Complexe Turcot: Une autre occasion manquée!

Il y a, dans l’histoire comme dans les réalisations gouvernementales, des occasions manquées.  L’une d’elles fut celle de concevoir un nouveau pont Champlain avec seulement trois voies par direction, hormis les voies réservées au transports en commun; quelques voies de plus auraient pourtant bien aidé.  Une autre, dont évidemment personne ne parlera, consiste à profiter de la reconstruction du complexe Turcot pour favoriser la construction d’une nouvelle traversée autoroutière du fleuve Saint-Laurent, que l’on appellera, pour les besoins de la cause, autoroute 6.

Vous constaterez que l’image de base provient de Google Earth, et que les lignes qui y sont ajoutées sont très approximatives.  Les lignes jaunes et orangées proviennent aussi de Google Earth; les jaunes montrent les principales artères, et les orangées les voies rapides actuelles. J’en ai ajouté quelques-unes, moi aussi; la ligne verte représente plus ou moins le trajet de la nouvelle autoroute 20, le long de la falaise Saint-Jacques, alors que l’autre ligne, bleue et rouge, le trajet de l’A-6, la partie en rouge étant réalisée en tunnel, et les parties en bleu en surface.  Sur l’île de Montréal, compte tenu du court trajet en surface, aucun échangeur ne serait construit, à part celui raccordant l’A-6 à l’A-20, près du boulevard Angrignon.  Sur la rive-sud, par contre, des échangeurs permettrait le raccordement avec le boulevard Taschereau, et l’A-30, alors qu’un complexe de viaducs permettrait aussi de raccorder l’A-6 à l’A-15.  Un corridor, le long de la petite rivière Saint-Jacques, était déjà appelé à accueillir une éventuelle autoroute 6, et ce dès les années 1960.  D’ailleurs, jusqu’à la réalisation des travaux de reconstruction de l’A-15, dans les années 2000, on voyait les derniers vestiges de ce qui devait être un éventuel échangeur A-15/A-6 à la hauteur de la courbe, juste au sud des limites de Brossard.

A6MontrealBrossardLaPrairie1

Évidemment, d’aucuns diront qu’un tel projet est insensé, et ce pour toutes sortes de raisons; le tunnel est trop long, la voie maritime est trop profonde, j’en passe, et des meilleures!  On me dira surtout, bien entendu, que ça va coûter trop cher.  Bon, c’est vrai qu’un tel projet ne sera pas donné.  D’un autre côté, si l’on avait pensé tout de suite à doubler le pont Champlain, au lieu de simplement le remplacer, nous n’en serions pas là.  Le développement de la rive-sud ne va pas cesser à cause de l’arrivée d’un nouveau pont – qui ne fera que remplacer un pont existant, et toute cette circulation devra bien passer quelque part.  Et un pont, à cet endroit, risque de défigurer le paysage, de par sa longueur, quoiqu’il serait préférable de faire un pont au lieu d’un tunnel, question de permettre le passage des camions lourds.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Publicités

2 réflexions sur “Complexe Turcot: Une autre occasion manquée!

  1. J’aime bien la ‘mégalomanie’ dont ce projet semble s’inspirer, mais pourquoi faire un tunnel à l’endroit le plus large du fleuve qui est le Bassin de La Prairie?? En revenant sur Terre, on peut penser que le Tunnel de Luc Poirier de seulement 300 mètres à la hauteur du Casino et rejoignant le pont de la Concorde a été rejeté d’emblée par les politiciens des deux rives. Considérant cela, qui peut penser vraiment qu’il y a volonté à rajouter une traverse entre les deux rives?!?

    Je doute aussi fort bien que les richissimes habitants de la Cité du Havre ne voudraient pas d’un boulevard urbain fort occupé juste en face de leur propriété de forte valeur… Pourtant, le pont de la Concorde a un gros total de 6 voies de circulation qui debouche en cul-de-sac… dans un parc urbain. Quelle aberration!

    J'aime

    • Avec le choix du tracé sud pour compléter l’autoroute 30 sur la rive sud, à Ste-Catherine et Delson, il y a maintenant un tronçon qui est, en quelque sorte, un vestige de ce qu’aurait dû être l’autoroute 30 dans ce secteur, si le tracé nord, initialement prévu depuis le début des années 70, avait été respecté: c’est le « nouveau » tronçon de la 730.

      Je verrais bien un pont qui serait en ligne droite avec ce tronçon et qui passerait par-dessus les rapides de Lachine. Après tout, c’est un des endroits où le fleuve St-Laurent est à son plus étroit! Le problème, évidemment, ce serait le tracé que prendrait cette 730 sur l’île de Montréal pour aller se connecter à l’autoroute 20 ou même au gros boulevard autoroutier de la 138: il y aurait toute une bande de terrains domiciliaires à exproprier sur plusieurs kilomètres, comme au bon vieux temps des autoroutes Décarie et Ville-Marie…

      D’autre part, j’ai toujours trouvé aberrant, moi aussi, que le pont de la Concorde ne soit pas complété jusqu’à Longueuil. L’arrivée à un éventuel échangeur avec le multiplex 20/138, au sortir d’un tunnel, serait plutôt abrupte, le parc de la Voie Maritime serait amputé d’une bonne partie de sa superficie… Cet ouvrage d’art sera toute une commande pour nos ingénieurs!

      Je suis effrayé de penser que compléter l’ensemble des infrastructures autoroutières pour en faire un tout cohérent et régler les problèmes de circulation dans le grand Montréal une fois pour toutes, cela nous prendra sans doute un bon demi-siècle de travail acharné et d’investissements massifs!

      Rien qu’en termes d’autoroutes dans la grande région métropolitaine, il faudrait compléter la voie de ceinture sur la rive nord (un pont de la 640 à Oka, un autre entre Repentigny et Varennes), compléter la 440 à l’Île-Bizard (bonjour les dégâts dans son parc qui comporte une des dernières forêts anciennes du sud du Québec), terminer la 20 à l’Île-Perrot et à Vaudreuil-Dorion ainsi que dans l’Est jusqu’au pont-tunnel Hippolyte-Lafontaine, terminer la 19 jusqu’à la 640, voire même jusqu’à la 50 qui devrait aussi être complétée de Mirabel à Joliette (en n’oubliant pas de doubler la 50 de Mirabel à Lachute et tout le reste nouvellement construit en super 2 jusqu’à Buckingham), prolonger la 13 jusqu’à la 50, compléter la 132 jusqu’à la 30 entre Boucherville et Varennes (ce serait la 430 projetée depuis longtemps), construire l’autoroute 9 pour relier la 50 à la 40 en passant par Carillon, construire l’autoroute 6 jusqu’à Cowansville en la rattachant ensuite à la 10 ou en la menant à la frontière américaine dans le coin de Frelighsburg… En n’oubliant pas de compléter les autres liens pendants avec les États-Unis, la 30 de Valleyfield à Malone, puis la 35 de Saint-Sébastien à Philipsburg!

      Je ne sais pas comment nous allons faire, comme société, pour être à la hauteur d’un pareil défi? À moins que nous ne nous engagions tous sur la voie de la décroissance? Le Québec vieillit, ne l’oublions pas…

      J'aime

Les commentaires sont fermés.