Bixi: Le commencement de la fin?

Les médias nous apprennent que la situation financière de la Société Vélos libre-service (SVLS), maîtresse d’oeuvre du projet Bixi, serait en grave difficultés financières.  Vous pouvez en lire un peu là-dessus ici, et ici.

Parmi les plus paniqués de la situation, le chef de Projet Montréal, et candidat à la mairie le 3 novembre prochain, Richard Bergeron, utilise même le mot “faillite” pour décrire la situation.  Déjà, en 2009, je vous faisais part moi-même de la concurrence déloyale que le projet Bixi faisait aux locateurs de vélos de Montréal, du fait que ceux-ci avaient toutes les charges de leur commerce, et se voyaient obligés de faire concurrence à un projet financé en grande partie par des deniers publics.  Pour bien arranger les choses, et sûrement pour rassurer tout le monde, le vérificateur général de la ville de Montréal a fait parvenir une lettre au Conseil, dont chaque membre a reçu une copie, faisant état de la situation financière précaire de la SVLS.  Il est à préciser que les conseillers attendent depuis plus de 5 mois les résultats financiers de la SVLS.

Selon l’un des articles, la Société de transport de Montréal (STM) serait intéressée aux actifs de la SVLS, mais pas à la dette de celle-ci, qui se monterait entre 30 et 40 millions$.  Ce sont alors tous les payeurs de taxes de Montréal qui seront pris pour payer la dette accumulée.

Fallait s’y attendre!

Québec: 5,8 milliards $ dans le trou!

Selon une nouvelle de la Presse canadienne, sortie hier soir sur le site LCN, le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, revient régulièrement à la charge, depuis 2004, pour presser le gouvernement à se conformer aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada, et ce afin d’établir la situation financière réelle du Québec, ce que font plusieurs autres provinces canadiennes. Après avoir reçu le mandat de déterminer le solde de l’état, monsieur Lachance a établi que les finances actuelles affichaient « un déficit accumulé de 5,8 milliards $ ».

Je crois, pour ma part, qu’il serait plus simple encore d’appliquer les principes budgétaires familiaux (PBF), appelons-les comme ça, c’est à dire ceux que l’on utilise couramment, à la maison, et qui servent à savoir si on a les moyens – ou non – de se payer une sortie au cinéma, par exemple. La situation budgétaire du Québec serait alors facile à établir. Les revenus sont de X, les dépenses sont de Y, alors X – Y = la marge budgétaire. Si elle est dans le rouge, de deux choses l’une; soit que l’on augmente les revenus, ce qui serait plutôt difficile, le Québec étant déjà l’un des états les plus taxés en Amérique du Nord, ou soit que l’on coupe dans les dépenses. De ce côté, il y aurait beaucoup à faire.

Prenons, par exemple, un seul organisme gouvernemental, à savoir le Centre de gestion de l’équipement roulant (CGER), une entité qui achète des véhicules en tous genres, de la voiture de fonction au gros camion nettoyeur d’égouts, en passant par les tracteurs à gazon et les voitures de police, et qui les loue à plein d’organisations, comme des ministères, des municipalités, des organismes sans but lucratif (OSBL), etc. Je me demande pourquoi le gouvernement se mêle de faire de la location de véhicules. Il y a plein d’entreprises privées qui font ce boulot, et à voir les tarifs fixés par le CGER, que l’on pouvait voir sur leur site web, autrefois, mais plus maintenant, je ne suis pas certain qu’il y ait des économies pour les clients, par rapport aux concurrents privés. Une location de véhicule pourrait se régler par un coup de téléphone à un fournisseur, mais au gouvernement, on préfère avoir tout un groupe de fonctionnaires, payés au gros prix, tout au long de l’année, pour faire la même chose. La différence, dans tout ce processus, est payé par… vos impôts!

Bref, d’ici à ce qu’un représentant du CGER m’explique, noir sur blanc et par 2 + 2 = 4, que son organisme est plus rentable que le privé, pour le gouvernement – et pour les contribuables, je continuerai de douter des « économies » de ce centre, d’abord, et ensuite, je continuerai à dire que le gouvernement sort de sa mission, en allant faire concurrence à l’entreprise privée. Et il y a plein d’organismes, aussi inutiles que coûteux, au sein de notre bon gouvernement.

Et dire que l’on traite les pétrolières d’être des magouilleurs. Elles ne sont définitivement pas les seules!