Programme du MTQ pour 2016-18: Rien de rassurant

C’est hier, 8 avril, que le ministre des transports – pardon, le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports*, monsieur Jacques Daoust, y est allé de la conférence de presse annuelle du MTQ – pardon, du MTMDET, celle au cours de laquelle les chiffres des investissements routiers des deux prochaines années sont dévoilés.  Selon ce que l’on nous montre à ce sujet sur le site web du ministère, c’est à peine 6,1% des quelque 4,7 milliards$ investis qui proviendront de “partenaires”, c’est à dire des municipalités, et du gouvernement du Canada.  Il faut toutefois spécifier que les deux principaux projets financés en partie par le fédéral, soit les autoroutes 35 et 85, sont en sursis cette année; les travaux de la dernière phase de l’A-85, entre Saint-Antonin et Saint-Louis-du-Ha! Ha! devraient en principe commencer l’an prochain, alors que du côté de l’A-35, la suite des choses est toujours à l’étude.

Évidemment, les listes des chantiers par région ne seront disponibles que dans quelques semaines, mais pour l’instant, on nous donne la répartition des fonds entre les régions, et entre les différents aspects des travaux.  On y apprend que sur les 4,725,200,000$ investis, seulement 478,4M$, soit environ 10,1%, iront au développement du réseau routier.  C’est donc près de 90% des sommes allouées cette année qui iront à la conservation du réseau actuel, dont 2,1G$ à la conservation des structures (ponts, viaducs, etc.), et 1,25G$ en asphaltage, ce qui prouve que le réseau routier a toujours besoin de rattrapage.  Le pire, c’est que si l’on tient compte de la qualité des travaux effectués au cours des dernières années, qualité qui souvent laissait à désirer, la somme à investir pour assurer un réseau de qualité devra aller en augmentant.  Bref, malgré les chiffres qu’on nous balance à l’occasion, il semble que les choses ne vont pas en s’améliorant.  Il y a une raison simple à cela; les infrastructures construites, ou rénovées, ne le sont pas toujours en fonction de la réalité sur le terrain.  Par exemple, si l’on refait une route en fonction d’un DJMA** de 50,000 véhicules par jour, et que dans les faits, il en passe plutôt 100,000, il est clair que l’infrastructure durera moins longtemps.

Quand on regarde au niveau des régions, on constate que l’île de Montréal a la part du lion, avec 1,405,970,000$, soit à peine moins de 30% du budget total.  On peut comprendre que l’échangeur Turcot prend à lui seul une large part de ce budget; en plus de construire le nouveau complexe, des sommes se chiffrant en centaines de millions de dollars sont nécessaires à maintenir les composantes de l’échangeur actuel en place.  La région de la Capitale-Nationale (incluant la ville de Québec, mais sans s’y limiter) arrive en troisième place, avec 443,413,000$, se faisant damer le pion par la Montérégie, qui bénéficiera de 532,103,000$.  Viennent ensuite dans l’ordre la Côte-Nord (305,318,000$), Chaudière-Appalaches (297,715,000$), les Laurentides (242,502,000$), le Saguenay-Lac-Saint-Jean (219,856,000$), l’Abitibi-Témiscamingue (198,808,000$), le Bas-Saint-Laurent (188,093,000$), la Mauricie (138,972,000$), Lanaudière (135,612,000$), le Centre-du-Québec (129,205,000$), l’Outaouais (125,658,000$), l’Estrie (124,542,000$), la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine (96,344,000$), et le Nord-du-Québec (73,687,000$), alors que l’île de Laval ferme la marche avec 67,382,000$.

Attendons maintenant de voir quels seront les projets à réaliser dans chacune des régions du Québec.  Nous le saurons d’ici quelques semaines, à mesure que sortiront les listes régionales détaillées.

 

* Vous me permettrez de continuer d’utiliser les formules courtes, à savoir “MTQ”, et “Ministère des transports”.

** DJMA: Débit journalier moyen annuel.

Publicités

Route 185: Un accident mortel,… encore!

Je me répète à nouveau, mais encore une fois, la route 185 a fait un mort, la semaine dernière.  C’est ce que rapporte le site web InfoDimanche.com, dans un texte d’Andréanne Lebel.  L’accident s’est produit à la hauteur de Saint-Honoré-de-Témiscouata, le mercredi 9 juillet dernier, vers 9h15.  C’est une collision frontale, survenue au kilomètre 57, entre un camion-benne et une camionnette de type pick-up, qui a coûté la vie au conducteur de cette dernière.

Toujours selon l’article, il s’agit de la seconde collision mortelle à survenir à Saint-Honoré cette année, l’autre ayant eu lieu il y a environ six mois.  Une troisième mort tragique est à déplorer, cette fois à Dégélis, en février dernier.  Il est à noter que Saint-Honoré-de-Témiscouata se trouve le long de ce qui serait, en principe, le tout dernier tronçon de la route 185 à être doublé, soit celui entre Saint-Antonin, au sud-est de Rivière-du-Loup, et Saint-Louis-du-Ha!-Ha!.

La route 185 apporte son lot de décès annuellement, et cette année ne semble manifestement pas faire exception.

La route 2 – (9) De Saint-Louis-du-Ha!-Ha! à la frontière du Nouveau-Brunswick

Nous nous sommes laissés à l’angle des rues Raymond et Commerciale, à Saint-Louis-du-Ha!-Ha!  La continuité de la route 2 a été coupée par la construction de la nouvelle route 185 à chaussées séparées, qui deviendra l’autoroute 85, une fois que tous les travaux seront complétés.  Pour rejoindre l’autre côté de la rupture, il faut prendre la rue Raymond, traverser le viaduc, et tourner à gauche sur la rue Madgin, afin de rejoindre le vieux tracé.  La route 2 poursuivait son parcours sur la rue Commerciale sur environ un kilomètre, puis empruntait l’emprise de la route 185 actuelle sur plus ou moins 1,3 kilomètres avant de rejoindre ce qui est maintenant devenu la rue Madgin.  On parcourt environ 3,8 kilomètres au cours desquels la rue Madgin devient la chemin du Golfe, puis on tourne à gauche, pour traverser à nouveau la nouvelle route 185, à la faveur d’un viaduc de 130 mètres, puis à droite, pour reprendre la rue Commerciale Nord (route 232), afin de poursuivre notre chemin.  Évidemment, en 1950, la configuration des lieux était toute autre!  Nous entrons à Cabano, qui fait maintenant partie de la municipalité de Témiscouata-sur-le-Lac.

Après un kilomètre, on croise le Vieux-Chemin puis, sur 1,4 kilomètres, on a sous les yeux un charmant et bucolique village.  Ensuite, on traverse un pont; au-delà de celui-ci, le village fait place à un parc industriel, et après 1,1 kilomètres, on tournera à droite, sur la rue de l’Anse, afin de traverser un autre viaduc, puis à gauche, sur la bretelle qui nous ramène à la route 185 actuelle.  Au-delà de la rue de l’Anse, la rue Commerciale Nord devient une voie de service de la future autoroute, et se termine à 1,2 kilomètres de là.  Tout juste après la bretelle, la route 232 se poursuit vers la gauche, pour conduire à Rivière-Bleue.  De retour sur la route 2 (route 185), on croise la route Lizotte (4,5 kilomètres), à droite, puis le chemin du Lac, à gauche (5,7 kilomètres).  Après 7,3 kilomètres, on voit la montée du Détour, à droite, et à gauche, l’axe de la route 2, soit la rue Commerciale Sud, que nous ne pouvons toutefois pas atteindre directement, compte tenu de la nouvelle configuration de la route 185.  Afin de rejoindre la rue Commerciale Sud, nous devrons prendre la sortie 29, puis tourner à droite sur la rue de l’Aréna, et encore à droite sur la rue de l’Église, que nous suivrons sur les trois-quart d’un kilomètre.  Une fois atteinte la rue Commerciale Sud, on la prendra par la droite, et on parcourra environ un kilomètre à travers les rues de l’autre composante de la municipalité de Témiscouata-sur-le-Lac, soit l’ancien village de Notre-Dame-du-Lac, sur les 2,7 kilomètres qui vont finalement nous relier, à nouveau, à la route 185 actuelle.  Le périmètre urbain de Notre-Dame-du-Lac est toutefois beaucoup plus clairsemé que celui de Cabano.

La route 2 (route 185) longera encore de près le lac Témiscouata sur une distance de 1,8 kilomètres avant de croiser le chemin du Lac.  La route 2 suit ce chemin qui, sur encore 1,6 kilomètres, sera séparé du lac tantôt par des maisons, tantôt par le sentier du Parc linéaire interprovincial du Petit-Témis, une voie cyclable qui relie le Québec au Nouveau-Brunswick.  En 1950, cette piste cyclable était probablement un chemin de fer.  Par la suite, la route 2 s’éloigne du lac pour rentrer dans les terres.  Après 3,4 kilomètres, à la hauteur d’un chemin de traverse, le reliant à l’actuelle route 185, le chemin du Lac devient le chemin Neuf.

On mettra un autre 5 kilomètres, sur ce chemin somme toute assez sinueux, avant d’atteindre la 2e Rue Est, et le village de Sainte-Rose-du-Dégelé (Dégelis), un “dégelé” désignant, en vieux français, un plan d’eau “qui ne gèle pas”, dans le cas présent à cause des forts courants de la rivière Madawaska, qui tient lieu de décharge du lac Témiscouata.  Après la 2e Rue Est, le chemin Neuf devient l’avenue Principale, et traverse la petite ville sur 2,5 kilomètres, dont presque deux kilomètres en ligne droite, avant de croiser la rue Industrielle, et de devenir l’avenue de la Madawaska.  De là, on quitte le périmètre urbain, et la route 2 redevient une route de campagne.  À 4 kilomètres de là, la route 2 prend le chemin de l’Arc-en-Ciel, sur 2,6 kilomètres, avant de revenir à l’avenue de la Madawaska (route 185).  À 6,7 kilomètres de ce point, la route 2 québécoise devient la route 2 du Nouveau-Brunswick, et ce point marque la fin de notre périple, commencé… le 18 mai 2009!  Qui l’aurait crû?  Plus de quatre ans et demi!

La route 2 – (8) De Rivière-du-Loup à Saint-Louis-du-Ha!-Ha!

La dernière fois, nous faisions notre entrée à Rivière-du-Loup, là où la route de la Montagne devient la rue Fraser.

Tout juste après l’entrée, les lieux ont été réaménagés lors du passage de l’autoroute 20, puis encore plus récemment, puisque l’on retrouve un carrefour giratoire moderne.  Après le viaduc qui surplombe la 20, et le carrefour giratoire tout neuf, la route 132 actuelle devient le boulevard de l’Hôtel-de-Ville, alors que la rue Fraser, probablement l’ancienne route 2, se poursuit en prenant à gauche, 350 mètres après le carrefour giratoire.  Entre les bretelles de l’A-20 est et l’intersection, quelques maisons logent toujours le long de l’ancienne rue Fraser.  On parcourt ensuite environ 2,5 kilomètres sur la rue Fraser, puis la route 2 se continue à droite, sur la rue Lafontaine.  À 200 mètres de l’intersection de la rue Fraser, on croise la rue Beaubien (route 291 est) puis, à 250 mètres de là, la rue de l’Hôtel-de-ville (route 132, et route 291 ouest).  À partir de là, la rue Lafontaine prend un parcours sinueux, question de suivre, de plus ou moins loin, la rive ouest de la rivière du Loup.  Après 360 mètres, la rue Lafontaine devient à sens unique vers le sud, la circulation vers le nord empruntant la rue Amyot.  Je ne suis vraiment pas certain que c’était comme ça en 1950, mais bon!  À 140 mètres de la rue Amyot, la rue Lafontaine rejoint la rue Joly, dont elle prend l’axe.  La route 2 se poursuit en ligne presque droite sur environ 500 mètres avant de bifurquer à gauche, sur la rue Saint-Magloire, et rejoindre l’axe de la rue Amyot, 200 mètres plus loin, à la hauteur de la rue Saint-Elzéar.  À nouveau à double sens, la rue Saint-Magloire passe ensuite sous un pont ferroviaire, et longe la rivière sur un peu plus de 100 mètres, avant de la traverser via un pont que l’on emprunte suite à une courbe à 90 degrés.  Tout juste de l’autre côté du pont, on bifurque à nouveau, à droite, cette fois, sur la rue Témiscouata, qui longe la rivière du côté est.  Nous sommes dans le quartier Saint-Ludger.

Au bout d’un kilomètre, la rue Témiscouata s’éloigne de la rivière, et adopte, après quelques courbes légères, une ligne pratiquement droite, puis rejoint le tout nouveau boulevard Industriel (route 191), qui n’était définitivement pas là en 1950.  1,2 kilomètre plus loin, à la croisée de l’entrée d’une usine, et d’un chemin agricole, la rue Témiscouata devient le chemin Rivière-Verte.  Après deux autres kilomètres, on arrive au 1er Rang Ouest, puis au 1er Rang Est, les deux étant décalés d’environ 60 mètres.  À 1,1 kilomètres de là, on atteint la rue Principale de Rivière-Verte, et 600 mètres plus loin, c’est le 2e Rang Est.  On parcourt 100 mètres de plus, et on entre dans une courbe plutôt serrée, puis on retombe à nouveau en ligne droite, pour un bout, puis on tourne à nouveau, cette fois vers l’intersection de la route 185 actuelle.  La route 2 suivra l’actuelle route 185, à quelques exceptions près, à savoir quelques corrections de courbes, sur 11,3 kilomètres, puis s’en séparera pour emprunter un chemin qui s’appelle aujourd’hui tout simplement l’Ancienne route 2, et ce sur 2,4 kilomètres.  On tournera ensuite à droite, sur le chemin Taché Ouest, que l’on suivra sur un kilomètre et demi, avant de retourner à l’actuelle route 185.  Sur les photos de Google Earth, dont la résolution n’est pourtant pas la meilleure, on peut voir les anciennes courbes qui furent remplacées par des intersections à angle droit.

Après un autre 2,3 kilomètres sur l’actuelle route 185, la route 2 emprunte le chemin de Couturier, une route sinueuse, sur 3,5 kilomètres, puis prend à gauche sur la rue Principale Ouest, dans ce qui fut autrefois le village de Couturier, qui aujourd’hui n’est plus qu’un lieu-dit.  Après 6,6 kilomètres, le chemin devient la rue Principale du village de Saint-Honoré-de-Témiscouata.  760 mètres plus loin, nous sommes au coeur du village; à gauche, c’est la rue de la Gare, et à droite, la rue de l’Église (les deux forment la route 291).  Soit dit en passant, nous pouvons enfin cesser de respirer la poussière; la route 2, entre Rivière-du-Loup et Saint-Honoré était, selon ma carte de 1950, en gravier!  Puis à 1,6 kilomètres de là, à la hauteur de la route Perreault, la route 2 devient la rue Principale Est, sur 5,1 kilomètres, avant de rejoindre à nouveau l’actuelle route 185.  À 1,9 kilomètres de l’intersection, un réaménagement de la route 2 fait qu’une partie de son ancienne emprise est devenue une section du rang Vauban, puis 3,4 kilomètres plus loin, la route 2 se détache de l’actuelle route 185 pour suivre le chemin de la Savane.  Nous parcourons 2,3 kilomètres avant d’atteindre la rue Commerciale, dont la petite rue Tardif représente l’ancienne courbe.  Après 1,5 kilomètre, nous arrivons à la rue Raymond, qui correspond au coeur du village de Saint-Louis-du-Ha!-Ha!

A-85/QC-185: Saint-Louis-du-Ha! Ha! (3- Le nord du village)

Voici la dernière étape des images illustrant la série de chantiers de la future autoroute 85, à Saint-Louis-du-Ha! Ha!.  Nous jetons un regard, cette fois, sur les activités situées au nord du village.

Vous voyez ici les bretelles, d’entrée et de sortie, de ce qui sera l’échangeur de l’A-85 nord, qui desservira le village de Saint-Louis-du-Ha! Ha!  Elles se raccordent au prolongement de la rue Marquis.

Voici une suite d’images, prises du sud vers le nord, qui montrent que…

…si les bretelles sont, à toutes fins pratiques, complétées,…

…les deux chaussées commencent à peine à prendre forme,…

…et qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir.

Pour les trois photos suivantes, je me suis déplacé près de ce qui était le motel Francoeur, au nord du village.  Ici, on voit le chantier vers le sud,…

…alors qu’ici, nous sommes directement en face de l’ancien motel, où il ne semble plus y avoir d’activité.

Toujours depuis le même endroit, quand on regarde un peu plus au nord, on constate que les travaux de terrassement n’en sont qu’à leurs premiers balbutiements.

Dernière photo de chantier, vers le nord, depuis la côte, là où l’actuelle route 185 se séparait en deux chaussées distinctes, un peu au nord de l’intersection de la rue Commerciale.

Voilà, c’est terminé en ce qui concerne le duo A-85/QC-185.  Si l’on se fie au site web du MTQ, les travaux que l’on a vus, dans l’ensemble des quatre billets, ont débuté en 2006.  Aucune date de fin des travaux n’est mentionnée, ce qui laisse croire que l’ouverture ne se fera pas avant la fin de 2009, peut-être même en 2010.

Il reste deux autres tronçons à compléter, si l’on veut obtenir une véritable autoroute depuis l’A-20 jusqu’à la frontière du Nouveau-Brunswick.  Celui situé au nord du site de la dernière photo est d’une longueur de quelques 40 kilomètres, et s’étend jusqu’à Saint-Antonin.  Le MTQ est dans l’attente de l’avis de recevabilité du Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs (MDDEP), suite au dépôt, en août 2007, de l’étude environnementale.  Quant à celui qui va de Cabano à la frontière, il sera composé de trois chantiers distincts (de Cabano à Notre-Dame-du-Lac, sur 6 km, de Notre-Dame-du-Lac à Dégelis, sur 14 km, et de Dégelis à la frontière, sur 13 km), totalisant 33 kilomètres, et entrecoupés par les aménagements déjà accomplis par le MTQ, soit à Notre-Dame-du-Lac, sur 1,8 km, en 2002, et à Dégelis, sur 1,2 km, en 2004.  Dans ce dossier, toujours selon le site web du MTQ, la préparation des plans et devis a débuté en mai 2008, une fois que le BAPE ait rendu public son rapport, ce qui fut fait le 24 avril 2007.

Ne reste plus qu’à espérer que la suite des choses se fasse avec diligence, si l’on veut rouler, un jour, sur une autoroute sécuritaire, entre Rivière-du-Loup et Edmundston.  Encore une fois, le Québec sera le chaînon manquant, dans ce dossier, puisque la portion néobrunswicoise de la route Transcanadienne (NB-2) est désormais complétée sur deux chaussées distinctes depuis la fin de 2007.

A-85/QC-185: Saint-Louis-du-Ha! Ha! (2- Le viaduc de la rue Raymond)

Lors du billet précédent, on a pu voir le sud du village de Saint-Louis-du-Ha! Ha!, le long de la route 185, et le secteur de la rue Raymond.  Cette fois, nous nous attarderons sur le viaduc de la rue Raymond, et sur les tranchées creusées afin de faire passer les voies rapides de la future A-85 en-dessous.

On est à préparer la culée ouest du viaduc. Les moules sont encore en place.  Les culées sont les points d’appui, situés aux deux extrémités d’un pont.

Ici, ce sont les trois jambes du pilier central, avec, juste à côté, le camion sur lequel est monté la pompe à béton, qui permet le transfert du béton frais…

…dans les moules de la culée est, que les travailleurs sont en train de remplir.

Quand on relève la tête, un peu, on voit la tranchée de la rue Raymond, vers le sud.

Tout juste au nord du passage de la rue Raymond, on voit un ponceau, qui date de l’ancienne route, et qui sera probablement démoli, pour faire place à la tranchée,…

…que l’on creuse toujours, le long de ce qui deviendra la suite de la rue Marquis, ou encore la voie de service est de l’A-85.

J’ai longé le bord de la rue Marquis, qui sert de chemin de déviation pour la route 185, pour prendre cette autre pose de la tranchée, au sud de la rue Raymond,…

…ainsi que celle-ci, qui montre le chantier du viaduc, d’un angle différent.

Comme vous pouvez le constater, l’inauguration des voies rapides ne se fera pas la semaine prochaine.  Il faudra encore beaucoup de temps, et d’efforts, afin de compléter ce tronçon de la future A-85.

Dans le prochain billet, qui sera d’ailleurs le dernier sur l’A-85/QC-185, nous porterons une attention particulière sur le nord du village, où les travaux sont à un stade un peu moins avancé.

A-85/QC-185: Saint-Louis-du-Ha! Ha! (1- Le sud du village, et la rue Raymond)

Les chantiers de la future autoroute 85, en voie de réalisation, sont situés à Cabano, que l’on a vu dans le billet précédent, et à Saint-Louis-du-Ha! Ha!, que nous verrons ici, et dans les deux prochains billets.  Commençons par l’entrée sud du village, jusqu’à la rue Raymond.

Nous sommes au kilomètre 45, tout juste à l’intersection de la bretelle de la rue Commerciale, et on peut voir les travaux, à gauche de la route actuelle.

À l’intersection de la rue Commerciale proprement dite.

Un peu plus loin, toujours le long de la route 185.  Nous sommes au kilomètre 46.

Depuis les terrains de l’entreprise Transport VTL, concessionnaire des camions et tracteurs routiers Peterbilt, j’ai pris une suite de photos, du sud vers le nord,…

…qui montrent que les travaux de terrassement avancent,…

…et que le temps viendra où cette route…

…deviendra une superbe autoroute.  Par contre,…

…nous sommes encore loin de la coupe aux lèvres,…

…et l’inauguration n’est définitivement pas pour demain.

Je me trouve, cette fois, à l’intersection de la rue Raymond et de la rue Madgin, du côté ouest de la route 185, juste en face du village.  Je regarde vers le nord.

Ici, c’est l’intersection des rues Raymond et Madgin, avec la présence d’une signaleuse, qui interrompt la circulation, afin de permettre le mouvement des divers camions impliqués dans le chantier.

Voici la pièce de résistance du chantier de Saint-Louis-du-Ha! Ha!.  Le viaduc de la rue Raymond.

La circulation, sur la rue Marquis, qui sert de chemin de déviation à la route 185, attend le passage du feu de circulation, de la rue Raymond, au vert.  Au loin, c’est la rue Dubé, qui entre dans le village, vers l’est.

Une vue vers le sud, toujours depuis la rue Madgin.

Dans le prochain billet, je m’attarderai davantage sur le viaduc lui-même, et l’énorme tranchée creusée, parce que le viaduc sera à niveau avec la surface du sol, et la future autoroute 85 passera en-dessous.  Je terminerai avec un autre billet, qui vous montrera les travaux au nord du village.

Nous sommes près de la fin, en ce qui concerne mon escapade de vacances.  À part ces deux billets portant sur l’A-85/QC-185, il ne reste qu’un billet, qui parlera des travaux de l’A-20, entre Sainte-Luce et Mont-Joli, et un autre, sur la route 175, entre la limite nord de la réserve faunique des Laurentides et l’intersection de la route 169.  Évidemment, je ne compte pas les photos que je suis allé prendre dans une autre région, dans les jours qui ont suivi mon escapade.  De ces photos, certaines furent prises sur un site déjà visité, alors que d’autres vous montreront un chantier que je visitais pour la toute première fois.  Vous pourrez voir le tout au fil des jours à venir…