A-50 (2011): On arrive à Montebello!

Ces photos ont été prises aussi loin que le 29 octobre!  La plupart d’entre-vous, à tout le moins ceux et celles qui passent par l’Outaouais, à l’occasion, ont eu le temps de voir, ou même d’utiliser ce tronçon de l’autoroute 50, le dernier à avoir été inauguré.  J’ai eu trop de choses à voir, de mon côté, pour procéder plus rapidement à la mise en ligne de ces images.  Les voici quand même.

À l’approche de la sortie vers le chemin Avoca, un panneau limitant la vitesse à 80 km/h.  Probablement qu’il n’a pas encore été retiré, puisque le nouveau tronçon, qui suit la fin de celui-ci, fut inauguré la veille.

En zoomant un peu, on voit bien le panneau annonçant la sortie vers le chemin Avoca, ainsi qu’une bande orange, en-dessous.

Je me suis rapproché, et l’on constate que la bande orange, c’est un autre panneau qui n’a pas été retiré; il indique de prendre la sortie pour atteindre la route 148, qui mène à Gatineau.

Autre coup de zoom, afin de confirmer les infos, et aussi de voir que la voie est dégagée, vers Fassett, et Montebello.

Nous voyons ici la longue descente vers les terres agricoles de l’Outaouais avec, à gauche, la route 148.  C’est à cet endroit que les deux axes routiers sont le plus près, l’un de l’autre.  Est-il nécessaire de préciser que nous regardons toujours vers l’ouest.

On le voit encore mieux ici; l’A-50 se déroule, au pied des collines, avec la courbe de la route 148, à sa gauche.

Ici, nous sommes directement sous le viaduc de la montée Boucher (c’est pour cela qu’il y a de l’ombre), à la limite de la région de l’Outaouais.

Je vous disais, dans d’autres billets, que la région de l’Outaouais faisait figure de parent pauvre, en ce qui concerne la supersignalisation; celui-là semble plutôt réussi,…

…alors que celui-ci est plutôt particulier, en ce sens qu’on a mis les lettres « km » vraiment petites, par rapport au chiffre « 3 ».

En y regardant de plus près, avouez que ça saute aux yeux!

Nous approchons maintenant de la sortie 210, qui mène à la route 323, qui relie l’A-50 à Montebello, et à la route 148.

Confirmation, ici, des destinations à rejoindre par la route 323, via la sortie 210.  Nous approchons de la fin actuelle de l’A-50, fin que nous verrons bientôt, dans un prochain billet.

Il nous reste 7 photos à visionner, qui illustrent l’aménagement de la fin de l’A-50, à la hauteur de la route 323.  Mais comme c’est devenu la coutume, je suis aussi allé voir ce qui se passe au-delà du point de terminaison.  C’est à suivre, dans les prochains jours.

Publicités

4 réflexions sur “A-50 (2011): On arrive à Montebello!

  1. Je suis toujours partagé entre le joie de voir enfin ce lien routier se concrétiser (et de l’utiliser régulièrement) et la frustration de ne sauver que seulement quelques minutes (5 minutes au max.) sur mon temps de parcours total en raison du fait que ce n’est pas une vraie autoroute. Pour le trajet Gatineau-MTL (et vice-versa), je sauve à peine 5 minutes comparativement au temps où je prenais la 148. La raison est que les files de voitures roulant lentement qui étaient coutumes sur la 148 se sont tout simplement transposées sur la nouvelle 50. Je parie que si je réessayais la 148, ce serait pus rapide puisque toutes les voitures sont rendues sur la 50…

    J'aime

  2. Ce n’est pas pour « trop » critiquer « tout le temps », mais je ne peux m’empêcher de remarquer que la région d’Ottawa-Gatineau constituant le deuxième marché d’importance pour « Tremblant », pas tellement loin derrière Montréal, et considérant que les résidants de celle-ci empruntent l’A-15/r-117 pour s’y rendre, tandis que ceux d’O-G prennent l’A-50/r-148/r-323, il apparaît vu sous cet angle que la priorité aurait dû être de compléter d’abord le tronçon de l’A-50 en provenance de Gatineau jusqu’à la r-323, avant celui venant de la région de Montréal. Je concède que les défis techniques et les engagements financiers afférents au tronçon Thurso/Montebello pouvaient surpasser ceux de l’autre (le tronçon est). Mais ultimement, je pense que c’était une question de volonté.

    J'aime

  3. @ Stéphane Dumas:

    Merci!

    @ Daniel G:

    Il est clair que tant que l’A-50 ne sera pas une « vraie » autoroute, ce genre de frustration va subsister. En plus d’être plus dangereuse qu’une autoroute en bonne et due forme (mais sûrement moins que la vieille route 148, par endroits), à cause de la chaussée unique, les voies de dépassement, parsemées ici et là, ne sont pas la panacée non plus! Il arrive souvent que l’on ne puisse pas parvenir à dépasser tous les véhicules plus lents que soi, ou encore que certains automobilistes font des manoeuvres téméraires, ce qui ajoute à la frustration. Bref, je partage entièrement votre opinion.

    @ Pierre 18:

    Dans le parcours Ottawa – Mont-Tremblant, l’A-50 représente ce que j’appellerais « le chaînon manquant »; la route 323 a été complètement revampée, les derniers travaux se sont conclus l’année dernière. Plus besoin de ralentir dans les villages (sauf à St-Rémi-d’Amherst, et à Brébeuf, deux villages qui se traversent plutôt bien), ni de ressentir la frousse lors de passages un peu trop près des rochers, dans certains virages! Reste que malheureusement, certaines décisions semblent davantage politiques que sécuritaires, au MTQ, et je crois que celles-ci en font partie.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.