CO2: Maxime Bernier n’a pas tout à fait tort

Sur le site web de Radio-Canada, Fannie Olivier signe un texte faisant état d’une prise de position de Maxime Bernier, désormais chef du Parti populaire du Canada.  Selon l’article, il aurait lancé un micro-message sur Twitter, dans lequel il spécifiait que le CO2 n’est pas de la pollution. “Le CO2 n’est PAS de la pollution. C’est ce qui sort de votre bouche quand vous respirez et ce qui nourrit les plantes”, a-t-il tweeté, provoquant, toujours selon madame Olivier, une levée de boucliers de nombreux canadiens qui n’ont “plus envie de rire de ce sujet”.  Évidemment, cette déclaration n’a rien de scientifique, mais comme le CO2 est aussi utilisé à la grandeur de la planète, et à toutes sortes de fins, force est de constater que Bernier n’a pas tout à fait tort.

Il faudrait ici rappeler à madame Olivier que les rapports du Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC), dont elle fait mention dans son texte, et dont le dernier en date est sorti au début du mois, est une composition politique, à même titre que le communiqué final d’une rencontre au sommet multipartite, comme le G7, le G20, etc.  Or, par le passé, il fut prouvé que ces rapports étaient confectionnés à partir de données falsifiées, dans le but de tenter de faire la démonstration que la situation est définitivement pire qu’elle ne l’est en réalité.  Si cela a fait bien peu de bruit de ce côté de l’Atlantique, en Europe, ce qui finit par prendre le nom de “Climategate” fut pris très au sérieux, enlevant du coup beaucoup de crédibilité au GIEC, et par extension, à toute l’Organisation des nations unies (ONU).

Autre truc à souligner; la supercherie du fameux consensus des scientifiques, qui auraient supposément dit que le réchauffement climatique est dû à l’activité humaine.  Il fut démontré que ledit consensus est en fait les résultats d’une compilation au cours de laquelle on a recherché, dans plus ou moins 1300 textes scientifiques, les termes “réchauffement climatique” et “activité humaine”, et ce sans tenir compte du lien, dans les textes, entre les deux termes.  Facile de créer un consensus de toutes pièces en fonctionnant ainsi, surtout si l’on empêche la diffusion des textes scientifiques qui mettent en doute la théorie du CO2.

Car il faut aussi spécifier que le véritable lien, scientifique et vérifiable, entre les changements climatiques et les activités humaines, n’a jamais été établi.  S’il l’avait été, croyez-moi, on l’aurait su!  Or, cette histoire de consensus de scientifiques vient justement tenter de boucher ce trou causé par l’absence de preuves empiriques, seules et uniques prises en considération par les vrais scientifiques.  Car nous savons tous que les scientifiques travaillent avec des données empiriques, pas avec des consensus.  Si toutes ces données empiriques avaient été considérées, les enverdeurs n’auraient pas le choix de considérer celles qui prouvent que les variations de température globale sur Terre sont aussi observées sur Mars.  Or, sur la planète rouge, il n’y a ni véhicules – à part les rovers de la NASA, tous électriques, ni usines polluantes.

On dit qu’à force de répéter continuellement un mensonge, on finit par croire qu’il s’agit de la vérité.  C’est ce que fait le GIEC avec ses rapports, appuyés par les enverdeurs à travers le monde.  Et ne vous en faites pas; si vous n’avalez pas ces salades, on vous les fera manger de force!

Publicités

Environnement: C’est long, mais la vérité commence à sortir

Mardi dernier, le 4 mars, quelques articles ont été publiés sur le site Canoë, ainsi que sur LCN, articles qui commencent à démontrer que la thèse du CO2, soutenue par Al Gore, entre autres, ainsi que par la plupart des environnementalistes, pour expliquer les changements climatiques que l’on connaît actuellement, prend de plus en plus de plomb dans l’aile.

Dans un premier, signé par Virginie Roy, Al Gore, tout de même récipiendaire d’un Oscar pour son film « An Inconvenient Truth », ainsi qu’un prix Nobel de la paix, fut carrément ridiculisé lors d’une conférence organisée par l’institut Heartland, que madame Roy décrit comme “une organisation libertaire à but non lucratif qui étudie les questions environnementales et autres”.  L’auteure de l’article citait le portail Actualités News Environnement.  Puis, dans un entrefilet du site LCN, on mettait un lien vers des images captées par un engin spatial robotisé en orbite autour de la planète Mars, images montrant une série d’avalanches près du pôle Nord de la planète rouge.  Bien que les chercheurs de la NASA n’aient pas encore déterminé le déclencheur de ces avalanches ni leur fréquence, ou encore si elles se produisent seulement au printemps, il est permis de croire que des changements climatiques s’opèrent dans tout le système solaire, et non pas seulement sur la Terre, endossant ainsi la thèse de l’activité solaire.  Bref, cela reste à approfondir.

Le dernier article à avoir attiré mon attention, également sous la plume de Virginie Roy, vient prouver que, comme toutes les religions, le mouvement environnemental a aussi ses extrémistes.  L’article fait état d’un incendie à Seattle, dans l’état de Washington, qui a ravagé plusieurs maisons de luxe, dans une banlieue de la ville.  Citant toujours Actualités News Environnement, madame Roy dit que ce groupe d’écoloterroristes avait déjà revendiqué des actions similaires, dans le passé, et qu’il est actif depuis une dizaine d’années.

Bref, les tenants de la thèse du CO2 commencent à voir leur muraille se lézarder, et la vérité fait lentement son chemin à travers la vision apocalyptique imposée par la plupart des environnementalistes.