l’actuelle route 185, la route 2 emprunte le chemin de Couturier, une route sinueuse, sur 3,5 kilomètres, puis prend à gauche sur la rue Principale Ouest, dans ce qui fut autrefois le village de Couturier, qui aujourd’hui n’est plus qu’un lieu-dit.  Après 6,6 kilomètres, le chemin devient la rue Principale du village de Saint-Honoré-de-Témiscouata.  760 mètres plus loin, nous sommes au coeur du village; à gauche, c’est la rue de la Gare, et à droite, la rue de l’Église (les deux forment la route 291).  Soit dit en passant, nous pouvons enfin cesser de respirer la poussière; la route 2, entre Rivière-du-Loup et Saint-Honoré était, selon ma carte de 1950, en gravier!  Puis à 1,6 kilomètres de là, à la hauteur de la route Perreault, la route 2 devient la rue Principale Est, sur 5,1 kilomètres, avant de rejoindre à nouveau l’actuelle route 185.  À 1,9 kilomètres de l’intersection, un réaménagement de la route 2 fait qu’une partie de son ancienne emprise est devenue une section du rang Vauban, puis 3,4 kilomètres plus loin, la route 2 se détache de l’actuelle route 185 pour suivre le chemin de la Savane.  Nous parcourons 2,3 kilomètres avant d’atteindre la rue Commerciale, dont la petite rue Tardif représente l’ancienne courbe.  Après 1,5 kilomètre, nous arrivons à la rue Raymond, qui correspond au coeur du village de Saint-Louis-du-Ha!-Ha!