Ottawa: Une béquille de 30 milliards$

Selon une manchette du site web de la chaîne Argent, les libéraux et les néodémocrates se seraient entendus sur un plan de relance économique de 30 milliards$, visant à proposer à la gouverneure générale, Michaelle Jean, de leur accorder le pouvoir à la place du gouvernement conservateur minoritaire de Stephen Harper, élu le 14 octobre dernier, et qu’ils s’apprêtent à renverser.  Ils se seraient également entendu sur la composition du gouvernement de remplacement, accordant 25% des sièges à des représentants du NPD.  Pour ma part, l’expérience ontarienne, avec Bob Rae à titre de premier ministre, m’a amplement suffi pour connaître les capacités du NPD à anéantir les finances publiques, et à endetter un état.

Évidemment, les libéraux et le NPD se targueront de faire le travail que les conservateurs ne voulaient pas faire.  Or, le problème, c’est que les 30 milliards$ en question représentent une béquille, sur laquelle les entreprises s’appuieront pour tenter de relancer leurs affaires.  C’est clair comme de l’eau de source que cet afflux d’argent – qui provient de vos impôts, et des miens – sera accueilli avec empressement par certaines entreprises déjà consommatrices de subventions gouvernementales.  Mais que se produira-t-il quand les 30 milliards$ seront épuisés?  Ils en redemanderont, c’est sûr!  Tout comme les exclus de ce plan voudront aussi de l’aide d’Ottawa.  Les USA ont commencé avec le plan Paulson, de 700 milliards$, et en sont maintenant rendus à plus de 8 billions$.  Pensez-y, 8 millions de millions!  Si les partis d’opposition prennent le pouvoir, et engagent le Canada dans cette voie, la même chose se produira ici.  Après ces 30 milliards$, combien d’argent supplémentaire faudra-t-il allonger?

Le plan conservateur était différent, dans le sens qu’au lieu de prendre des impôts déjà payés par les contribuables, pour envoyer des chèques aux entreprises, celui-ci prélevait moins d’impôts des entreprises, afin que celles-ci prennent l’argent ainsi sauvé pour réinvestir dans leurs entreprises.  Les résultats sont moins foudroyants, à courte échéance, mais un tel plan de relance a de bien meilleurs effets à moyen, et à long terme.

Je persiste à croire que la principale pomme de discorde, dans l’énoncé de Jim Flaherty, fut l’affaire des coupures des subventions aux partis politiques.  Voyez-vous, Stéphane Dion s’est assis sur ses mains pendant plus d’un an, à la Chambre des communes, devant toutes sortes de politiques présentées par les conservateurs de Stephen Harper.  C’est drôle, mais à ce moment-là, le chef libéral n’était pas si pressé d’obtenir un plan d’intervention massive dans l’économie.  Et maintenant, vous croyez vraiment que c’est dans le but d’aider les travailleurs, que Dion veut prendre le pouvoir, avec l’aide du NPD?

Moi, je n’y crois pas du tout!

La pensée keynésienne a coulé les USA, et avec cette coalition au pouvoir, nous coulerons, nous aussi.

Publicités

Une réaction sur “Ottawa: Une béquille de 30 milliards$

  1. Pingback: » Ottawa: Une béquille de 30 milliards$

Les commentaires sont fermés.