Jeunes conducteurs: Où cela va-t-il s’arrêter?

Le dernier week-end fut, aux yeux de plusieurs, une hécatombe, sur les routes; 11 morts, dans divers accidents, survenus un peu partout.  Évidemment, l’alcool et/ou la vitesse ont probablement joué dans plusieurs d’entre-eux, dont celui survenu à Saint-Paul-d’Abbotsford, près de Granby.  Deux jeunes passagers sont morts, alors que le conducteur, âgé de 25 ans, survivra, semble-t-il, à ses blessures, après une violente sortie de route.  Les jeunes ont passé une soirée de « drag de rue », à la piste Sanair, à Saint-Pie-de-Bagot puis, selon certains, il semble que le conducteur avait encore la tête à la course, lors du retour.

Or, que lit-on, dans le Journal de Montréal de ce matin?  Un article de Sébastien Ménard, qui témoigne que le conducteur est « un danger public », ce qui pourrait bien s’avérer véridique, mais surtout le témoignage de la mère de l’une des deux victimes, qui avance que « Il faudrait que les jeunes aient leur permis plus tard.  Ils seraient plus matures, sur la route. »

C’est là, que j’ai un problème.

Je sais que le Journal de Montréal a comme principale mission de vendre du papier, mais c’est évident qu’en allant mettre un micro sous le nez d’une mère, qui vient de perdre son fils dans un accident, ou d’autres membres de l’entourage immédiat d’une victime, en attendant que la personne lâche quelque chose, on va finir par se retrouver avec des paroles semblables.  J’en veux plus ou moins à la dame en question, et aux membres des famille des victimes, qui se sont prononcées; ils sont sous le coup d’une charge émotionnelle énorme, et c’est tout à fait possible qu’ils tiennent des propos qu’ils ne tiendraient pas en d’autres circonstances.  Mais le journaliste qui prend ça, et le couche sur son papier à vendre, est loin d’être brillant.  « Il faudrait que les jeunes aient leur permis plus tard« ; le conducteur de la voiture avait 25 ans!  À quel âge il faudrait l’accorder, le permis?  À 32?

Le fait qu’un journaliste fasse la une à partir de propos recueillis auprès de gens qui entrent dans un deuil forcé, et ce trop rapidement, ne fait qu’entretenir le sentiment inacceptable que l’on doive punir tout le monde, à cause de deux ou trois irresponsables.  Le type qui conduisait la bagnole était probablement un irresponsable de première, du moins si l’on se fie au témoignage des proches des victimes, aussi recueillis par Ménard.  Son irresponsabilité, qui soit dit en passant, reste à être prouvée dans cet accident, aurait amené deux jeunes hommes dans la mort.  Si le procès que subira le conducteur prouve que celui-ci a commis une faute, le juge fera en sorte qu’il en paie le prix qu’il faut, mais de grâce, qu’on foute la paix aux autres conducteurs.  Comme je l’ai déjà dit ailleurs, ce n’est pas avec des photo-radars, avec d’autres babioles semblables, ou encore avec des règles plus strictes pour les jeunes, que les routes seront sécuritaires, mais bien avec une présence policière suffisante pour que les irresponsables aient le frousse de se faire prendre.  Évidemment, il faudra aussi relativiser les peines, en cas de culpabilité; si un type commet une bourde, tue des personnes, et s’en sort avec « un an à maintenir la paix et à avoir une bonne conduite », il risque de récidiver deux ou trois ans plus tard.

Mais la base de mon raisonnement est qu’il faut cesser d’entretenir le sentiment qu’il faille brimer les libertés de tout le monde à cause de quelques irresponsables.  Il est préférable de punir les coupables, en fonction de leurs gestes répréhensibles, et de laisser vivre les autres.  Bref, punir les coupables, et non pas punir tout le monde.

Advertisements

8 réflexions sur “Jeunes conducteurs: Où cela va-t-il s’arrêter?

  1. Richard,

    Pour un flot, un char c’est comme le prolongement de leur pénis (pardonnez-moi de ma vulgarité).

    Je ne suis pas psychologue ou un spécialiste de maturité de l’homme mais je sais qu’un homme pour qu’il soit mature c’est soit qu’il réalise qu’il a un enfant ou au marriage. Bref, un homme est complètement mature à l’age de 26 ou 27 ans.

    Ce qu’il faut, c’est sévir les gens responsable d’Accident et s’ils sont encore vivant: on leur enlève leur permis pour 5 ans et zéro alcool pour une personne en bas de 27 ans car la majorité des accidents par les jeunes c’est à cause de l’alcool ou de leurs pensées à consommer jusqu’au fond du baril. Le gouvernement pénalise ceux qui ne sont pas fautif dans ce cas-ci pour qu’ils obtiennent leurs permis. Instaurer les cours théorique et pratique avant de passer les examens de conduite à la SAAQ.

    Dans mon cas, je ne connais pas mes véritables limites lorsque je bois mais je sais que je ne dois surtout pas toucher à ma voiture peu importe le nombre de bouteilles de bière prise. La modération a bien meilleur gout.

    J'aime

  2. L’idée, c’est que des immatures, ou au sens plus large, des irresponsables, il y en a de tous les âges. À preuve, les récidivistes de l’alcool au volant, du moins ceux qui se font prendre, ont souvent dépassé la cinquantaine.

    Le deuxième lien, que j’ai mis dans le billet, illustre d’ailleurs fort bien ma pensée, sur le sujet de l’aspect sécuritaire des routes. C’est une réponse que j’écrivais au commentaire d’une lectrice, Annie, qui me disait qu’il fallait que le type qui commet un tel accident soit puni de façon à servir d’exemple aux autres. Je lui répondais que ce n’est pas le fait que la condamnation d’un type passe aux nouvelles, qui calme les choses, mais plutôt le fait qu’il y ait de la police dans les parages. Il faut que le type se sente surveillé, qu’il sente qu’il peut se faire avoir, qu’il sente que la police l’a à l’oeil, lui davantage que les autres. Évidemment, mettre plus de policiers sur la route coûte beaucoup plus cher que des photo-radars, ou de la pub à la télé. D’ailleurs, il s’agit de voir les statistiques d’accidents, quand on compare une situation normale avec les moments où les policiers sont en moyens de pression, et qu’ils font la « grève du zèle », pour bien comprendre mon point de vue.

    En passant, mes félicitations, pour la prise de conscience, au sujet de l’alcool. C’est beaucoup mieux de saisir l’importance de poser les bons gestes avant qu’il arrive un malheur. Ce n’est malheureusement pas tout le monde qui agit en ce sens.

    J'aime

  3. C’est à se demander si on ne devrait pas donner des punitions dans le genre du film « Dazed and Confused » où les petits nouveaux recoivent la « batte » comme on dit http://www.youtube.com/watch?v=t4yoGGRagOI À force de recevoir la batte, les immatures vont y penser 2 fois ainsi que ceux qui veulent imiter les immatures. Mais même-là je crains que certains bien-pensants vont mettre leur « holà »

    J'aime

  4. Les jeunes ne comprenent absolument rien quand quelqu’un ou la société en générale disent à eux autres,Soyez prudent car ils se croient invincible sur la route comme jadis quand ils jouaient au Nintendo,Sega Genesis aux jeux vidéos. Plus que tu tue plus de gens,tu as des bonus dans les jeux vidéos.

    C’est comme ça qu’ils pensent.C’est comme ça qu’ils ont appris à conduire. Ils pensent que les routes et les autoroutes sont des pistes de courses et ils se croient bon conducteurs plus que les autres qui ont de l’expérience sur la conduite automobile.

    Et c’est surtout qu’il n’y a pas de police. C’est ça le problème.
    Même si le gouvernement serrai la vis au plus haut point,Les jeunes s’en fout comme de l’an quarante parce que ils se croient au-dessus des lois de notre pays.

    Allo !

    J'aime

  5. Je trouve ça dommage pour les proches des victimes. Mes sympathies. Sincèrement.

    Ceci étant dit, je crois que dans les cas d’ivresse au volant ou dans des cas de vitesse excessive, on confisque automatiquement le véhicule du « fou » et dans le cas de la mort, aucun dédommagement de la part de la SAAQ. J’ai toujours trouvé ridicule le no fault.

    L’argent est souvent plus persuasives que les travaux communautaires!

    J'aime

  6. Merci à vous tous, pour vos commentaires.

    J’aimerais ajouter une chose, mais je ne voudrais pas que ce soit interprété comme un reproche; je ne fais que remarquer une tendance qui se dégage des commentaires, autant ceux reçus ici que ceux que l’on peut lire à chaque fois qu’un accident de ce genre se produit.

    On dirait, à les lire, que ceux qui commentent ne se souviennent pas qu’ils ont déjà été jeunes, eux aussi, et qu’ils ont probablement « oublié » les petites occasions où eux aussi, ont fait des « coups pendables », ou ont passé proche de « casser la gueule », à eux-mêmes et/ou à d’autres personnes, que ce soit sur la route, ou dans d’autres activités. Souvent, la différence entre la jeunesse en général, et un accident comme celui de Saint-Paul-d’Abbotsford, c’est le fait que ça n’a pas seulement « passé proche », dans le cas de l’accident. Tout le monde est à la recherche de « la punition » qui ferait plier tout le monde, qui amènerait tous les jeunes à conduire « en mon’oncle ». Eh ben j’ai une bien mauvaise nouvelle pour vous, messieurs dames; la punition idéale n’existe pas. Et le fait d’augmenter les peines pour les conducteurs téméraires ne fera rien de plus que d’enlever de la crédibilité à notre système de justice, parce que le gars – ou la fille – qui a « échappé » son auto, et blessé ou tué ses amis, ou d’autres personnes, s’en tirera avec une peine plus importante qu’un autre, qui a tué avec une arme à feu. Il est là, le problème. On veut toujours que la personne qui cause un tel accident « paye pour les autres », on veut qu’il se souvienne de ce qu’il a fait pour tout le reste de sa vie. Et trop souvent, c’est exactement ce qui se produit; il se souvient tellement que pour tenter d’oublier, ne serait-ce que quelques instants, il sombre dans l’alcool, et/ou la drogue, à un point tel qu’il devient un fardeau pour ses proches, et un danger pour la société, mais d’abord un danger pour lui-même. Il porte un poids tellement lourd sur sa conscience qu’il se fout de ce qui peut lui arriver, dorénavant. C’est ainsi qu’il conduira, saoul ou « gelé », causera d’autres accidents, fera du temps, et recommencera, encore et encore.

    Une chose est certaine; toute « punition » imposée avant un procès, juste et équitable, pourrait être contestée devant la Cour, parce que cela reviendrait à juger la personne avant qu’elle ne subisse un procès. Il faut commencer par une enquête, en bonne et due forme, et ensuite passer à l’étape des accusations, puis au procès. Il faut se souvenir que malgré la douleur subie par les familles des victimes, tout accusé est innocent jusqu’à preuve du contraire. C’est ainsi que fonctionne notre système judiciaire, et il faut éviter de tomber dans le jugement téméraire. Nous vivons dans un système où l’on préfère « avoir un coupable dehors qu’un innocent en-dedans », il ne faut pas l’oublier.

    Je crois que le type, qui conduisait la voiture qui a servi de tombeau à ses deux amis, a surtout besoin de soutien, pour l’instant, d’abord celui de ses proches, parce qu’il sait trop bien ce qu’il a fait, justement. Il a besoin de savoir que s’il est impossible d’oublier tout cela, il lui reste quand même une option; celle de se prendre en mains, de recommencer sa vie sur une nouvelle base, et pour cela, il a besoin du soutien de tous ses proches. Cela ne ramènera pas ses deux amis à la vie, c’est certain, mais au moins, si on lui donne cette opportunité, il saura que le jour où il aura payé le prix de sa bêtise, parce que c’est évident qu’il devra en payer le prix, il pourra refaire sa vie, et devenir une personne honorable.

    Mais pour cela, il faut lui ouvrir la porte, et non pas la lui fermer sur les doigts.

    J'aime

  7. Salut Richard!

    Je peux comprendre qu’un jeune puisse faire des erreurs. Je suis d’accord avec toi. Je veux bien laisser une chance, car oui, nous faisons tous des conneries! Je n’ai jamais été un manique de vitesse étant jeune. Par contre, j’aimais bien aller le soir dans un parking vide de centre d’achat pour faire de la drift 😉 Pas brillant, je te l’accorde. Mais au moins, je minimisais mes chances.

    Par contre, après la 2eme, la 3eme, es-ce vraiment une erreur? C’est là qu’il faut intervenir.

    En passant, voici une nouvelle venant de Grande-Bretagne: http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/stop-and-search-white-people-held-to-balance-racial-statistics-1707895.html

    De quoi pour te repartir sur l’incident Villanueva 😉

    J'aime

  8. Je souviens quand j’allais au CEGEP, dans une banlieue de nulle part, j’ai revenu toujours a la maison (dans une banlieue plus proche) a 150 km/h… et quelques fois a 160-165… j’etais pas le seul, j’ai suivi un etudiant dans une Jetta dans ma rutilante Saab 900 S (que j’ai paye 250$ pour!) a 165… avec un de mes bearing de transmission trop use qui fait un wawawawawawawa…

    En allant a l’ecole dans le rush du matin normalement j’ai du contenter avec 120 – 130 (avec un petit bout de 140 de temps en temps) avec le trafic… mais en revenant j’ai jamais eu de probleme…

    L’exception etait toujours le premier jour des classes, la Surete du Quebec a toujours mis quelques voitures de chasse la pour nous, j’ai connu des gens qui ont ete pognes, mais moi, j’ai toujours lache mon pied ce jour-la 😉

    Maintenant, etant plus vieux, ca ne me semble pas que j’etait trop fou, mais bien, ca me deplait car ces jours-la, mon aller-retour est deux fois plus loin, mais le congestion est 100 fois plus pire (le merveilleux echangeur A-20/R-138)… ah les souvenirs…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.