La route Saint-Donat — Mont-Tremblant: Le « monument » de Guy Chevrette

Le réseau TVA a fait un reportage « exclusif » sur une route « non-complétée » de 18 millions$, qui se termine en fait dans la municipalité de Lac-Supérieur, au lieu de se rendre directement à la station de ski Mont-Tremblant.

Route St-Donat–Tremblant

Cette route, c’est le cadeau qu’a fait Guy Chevrette aux développeurs et aux élus municipaux du nord de la région de Lanaudière à la fin de ses 25 ans et plus de carrière comme député de Joliette. Même si, dans le reportage de Charles Faribault, ceux-ci semblent contredire « Ti-Guy ». Dans le temps, parce que cela fera bientôt six ans que Chevrette a lancé la serviette (certains se souviendront de sa démission fracassante, ainsi que celle de son collègue Jacques Brassard, suite à une certaine démotion proposée par le nouveau chef du PQ de l’époque, Bernard Landry, ce que l’on pourrait considérer, dans le cas de Chevrette, comme l’ultime vengeance de l’intello de Saint-Jacques-de-Montcalm contre le petit gars de Saint-Côme), les élus municipaux de Saint-Donat quémandaient au gouvernement des « retombées économiques » du développement de la région voisine de Mont-Tremblant, et Ti-Guy leur a alors fourni cette route.

À mi-chemin entre St-Donat et Lac-Supérieur

À mi-chemin entre Saint-Donat et Lac-Supérieur.

Une voiture au sommet d’une pente

Tiens donc, une voiture!

Un passage dans le roc

Un passage ouvert dans le roc, photographié pendant que je roulais.

Une traverse de piétons au beau milieu du bois

Qui l’aurait cru, un passage pour piétons au beau milieu de la forêt!

Un autre passage dans le roc

Un autre passage dynamité à même les montagnes.

Retour à la civilisation…

Retour à la civilisation, dans la municipalité de Lac-Supérieur.

Malgré ce que peut dire Faribault dans son reportage, pour l’avoir utilisé moi-même plusieurs fois, cette route est bel et bien un lien direct entre Saint-Donat et Mont-Tremblant, puisque l’extrémité ouest de cette route donne sur le réseau routier existant de la région, à savoir le chemin Duplessis, qui se termine, quant à lui, à quelques mètres du « nouveau village », au pied des pentes de ski.

Le chemin Duplessis, avec, au loin, un pont en reconstruction

Le chemin Duplessis, à Lac-Supérieur. Au loin, le pont en reconstruction.

Un pont temporaire, de type Baileys

Un pont temporaire, de type Baileys, à Lac-Supérieur.

Le chemin Duplessis mène au chemin du Lac Tremblant Nord

Arrivée à Mont-Tremblant, chemin du Lac Tremblant Nord.

La fontaine du carrefour giratoire

La fontaine du carrefour giratoire, chemin du Lac Tremblant Nord et chemin Ryan, Mont-Tremblant.

À Saint-Donat, c’est facile de casser du sucre sur le dos de Guy Chevrette, surtout qu’une telle nouvelle permet de détourner l’attention des médias des indemnités de départ versées à l’ancien directeur général de la ville, Jean Robidoux. C’est à croire que l’administration publique a la mémoire courte, ou encore qu’elle ne connaît pas la théorie de la paille, dans l’oeil de l’autre, et de la poutre dans le sien. À moins que ce ne soit une mesure de diversion prise par les élus de Saint-Donat pour essayer de détourner l’attention des citoyens, et de dire que ce ne sont pas eux, les gaspilleurs? De toute façon, le reporage sur la fameuse route fait état, même si j’ai quelques doutes sur ce nombre, de 200 à 300 véhicules par jour – ça fait changement des bouchons de la Métropolitaine, pas vrai, Faribault? – sur cette route, et j’ajouterai que la raison de cette sous-utilisation est tout à fait facile à comprendre; comparativement à Mont-Tremblant, il n’y a vraiment pas grand chose à faire, à Saint-Donat. Alors pourquoi les gens de Mont-Tremblant iraient faire 40 kilomètres dans le bois pour aller ne rien foutre à Saint-Donat, alors qu’ils peuvent très bien faire la même chose chez eux?

Maintenant qu’ils ont la route, les élus de Saint-Donat maugréent sur le fait qu’elle représente de l’argent gaspillé, parce que l’argent des touristes n’entre pas au rythme voulu. Mais que font-ils, en fait, pour attirer les touristes?

Publicités

2 réactions sur “La route Saint-Donat — Mont-Tremblant: Le « monument » de Guy Chevrette

  1. Guy Chevrette a mystérieusement disparu de la vie politique après avoir donné ce cadeau à certains amis de Saint-Donat et surtout aux investisseurs d’Intrawest. Il s’agissait d’un chant du cygne politique qui présageait le rôle de dévastateur de la forêt québécoise qu’il allait occuper par la suite et qu’il occuppe merveilleusement encore. Cette homme est un ennemi de la nature et de la nation; unprofiteur éhonté doublé d’un opportuniste sans scrupules…

    J'aime

  2. Dévastateur, dévastateur,…

    La situation de la forêt québécoise ne ressemble en rien à celle de la forêt amazonienne. Tout le monde sait bien que Guy Chevrette a son job actuel à cause qu’il n’a pas la langue dans sa poche. D’ailleurs, si vous avez bien lu le texte, dans mon billet, j’explique la sortie de scène du « petit gars de Saint-Côme »; il ne s’agit vraiment pas d’une disparition mystérieuse. Dans les faits, Guy Chevrette est plus proche de la forêt que l’on pourrait le croire; il est natif de Saint-Côme, dans le nord de Lanaudière, une localité qui vit presque exclusivement de la forêt. Il a donc grandi avec les sapins et les épinettes.

    Évidemment, monsieur Tremblay, vous avez le droit le plus strict de ne pas apprécier monsieur Chevrette. Par contre, si je me fie à son passage aux transports, et à celui de ses successeurs, tous partis confondus, j’ai plutôt tendance à croire que Guy Chevrette passait de la parole aux actes. Comme il le disait lui-même, « les bottines suivaient les babines », ce qui était loin d’être le cas des personnes qui ont « chaussé ses bottines », au MTQ, que l’on pense à Serge Ménard (PQ), de 2002 à 2003, à Yvon Marcoux (PLQ), de 2003 à 2005, à Michel Després (PLQ), de 2005 à 2007, ou encore à l’actuelle titulaire, depuis 2007, Julie Boulet.

    La route Saint-Donat – Mont-Tremblant, faut-il le préciser, comporte très peu de « nouveaux tronçons », et est surtout le fruit de l’amélioration de routes forestières existantes. Nous sommes à des kilomètres de la « dévastation » forestière, ici. Quant aux gens d’Intrawest, corrigez-moi si je me trompe, mais ils n’ont pas investi « une maudite cenne » à Saint-Donat. Il faudrait retrouver les anciennes pages web du site du MTQ, qui spécifiaient bien que la demande provenait de Saint-Donat, et non pas d’Intrawest; celle-ci aurait probablement préféré que le MTQ investisse davantage sur le prolongement de l’A-15 en véritable autoroute jusqu’à Mont-Tremblant.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.