Corée du Nord: Comment on va s’en sortir, de celle-là?

Pendant que la une du site Google News canadien-français n’en a que pour des faits divers (à tout le moins, c’était encore le cas à 3h00 ce matin), la page canadienne-anglaise du même site met en première ligne le fait que la Corée du Nord a connu un séisme, dont la magnitude a été évaluée par l’agence de météo de la Corée du Sud à 5,6 sur l’échelle de Richter, alors que le U. S. Geological Survey l’évaluait plutôt à 6,3.

Mais le problème n’est pas là; selon cet article de la CBC (en anglais), Séoul prétend que ce tremblement de terre correspond plutôt à un essai nucléaire nord-coréen.  Le même article dit que la Corée du Nord met les bouchées doubles en vue de posséder l’expertise nécessaire pour lancer des missiles balistiques intercontinentaux pouvant atteindre le continent américain.

Cela nous amène face à problème de taille; si la Corée du Nord possède réellement la technologie, et les ressources, pour produire elle-même des bombes nucléaires suffisamment petites pour être transportées par des missiles de longue portée, que faire alors pour l’empêcher de s’en servir contre les USA, et éventuellement contre le Canada, puisque s’ils sont lancés depuis le pays de Kim Jong-un, une simple erreur de quelques degrés pourraient les faire tomber sur nos têtes?  Comment arriver à faire en sorte de donner une tape sur les doigts du leader du Nord, afin de le faire s’arrêter dans le développement d’un tel arsenal, sans pour autant faire face à un conflit potentiellement mondial?  C’est clair que devant une offensive occidentale (c’est à dire des américains, seuls ou en coalition), la Russie, et plus encore la Chine, ne laisseraient pas un de leurs meilleurs clients se faire taper dessus sans réagir.

Bref, nous sommes devant un grand dilemme.

Les voisins immédiats de la Corée du Nord, à savoir la Corée du Sud à prime abord, mais aussi le Japon, commencent à s’inquiéter plus que sérieusement des agissements de la bande à Kim Jong-un. Le Japon a même vu passer un Hwasong-12 au-dessus de sa tête, la semaine dernière, ce qui est loin de calmer la population locale.  Les USA ont commencé à installer un système d’interception THAAD en Corée du Sud, mais sera-ce suffisant pour empêcher l’entrée d’éventuelles bombes en provenance du Nord?  Charles Burton, du Toronto Star, va jusqu’à écrire que le Canada devrait faire partie d’une coalition pour résoudre la crise nord-coréenne (article en anglais).  Faudra-t-il aller jusque là?  Faudra-t-il le faire tout de suite, ou attendre encore un peu?

Et dire qu’il y a des gens, chez nos voisins du Sud et ailleurs, qui s’inquiètent des faits et gestes de Donald Trump!  Personnellement, je crois Kim Jong-un beaucoup plus dangereux que lui!

Publicités

Haïti: La reconstruction avec des conteneurs?

Suite au séisme qui a secoué Haïti, le 12 janvier dernier, le monde entier fait des pieds et des mains pour venir en aide à la population dévastée qui, avouons-le, ne possédait déjà pas grand chose.  Après le sauvetage d’éventuels survivants, dans les premiers jours, l’heure est maintenant au nettoyage, et à divers projets de reconstruction.  Tout cela a allumé une lumière à un architecte québécois, Bernard Morin.  Selon un article de Sira Chayer, du site Canoë, il souhaite utiliser des conteneurs de transport pour reconstruire le pays!

Monsieur Morin a lui-même fait construire sa propre maison à partir de sept conteneurs de 20 pieds, au coût de 175,000$ environ, et table depuis sur divers projets de construction à base de conteneurs.  Selon lui, de telles constructions seraient économiques, et très résistantes.  Il souhaite proposer son concept aux haïtiens, afin qu’ils prennent en mains eux-mêmes la reconstruction de leurs communautés.  Il faut avouer que si de tels conteneurs peuvent facilement être empilés dans un navire, et traverser les océans, à maintes reprises, sans subir de dommages, leur structure serait suffisamment solide pour en faire une « cellule de survie » qui résisterait aux pires intempéries.  Monsieur Morin avance même que ses constructions sont « anti-ouragan », et « anti-séisme ».

Dire qu’il y a moins d’un an, ici, chez-nous, à Brownsburg-Chatham, pour être plus précis, deux personnes, qui avaient élu domicile dans quatre conteneurs, installés sur un terrain qui leur appartient, ont été expulsés par la municipalité, après que celle-ci ait demandé, et obtenu, un ordre de la Cour, pour ce faire.  C’est vrai que les conteneurs de Stéphane St-Jean, et de sa mère, Suzanne Gauthier, n’avaient pas reçu « le traitement architectural » de monsieur Morin.  Serait-ce à dire qu’il s’agit de deux poids, deux mesures?  J’ai tendance à croire que les municipalités briment de plus en plus les libertés de leurs citoyens.