MTQ: Il faut garder les gens dans l’ignorance

Je l’ai déjà mentionné dans un billet, en passant, mais cette fois, je prends le temps d’en parler. Normalement, les différents ministères du gouvernement du Québec, dont le ministère des Transports (MTQ), offre divers outils, informatiques ou autres, permettant d’avoir accès à plein d’informations, comme par exemple l’emplacement des téléphones d’urgence, ou des repères kilométriques, sur le réseau routier de la belle province. Ces données sont accessibles via une carte interactive, qui nous permet de voir, entre autres, que le kilomètre 158, sur l’autoroute 40, est très long, comparativement aux autres. Ces données sont regroupées dans l’Atlas des Transports.

La carte interactive, en partenariat avec Données Québec, offre donc beaucoup de renseignements. Toutefois, certains de ces renseignements ne sont tout simplement plus accessibles. Je pense au principal outil pour évaluer le volume de circulation sur une route, à savoir le débit journalier moyen annuel (DJMA), qui était disponible autrefois via la carte interactive. Depuis plusieurs mois, une recherche de DJMA nous amène plutôt vers la copie d’une carte papier dont la plus récente, après vérification au moment d’écrire ces lignes, date de 2018, soit de 5 ans. Du temps de la carte interactive, les données étaient mises à jour à tous les deux ans, ce qui permettait de voir l’évolution du volume de circulation sur une certaine période. Maintenant, si l’on veut autre chose que les cartes papier de 2016 et de 2018, on doit écrire au ministère, via une adresse de courriel, et on nous répondra lorsqu’on le jugera à propos. Une baisse de services incroyable.

Bref, la question se pose; est-ce par simple paresse que la carte interactive de Données Québec, en ce qui a trait au DJMA, n’est plus accessible, ou bien parce que l’on veut tenir les gens intéressés au réseau routier, comme moi, dans l’ignorance? J’ai tendance à croire qu’au MTQ, c’est la deuxième option qui prime.

Publicité

3e lien: C’est encore le camionnage qui va écoper

La nouvelle de l’abandon du projet de 3e lien Québec-Lévis a soulevé toutes sortes de réactions; soulagement pour les uns, trahison pour les autres. À mes yeux, tout projet routier qui est annulé représente un autre retard à combler par l’offre pour satisfaire la demande, toujours grandissante.

Bon, toujours grandissante, c’est vide dit; la pandémie de COVID-19 a offert un répit de quelques années, ce qui a ralenti la progression de la courbe de la demande en capacité du réseau.

Au lieu de prétexter ce ralentissement pour laisser tomber le projet, le gouvernement aurait dû en profiter pour élargir les diverses études, autant sur la forme du 3e lien (pont ou tunnel) que sur ses coûts. Mais à la place, on a tout simplement noyé le poisson. Le premier ministre, François Legault, était juste trop content de se débarrasser de ce boulet.

À travers tous les arguments avancés par les opposants à ce grand projet, la facture salée revenait très souvent. Pourtant, quand on regarde les estimations de coût du 3e lien, celui-ci se comparait avantageusement au coût du dernier grand projet routier québécois, soit le pont Samuel-de Champlain, qui a coûté 4,24 milliards de dollars pour une longueur totale de 3,4 kilomètres.

J’ai fait un petit calcul – une simple règle de 3, et l’on arrive à 1,247,058.82$ par mètre. Si l’on fait le même calcul pour la version la plus onéreuse du projet, soit le gros tunnel unique de 8,3 kilomètres, au coût de 10 milliards$, on se retrouve avec un coût de 1,204,819.28$ par mètre. Le 3e lien aurait donc été plus économique que le pont Samuel-de Champlain, à hauteur de 42,239,54$ par mètre.

Mais bon, nos gouvernements ne savent pas compter les véhicules par jour qui passent sur un pont; comment peut-on se fier sur eux pour calculer les coûts d’un projet routier?

Trêve de plaisanteries, le problème que cela nous montre, c’est que le gouvernement Legault n’a aucune idée de solution face au vieillissement des deux ponts de la vieille capitale. Ceux-ci demanderont d’énormes investissements juste pour être maintenus avec leur capacité actuelle.

Or, comme il faut maintenant pas moins de dix ans pour construire une traversée du fleuve de l’importance du 3e lien, la population du grand Québec peut se compter chanceuse d’avoir pu profiter du répit de la pandémie, et des conséquences de celui-ci. Elle peut se compter chanceuse aussi de pouvoir trouver une solution pendant que le problème de la circulation entre les deux rives du fleuve est encore gérable.

La population du grand Montréal aurait bien aimé profiter d’une telle chance; avec les travaux actuels au tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, le pont entre Repentigny et Varennes, inclus dans les conclusions du rapport Nicolet, déposé il y a 20 ans, serait bien utile aujourd’hui.

Mais une fois encore, le grand perdant de toute cette affaire sera l’industrie du camionnage; si les bouchons de circulation privent la grande région de Montréal du quelques milliards de dollars par année, n’allons pas nous imaginer que le grand Québec n’accuse aucune perte, même si la congestion est moindre.

Et comme la téléportation n’est pas pour demain, il faudra composer encore longtemps avec les camions; autant s’organiser pour que ceux-ci puissent circuler le plus fluidement possible. Parce que les citoyens veulent des magasins de quartier bien garnis, il faut s’assurer de leur approvisionnement.

Bref, le gouvernement actuel s’est mis un doigt dans l’oeil en mettant fin au projet de 3e lien Québec-Lévis.

Système électoral au Québec: Est-il si disparate que ça?

Depuis le début de cette campagne électorale – voire bien avant, on parle des disparités du système électoral en vigueur au Québec, à savoir le scrutin uninominal majoritaire à un tour. On dit de ce système qu’il fonctionne bien lorsque deux partis s’affrontent, mais que plus il y a de partis, plus les disparités sont apparentes.

Cela est vrai lorsque l’on compare le nombre de sièges obtenu par chaque parti comparé au nombre de votes obtenu par ces mêmes partis à la grandeur de la province. Mais en faisant cela, on compare des pommes avec des oranges. Par exemple, on dit que la Coalition avenir Québec (CAQ), avec moins de 40% des votes, pourrait remporter quelque 80% des sièges. Par contre, les quatre autres principaux partis impliqués risquent de se retrouver avec des résultats bien différents. L’agrégateur du site Qc125.com prédit* que le parti libéral (PLQ) pourrait obtenir 20 sièges, Québec solidaire (QS) 10, le parti québécois (PQ) 3, et aucun pour le parti conservateur du Québec (PCQ), alors que le pourcentage des votes, pour ces quatre partis, se situe entre 14 et 16%.

Il faut comprendre que les élections, au Québec, sont basées sur la circonscription, et non pas sur la province au complet. Le système fait son travail dans chaque circonscription, et le lieutenant-gouverneur offre au parti qui remporte le plus de circonscriptions – et non pas à celui qui remporte le plus de votes – de former le gouvernement. Aussi, lorsque l’on parle d’élections générales, cela veut tout simplement dire que toutes les circonscriptions sont en élection en même temps.

En fait, chaque système électoral a ses disparités. Le système dit proportionnel, par exemple, ne tient compte que du nombre de votes au total, et fait fi de la représentation régionale, alors qu’un mélange de ces deux systèmes – le proportionnel et le système actuel – devient un monstre de complications. D’ailleurs, je crois que c’est en Colombie-Britannique, si ma mémoire est bonne, que l’on a rejeté, par référendum, une refonte du système électoral intégrant des éléments du système proportionnel. Par deux fois.

Le système uninominal majoritaire à un tour est loin d’être parfait, mais il a l’avantage d’être le plus simple; le décompte se fait somme toute assez rapidement, et l’on peut savoir, en général quelques heures à peine après la fermeture des bureaux de vote, quel parti formera le gouvernement, et quels individus représenteront leur circonscription.

* Au moment d’écrire ces lignes; les prévisions sont continuellement remises à jour.

3e lien Québec-Lévis: C’est donc compliqué d’avoir une vision d’avenir

C’est aujourd’hui, 14 avril, que le ministre des transports du Québec, François Bonnardel, et la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, ont présenté une « mise-à-jour » du projet de 3e lien entre Québec et Lévis. De gros changements, en comparaison avec la version 2021, ont été dévoilés lors de ce point de presse. Voyons voir…

D’abord, exit le plus gros tunnelier au monde. Le projet passe d’un gros tube à deux plus petits, ce qui, dit-on, réduit les risques liés à la construction, et augmente la concurrence lors de l’étape des appels d’offres. Ensuite, les deux chaussées compteront deux voies chacune, au lieu de trois, et seront gérées par un système de « gestion dynamique des voies », qui réservera, par exemple, une des deux voies pour le transport en commun lors des heures de pointe. Finalement, la facture passera de 10G$ à 6,5G$, soit une économie de plus de 25% des coûts.

À mon point de vue, le gouvernement tente de réparer les pots cassés, dans ce dossier. Il a commencé par s’embarrasser d’une promesse électorale, celle de la première pelletée de terre avant la fin de ce mandat. Puis, après s’être cassé les dents sur la première mouture du projet (le tunnel sous la pointe ouest de l’île d’Orléans), il a vu l’enthousiasme du grand Québec, ravi de la deuxième mouture (centre-ville à centre-ville), tomber à plat lors du dévoilement de la facture. Maintenant, il s’agira de voir, outre les réactions des oppositions à l’Assemblée nationale, comment la région de la Capitale-Nationale va réagir à cette troisième mouture.

Je veux bien croire que le maire de Québec, Bruno Marchand, n’en veux rien savoir, mais il faudra qu’il se rende bien compte, un jour ou l’autre, que sa ville a le luxe de tergiverser sur la solution au problème de circulation inter-rives, et ce avant que le problème soit total. Montréal aurait bien aimé avoir cette chance. Parce que l’expérience a démontré que malgré un nouveau pont (à six voies, Olivier-Charbonneau, sur l’autoroute 25), et l’avènement du métro à Laval, le volume de circulation n’a pas vraiment diminué entre les deux rives de la rivière des Prairies. Et la raison est simple; l’étalement urbain, qui traumatise présentement le maire Marchand, était déjà installé bien avant les nouvelles infrastructures.

Il devra comprendre que l’on ne peut pas forcer les gens à habiter des condos en hauteur, et que les résidences unifamiliales, avec une cour arrière suffisamment grande pour y installer une piscine, sont tout simplement inabordables en ville, 3e lien ou pas. C’est un phénomène qui existe depuis les tout-débuts de l’organisation municipale. Le maire Marchand devra faire avec, qu’il le veuille ou non.

Pour en revenir au tunnel lui-même, le gouvernement, en essayant de flatter les opposants dans le sens du poil, est en train de transformer un projet désiré, et attendu, en un gaspillage total. D’abord, l’idée de réduire le nombre de voies de trois à deux, par direction, vient réduire l’efficacité du lien; il aidera à la circulation pendant une dizaine d’années, quinze tout au plus, au lieu de soulager la situation à plus long terme. Parce que comme je l’ai déjà mentionné, la théorie de la circulation induite, ce n’est qu’une théorie. Toute région qui attire plus de gens aura inévitablement plus de gens en circulation. Ensuite, quand le gouvernement se rendra bien compte que le nouveau lien est plein, lui aussi, il sera trop tard pour essayer d’y ajouter des voies.

Parce qu’il faut l’avouer; la voiture individuelle ne disparaîtra pas de sitôt. On peut faire rouler les véhicules à l’électricité, à l’essence, au diesel, à l’hydrogène, ou même à l’huile de foie de morue (…non, j’exagère), il n’en demeure pas moins que les gens voudront se déplacer quand bon leur semble. Et les transports en commun n’offrent pas cette latitude, surtout hors des grands centres. Ainsi, les lieux où la population augmente auront besoin, tôt ou tard, de nouveaux liens, quelle que soit leur forme. Et puisqu’il en faut, autant les construire de façon qu’ils soient les plus efficaces possibles, le plus longtemps possible. Malheureusement, le gouvernement actuel semble avoir perdu de vue cet objectif.

La théorie de la “circulation induite”; rien d’autre qu’une théorie

On l’a vu à maintes reprises, dernièrement; dès qu’il est question d’un projet routier, les environnementalistes nous sortent continuellement la théorie de la “circulation induite”, selon laquelle l’ajout d’une nouvelle voie de circulation attirera de nouveaux usagers qui, à terme, ramèneront la situation à la case départ, à savoir des bouchons de circulation.

Évidemment, ces chers amis environnementalistes ne précisent pas que les gens se retrouvent dans les banlieues non pas à cause de l’ajout d’un nouveau pont, ou d’une nouvelle autoroute, mais plutôt à cause du prix des propriétés dans la ville-centre qui, au fil des ans, est carrément devenu inabordable. Ainsi, quiconque voudra quitter le statut de locataire devra s’expatrier, souvent à des dizaines de kilomètres de son lieu de travail.

Il faudrait expliquer que la théorie de la circulation induite ne s’applique pas qu’à la circulation; elle s’applique à tout.

On se souvient tous du prolongement de la ligne orange, du métro de Montréal, vers Laval; quelle excellente idée cela devait être, pour les gens de Laval, qui allaient enfin pouvoir se diriger au travail sans leur voiture. Ce fut effectivement excellent pour eux, mais beaucoup moins pour les gens de Montréal-Nord qui, du quai de leurs stations, regardent désormais passer des rames de métro remplies à capacité.

Imaginons que le réseau de la santé, lui aussi rempli à capacité, soit dans l’obligation de construire un nouvel hôpital. Verra-t-on nos amis écolo s’insurger contre la nouvelle construction? Bien sûr que non; ils diront que l’ajout d’un nouveau centre hospitalier viendra prêter main forte au réseau qui est au bord de l’éclatement. Pourtant, le nouvel établissement recevra des patients qui, à terme, le rempliront lui aussi, remettant le réseau dans la même situation qu’avant.

Tout cela pour démontrer que la théorie de la circulation induite, si chère aux environnementalistes, n’est rien de plus… qu’une théorie. Dans les faits, autant le réseau de la santé que le réseau routier sont régis par des lois naturelles, soit celles de l’offre et de la demande. Or, dans l’un ou l’autre des deux réseaux, l’offre n’a jamais suivi la demande, ce qui fait que celle-ci est toujours plus forte que l’offre. Les gouvernements, qui sont responsables de l’offre, invoquent toutes sortes de raisons pour se justifier, mais au final, on se retrouve, encore une fois, avec la théorie de Bastiat, “Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas”.