Crise économique: Le début de la fin, selon Elgrably-Lévy

Je ne surprendrai personne si je dis que sur le plan économique, je suis plus à droite qu’à gauche.  J’ai confirmé mes appréhensions, et trouvé la voie économique qui correspondait le plus à ma vision de la chose, en lisant les premières chroniques de Nathalie Elgrably-Lévy, dans le Journal de Montréal, il y a plus de trois ans.  J’ai pu profiter de références, qui me furent offertes par madame Elgrably-Lévy elle-même, et qui m’ont permis de me faire une excellente idée de ce qui se passe, et ce même si je n’ai pas tous les détails en mains, le tout compte tenu du fait que je n’aie vraiment pas grand chose d’un économiste.

Je n’ai pas toujours été d’accord à 100% avec les écrits de cette économiste sénior, de l’institut économique de Montréal (IEDM), mais il arrive, à l’occasion, que certains de ses textes coulent comme de l’eau, quand je les lis, tellement j’aurais pu les écrire moi-même.  Et c’est le cas de la chronique qu’elle signe, dans le Journal de Montréal d’aujourd’hui, intitulée « Le début de la fin« .

On se rend compte, quand on la lit, que si George W. Bush fut un président dépensier, Barack Obama est littéralement un « dépenseur compulsif »!  Il a dégainé tellement de plans de relance de toutes sortes que madame Elgrably-Lévy le qualifie de « Lucky Luke de la Maison blanche ».  Et les chiffres qu’elle révèle sont mirobolants; plus de 8000 milliards$ en plans de relance de toutes sortes, et plus de 65,000 milliards$ en obligations totales, si l’on inclut la sécurité sociale, et les régimes publics de soins de santé (Medicaire, Medicaid, etc.).   Pour vous donner une idée de grandeur, afin de « brûler » 8000 milliards$, il faudrait dépenser 10 millions$ par jour, pendant près de… 2000 ans!  Et comme on calcule – et compare – souvent les dettes des pays en pourcentage du Produit intérieur brut (PIB), elle avance que 65,000 milliards$ dépasse 100% du PIB… de la planète!  Avec de telles données, on comprend pourquoi elle décrit la situation actuelle comme… le début de la fin.

C’est à lire!

Publicités

17 réactions sur “Crise économique: Le début de la fin, selon Elgrably-Lévy

  1. Pour complémenter l’article, le blogue d’Antagoniste a un texte titré « Je me souviens » à propos du New Deal de Roosevelt dont quelques historiens commencent à penser que son New Deal a empiré au lieu de soulager la situation http://www.antagoniste.net/?p=5139 disons que le « New Deal » d’Obama si je peux m’exprimer ainsi a quelques ressemblances inquiétants

    le site du webzine Reason va aussi sur les même points avec un article et un vidéo
    http://www.reason.com/news/show/130824.html
    http://www.reason.com/blog/show/130579.html et quelqu’un a posté une bonne caricature sur le sujet sur un autre forum http://www.liberaux.org/index.php?s=&showtopic=39346&view=findpost&p=519873

    Aussi, je relisais le texte que Grégory Charles avait écrit disant qu’il allait pleurer mardi au moment qu’Obama serait élu http://www.cyberpresse.ca/opinions/forums/200811/01/01-35233-je-vais-pleurer-mardi.php je me demande bien si Grégory va remettre en question ce qu’il avait écrit quatre ans plus tard?

    Et une idée me vient en lisant cet article titré « Who killed Detroit? » sur comment aider Détroit http://www.humanevents.com/article.php?id=29586 au lieu de donner des prêts, pourquoi ne pas les exempter de taxes et impôts pour x ans? D’après ce que j’ai lu sur le forum Liberaux.org http://www.liberaux.org/index.php?s=&showtopic=38552&view=findpost&p=520089 où quelqu’un a mentionné qu’un chinois peut monter une boîte et ne paient pas d’impôt pendant 3 ans. L’idée est bonne sur papier mais en réalité ça sera probablement sans doute autre chose et nul doute que si je suggérais ça au prof Léo Paul « redneck gauchiste » Lauzon, il n’hésiterai pas à me clouer au pilori, me crucifier sur la place publique et me mettre sur sa liste noire LOL 😀

    J'aime

  2. 1- C’est évident que le « New Deal » de Roosevelt visait à stimuler l’économie, mais dans les faits, il n’a stimulé que le taux de chômage, ce qui eut pour effet de retarder d’autant la reprise. La formule est pourtant simple; les ressources sont limitées, et tout ce que prend le gouvernement, pour un plan de relance, n’est plus disponible pour les entreprises qui fonctionnent bien, et sont prêtes à se mettre en mode « relance ». En bout de ligne, ces entreprises sont ralenties, elles aussi, alors que celles qui devaient être relancées par les plans de sauvetage ont continué à planter. Donc, tout le monde est « au neutre »! Je ne comprends toujours pas pourquoi tous les gouvernements des pays industrialisée répètent les mêmes erreurs que Roosevelt.

    2- Ce que Gregory Charles mentionne concerne surtout le fait qu’il pleurera parce qu’il aura vu de ses yeux le premier noir élu président des USA. Ce qu’il raconte n’a strictement rien à voir avec les compétences du bonhomme en question. S’il continue comme il est parti, Barack Obama ne fera qu’un seul mandat à la Maison blanche. Il endettera davantage les USA en quatre ans que tous les autres présidents réunis, s’il continue sur cette lancée.

    3- Ça fait plus de 15 ans que les manufacturiers automobiles américains vendent leurs véhicules à grands coups d’incitatifs, et ça fait des années que je me dis que ça ne pourra pas durer éternellement, que ça va finir par « planter », tout ça. Eh bien, nous y sommes, maintenant. Que ce soit en ne payant pas d’impôts pendant X années, ou en empruntant du gouvernement, ce sont des fonds publics, qui sont engloutis dans des canards boiteux. Et tant que ceux-ci ne changeront pas la façon avec laquelle ils font des affaires, ils ne méritent pas mieux que la faillite, à mes yeux.

    J'aime

  3. 1-c’est un mystère en effet Richard, presque tous les gouvernements se mettre à embrasser de nouveau les théories keynésiennes (du nom de John Kaynes.

    2-juste à espérer que ça ne ménera pas à l’éclatement du pays, tel que mentionné sur ces 2 sujets http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=40130 dont un article du Wall Street Journal qui mentionne que Igor Panarin, un professeur russe prédit la fin des États-Unis http://online.wsj.com/article/SB123051100709638419.html

    3-le pire, c’est que leur failitte risquerait un effet domino sur les autres et avec la descente du dollar US et le renforcement du yen japonais (dont Toyota et Honda font souvent du lobbying au gouverment japonais afin de garder le yen le plus bas possible), ils se sont fait prendre les culottes baissés, et que leur modèles s’empilent dans les ports
    http://jalopnik.com/tag/toyota-unsold-cars/?id=5161640
    http://jalopnik.com/photogallery/unsoldcars3/1006282904 Nissan a même employé une de leurs pistes d’essai en Angleterre pour stocker les invendus http://jalopnik.com/5135675/where-are-automakers-stashing-unsold-cars et par-dessus le marché, les ventes descentent même au Japon dû en partie au vieillisement de la population ainsi que l’utilisation de transport en commun.

    J'aime

  4. Je n’irai pas jusqu’à évoquer la fin des USA, mais ce pays va définitivement « prendre une méchante débarque ». Le truc, c’est que tous les plans de relance américains sont faits avec de l’argent « emprunté », donc, de la dette! Comme je l’expliquais ailleurs, quand les USA vont chercher des sommes, sur les marchés internationaux, c’est en échange de titres de crédit, ou pourrait-on dire, des espèces de gros IOU (I owe you) de plusieurs milliards$. Un jour ou l’autre, les marchés internationaux vont dire que les IOU américains, ça ne vaut pas grand chose. Il s’agira, à ce moment-là, que quelques détenteurs de ces titres (la Chine en détiendrait pour 2000 milliards$!) veuillent se les faire rembourser, sans succès, parce que les USA sont littéralement en faillite, pour déclencher la spirale inflationniste la plus effroyable de toute l’histoire des américains. Il leur faudra une brouette pleine de billets verts pour aller acheter un pain. Pourquoi? Parce que toute leur économie est appuyée sur des titres de crédit, lesquels, dans un temps record, auront perdu toute leur valeur. Le tout devrait se produire dans environ 12 à 18 mois. Et selon moi, d’ici 3 à 5 ans, gros max, les USA n’auront pas d’autre choix que de réévaluer leur monnaie; ils vont émettre un « nouveau dollar US », qui vaudra 100 fois, ou peut-être 1000 fois, la devise actuelle. Comme le Venezuela a émis un « nouveau Bolivar », il y a plus ou moins un an, et comme le Mexique, qui a émis un « nouveau Peso », dans les années 1990. Ce ne sera pas la fin des USA, mais définitivement la fin du dollar US comme unité de référence mondiale.

    Quant à l’industrie automobile américaine, il n’aurait pas fallu l’aider. À tout le moins, pas de cette façon. GM et Chrysler auraient déposé leur bilan, et leurs ressources (usines, personnel, etc.) auraient été disponibles pour les autres industries, principalement celles qui fonctionnent toujours, et le tout aurait pu aider à la relance économique beaucoup plus rapidement que les plans gouvernementaux, actuels et à venir. Le problème, c’est que suite aux plans d’aide, leur situation ne s’améliore pas, et ces deux entreprises risquent la faillite de toute façon, à la différence que des milliards en fonds publics, auront été dilapidés dans l’opération. De toute façon, si leur plan de restructuration avait été viable, pourquoi les banques n’auraient-elles pas financé GM et Chrysler? Quand on voit une entreprise, ou un projet, se tourner vers les gouvernements, c’est que les sources de financement « normales » ne sont pas intéressées. Et ça, c’est souvent un très bon indice d’une rentabilité douteuse.

    J'aime

  5. sans doute que la faillite sera une « faillite technique » ou plutôt une faillite sans toutefois utiliser le mot faillite comme Pete DeLorenzo avait mentionné dans cette édito http://www.autoextremist.com/current/?currentPage=2 Et quelqu’un d’autre sur un autre forum a écrit un autre édito http://www.gminsidenews.com/forums/f32/why-gm-deserves-fail-76071/

    Et aussi, pour les banques US (à qui l’on donne beaucoup plus pour les tenir à flot), il aurait fallu qu’ils auraient suivi le Canada dans cette matière, où ironiquement le système banquaire canadien est beaucoup plus stable.

    Plus qu’à compter les jours où un groupe fera un OPA (offre publique d’achat) sur GM. Renault avait essayé de le faire en 2006, reviendront-ils à la charge avant qu’un autre les bat à la ligne d’arrivée? 😉

    J'aime

  6. J’ai trouvé d’autres bon posts ailleurs via ce lien http://www.reddit.com/r/Libertarian/comments/7znty/detroit_as_the_prodigal_son/ juste à espérer que ça sera pas classé comme du spam pour être nettoyé au nettoyeur « Spic’N’Spam » 😉
    Voici les posts en question
    http://www.reason.com/blog/show/131805.html#1217780
    http://www.huffingtonpost.com/jane-hamsher/what-about-the-government_b_148380.html

    En terminant, Richard as-tu un plan pour faire un billet sur des groupes de pression (nottament les « artistes » et des groupes comme l’ADISQ) qui font pression sur le CTRC pour mettre du contenu canadien sur internet?

    J'aime

  7. Il ne faut pas oublier que la Chine a un sorte de besoin d’acheter la dette americaine, simplement pour garder un dollar forte et un renminbi bas. Si le dollar se plante, la Chine (et surtout la parti communiste) serait dans la vraie m… et ils ont assez de fric pour l’instant pour eviter cela. Donc le gouvernement americain c’est le matire de la Chine qui possedait le pays, hihi.

    Pour les constructeurs d’automobile leur probleme c’est surtout le crise actuel, c-a-d les gens qui ne veulent pas acheter une nouvelle voiture. C’est dur pour tout le monde, meme Toyota, mais pour le « Big 3 » americain, qui etaient pour longtemps plus « fragiles » que le Big 3 japonais, ils sont vraiement au bout de tout…

    C’est dommage que je n’ai pas d’argent sinon j’aimerais « bailouter » le Big 3 en achetant une Challenger R/T 🙂

    J'aime

  8. C’est dur pour tout le monde, que tu dis, Cyrus?

    Ce lien, qui me fut envoyé par Stéphane Dumas, te montrera des photos de véhicules entreposés un peu partout, en attendant d’être vendus. Assez hallucinant, merci!

    Quant aux chinois, ils prennent position dans plusieurs entreprises. Si ça passe devant les autorités compétentes, la chinoise Chinalco prendra une part importante de Rio Tinto, nouvelle propriétaire d’Alcan. Ils se placent les pieds, de façon à ce que si les titres de crédit US deviennent des papiers sans valeur, ils auront au moins des actifs dans diverses entreprises, à travers le monde.

    J'aime

  9. Richard il ne faut pas oublier l’Inde qui ne voudra pas laisser tout le gâteau à la Chine 😉 un article du journal les Affaires d’août 2007 http://www.lesaffaires.com/dossiers/fabrique-en-inde/chine-inde-le-faceaface.fr.html
    http://www.lesaffaires.com/dossiers/fabrique-en-inde.fr.html juste à espérer que ça tournera pas en « guerre froide » ou même alors en guerre tout court http://www.lexpress.fr/actualite/monde/inde-chine-les-siamois-economiques_472089.html

    et voici une nouvelle qui est arrivé avant que les poules aient des dents (ou que le Canadien ou les Maple Leafs regagnent la coupe Stanley ;)), Toyota qui demande lui aussi des prêts
    http://www.autoblog.com/2009/03/03/report-toyota-financial-seeking-loans-from-japanese-govt/
    http://jalopnik.com/tag/toyota/?id=5163481

    J'aime

  10. Moi,j’appuie le plan de relance économique de Barack Obama en investissant dans les infrastructures routières et de mettre sur pied un réseau ferroviaire Interétat à haute-vitesse pour voyageurs comme en Europe et en Asie dont rêve le vice-président de Barack Obama Joe Biden qui est surnommé M. Amtrak parce qu’il voyage régulièrement de son lieu de résidence du Delaware à la capitale nationale matin et soir par les trains à haute-vitesse Acela de Amtrak.

    De plus,ce plan va aider les familles qui ont perdus leur hypothèques pour qu’ils reviennent chez eux dans leur maisons car on le sait,le marché immobilier aux États-Unis est à terre.

    Pour ce qui est du plan à haute vitesse ferroviaire Interétat. Les Californiens ont voter oui au projet de TGV dans leur état. Mais l’Administration Obama n’a donné que huit milliards de dollars américains dans la haute-vitesse ferroviaire qui ne va servir que d’améliorer le réseau existant comme l’ajout de voies d’évitements d’améliorer les voies,les passages à niveaux et les systèmes de signalisations ferroviaires.

    Mais à mon avis,il était plus que temps que les Américains investissent dans la haute vitesse ferroviaire comme cela existe en Europe et en Asie. Après tout,le premier train à haute vitesse au monde à être mis en service en 1964 au Japon que cela s’est fait.

    J'aime

  11. @Sylvain
    dommage que les TGV sont seulement pour les trains de passagers, imagine un TGV pour les trains de marchandise…

    parlant de transport ferroviaire, j’ai trouvé quelques liens intéressants mentionnant une liaison ferroviaire par un futur pont et/ou tunnel au détroit de Béring http://www.wikio.fr/article/57080679

    http://en.wikipedia.org/wiki/Bering_Strait_bridge
    http://dsc.discovery.com/convergence/engineering/beringstrait/interactive/interactive.html

    J'aime

  12. À Stéphane. Oui,je suis d’accord avec toi pour les trains de marchandises à haute-vitesse.
    Mais ici,sur notre continent,ce sont les marchandises qui sont les plus rentables par chemin de fer. Je n’ai qu’à penser au transport intermodal par conteneurs ainsi que les wagons-portes automobiles pour les autos fraichement sorties de l’usine ainsi que le blé et les matières dangereuses comme des produits pétroliers et chimiques.

    Mais c’est le contraire qui se produit sur le vieux continent ce sont les voyageurs qui sont le plus rentable là bas par train.

    J'aime

  13. Est-ce que un TGV est adapte a la realite des Etats-Unis?

    Tu as un population qui possedait tout une voiture.

    Tu as un reseau essentiellement parfait des autoroutes de haute qualite qui connectent les grandes centres et qui sillonent le pays, nord/sud, est/ouest.

    Tu as un grand industrie d’aviation et des grandes distances a faire compte tenu le grandeur de pays (genre New York -> Las Vegas sur un train de 300 km/h ca ne tente pas vraiment).

    Un TGV ca va marcher tres bien dans le corridor BOSWASH (Boston -> Washington) tout comme VIA Rail fait beaucoup de chemin en sillonant « le corridor » entre Windsor et Montreal (et des fois, Quebec)

    Mais dans le BOSWASH ils ont deja l’Acela qui roulent a 240 km/h et est electrique, fait par Bombardier meme, c’est presque-TGV… mais n’a pas besoin des nouveaux rails et infrastructures. (En fait beaucoup des infrastructure ferroviaires qui utilisaient l’Acela fut construites durant la derniere crise, en les annees 30!)

    J’aimerais electrifier les rails comme dans le BOSWASH entre Montreal-Toronto et utiliser un train comme l’Acela, mais plus que ca, je pense que c’est trop grand un trou pour mettre de l’argent des contribuables dedans…

    c’est certain qui si je voulais aller a Toronto je prendrais probablement ma voiture, sans egard pour le type de service ferroviare disponible. C’est amusant d’aller sur la 401, le Canadabahn d’origine :). Faut dire qu’avec les nouveaux lois poches d’Ontario il faut mettre le cruise-control a 149 km/h et dormir jusqu’au ton detecteur de radar sonnait… OuPPs 🙂

    J'aime

  14. Pingback: Écrire pour le Web et l’Internet 2e cours « Raymond Viger, rédacteur en chef de Reflet de Société

  15. Pingback: Comment écrire sur le Web: notes de cours « Raymond Viger, rédacteur en chef Reflet de Société. L'actualité sociale et communautaire. Prostitution, Drogue, alcool, gang de rue, gambling

  16. Pingback: Comment écrire sur le Web: notes de cours « Reflet de Société / Journal de la Rue. L'actualité sociale et communautaire. Jeu compulsif, gang de rue, alcool, toxicomanie, suicide

Les commentaires sont fermés.