Route 158: À la recherche de l’autoroute perdue

Depuis le temps que je dis que la route 158, entre Saint-Esprit et Joliette, devait un jour devenir un tronçon de l’autoroute 50, voila donc que je suis parti à la recherche de preuves pour appuyer mes dires. Et vous savez quoi? …j’en ai trouvé!

069a

Nous sommes ici à Saint-Jacques-de-Montcalm, le long de la route 158, et l’on regarde en direction est. Voyez la clôture, qui est à une distance normale pour une route à deux voies sur une seule chaussée.

072a

Ici, à l’intersection du rang des Continuations, toujours à Saint-Jacques-de-Montcalm, en regardant vers l’ouest, cette fois, on voit très bien la ligne des arbres abattus, à gauche de la route, en fonction de la construction d’une deuxième chaussée, en comparaison avec la ligne des arbres de l’autre côté de la route, qui est normale.

075a

Voici la dernière innovation de la route 158, des feux de circulation à l’intersection menant à Crabtree.

078a

Quand on regarde de cet angle, voyez la différence entre les arbres matures et les nouvelles repousses, qui se situe tout juste au-dessus du panneau avec la flèche blanche sur fond rouge. Les arbres ont été abattus en fonction d’y construire des bretelles d’entrée et de sortie. La même chose devait se faire de l’autre côté, mais le déboisement n’a pas été effectué.

082a

Ici, on voit le pont qui enjambe la rivière Ouareau, à la hauteur de Crabtree. Point particulier; l’accotement, en direction est (à gauche, sur la photo), est d’environ la moitié de la largeur de celui en direction ouest, ce qui correspond à un pont autoroutier, sur lequel l’accotement de gauche est plus étroit que celui de droite. Ce pont serait en principe celui de la chaussée en direction ouest, ce qui explique l’accotement plus large de ce côté.

085a

Cette photo fut prise entre Crabtree et Saint-Paul. Vous voyez la distance considérable entre la route et la clôture? En fait, vous la voyez, la clôture? On la voit bien quand on regarde à droite, sur la photo. Il y a tout l’espace requis pour construire la deuxième chaussée.

088a

Le promontoire que l’on voit à gauche du panneau n’est pas une butte naturelle. Elle a été élaborée de main d’homme pour la construction de la deuxième paire de viaducs surplombant le chemin Saint-Jean, et le chemin de fer du CN.

091a

Ici, vue de la route 158, en direction ouest, avec le pont de la rivière l’Assomption, et le feu de circulation de la rue Saint-Pierre, à Joliette. La photo fut prise du haut du viaduc du boulevard Base-de-Roc. Voyez le rapprochement des deux chaussées.

092a

Vue en direction est, cette fois, depuis le même viaduc. Les deux chaussées sont plus éloignées l’une de l’autre, si on regarde le déneigement effectué. Dans les faits, les deux chaussées sont tout aussi rapprochées, mais ce qu’on voit ici, ce sont les « voies de service » du grand échangeur qui connecte la route 158 à l’autoroute 31. Si vous regardez au-dessus de l’espèce d’amoncellement, entre les deux voies, un peu vers le droite, vous voyez deux petits points foncés; il s’agit de deux balises, qui marquent a fin des chaussées rapprochées, qui n’avaient pas été construites à l’époque.

097a

Ici, je suis à l’endroit où les chaussées rapprochées reprennent, après l’échangeur de l’A-31. À quelques 100 mètres derrière moi se trouve l’intersection de la route 158 est, vers Berthierville, du chemin des Prairies, qui mène vers le centre-ville de Joliette, et de la route 131 nord, vers Saint-Félix-de-Valois. Au loin, c’est le viaduc de l’A-31, sous lequel on voit que l’espace est là pour accueillir les chaussées rapprochées.

Eh oui, les dernières photos sont sombres. Fidèle à mes habitudes, je me suis fait prendre par le soleil baissant. Il faudrait idéalement que je retourne dans ce coin à la fonte des neiges, avant que les herbes hautes envahissent les clôtures, afin que l’on puisse voir encore mieux les terrains délimités par ces clôtures qui, avouons-le, portent mal le poids des années.

Pour mieux voir la configuration de l’échangeur de la route 158 et de l’A-31, vous pouvez aussi aller voir des photos aériennes sur un logiciel comme Google Earth. La majeure partie de l’échangeur est visible en gros plan, et on y voit bien le détail des voies rapprochées, près de l’intersection des routes 131 et 158, à droite de l’échangeur. Des photos semblables à cells que j’ai prises, croquées en été, cette fois, sont disponibles sur cette page du site web « Les autoroutes du Québec« .

Publicités

27 réactions sur “Route 158: À la recherche de l’autoroute perdue

  1. Bonsoir Richard !

    C’est vrai au départ s’était supposé d’être une autoroute ce tronçon là.
    J’ai appris ça à l’école quand j’étais en secondaire un car mon prof avait une vieille carte routière du Québec de 1978.

    C’était vraiment l’autoroute 50 qui devait être construite de l’aéroport de Mirabel à Joliette et même plus loin jusqu’à Shawinigan en passant à St-Félix-de-Valois sur le tronçon de l’autoroute 31 vers St-Michel-des-Saints et ensuite aller vers St-Gabriel-de-Brandon,St-Didace,St-Édouard-de-Maskinongé,Ste-Angèle-de-Prémont,St-Paulin,Charette,St-Boniface-de-Shawinigan et la fin de cette autoroute était à l’autoroute 55 à Shawinigan.

    Pendant ce temps sur la carte routière de cette année là,l’autoroute 40 entre St-Cuthbert et Pointe-du-Lac était en construction la deuxième voie bien sûr.

    Au Revoir !

    Sylvain

    J'aime

  2. Mon cher Sylvain, j’aimerais drôlement remettre la main sur cette carte (par contre, je n’ai malheureusement pas de budget à y allouer). Vous souvenez-vous si c’était une carte gouvernementale (plus grande, une fois dépliée), ou une « carte de garage », comme il y en avait beaucoup à l’époque?

    J’ai toujours imaginé l’A-50 faire le tour de l’usine de Ciment Saint-Laurent, puis bifurquer vers Berthierville pour aller rejoindre un pont à construire au-dessus de fleuve, vers Sorel-Tracy, mais à la façon dont les courbes alignent « l’autoroute perdue » vers le nord, en ligne pratiquement droite vers Saint-Félix-de-Valois, l’hypothèse d’un passage vers le nord avant de reprendre un axe est-ouest vers l’A-55 à Shawinigan est très plausible.

    D’autant plus que lors d’une recherche, sur le site web du MTQ, concernant la route 131, entre Sainte-Émilie-de-l’Énergie et Saint-Michel-des-Saints, j’ai pu lire sur une étude disponible à l’époque qu’un corridor était réservé dans le plan de zonage de la municipalité de Sainte-Émilie-de-l’Énergie « pour la construction d’une route de capacité nationale prévue pour commencer dans le secteur de Mont-Tremblant à l’ouest, et qui se terminerait à Louiseville, vers l’est », si ma mémoire est bonne. J’ai toujours cru qu’il pouvait s’agir d’une hypothétique autoroute 60, mais cela pourrait bien être l’A-50, finalement. Une sortie, située aux limites de Louiseville et de Maskinongé, sur l’A-40, a tous les airs d’un échangeur autoroutier, d’autant plus que des plans, vus dans l’hebdomadaire local, ont déjà montré que la « route de la Concession » (c’est son nom actuel, quoiqu’aucun panneau ne l’indique) aurait pu se continuer vers le nord par un viaduc au-dessus de la route 138 et du chemin de fer Québec-Gatineau, qui sont parallèles à cet endroit. La courbe en S, juste avant le raccordement de cette route à la route 138, a d’ailleurs la forme exacte d’une bretelle de sortie.

    J’aimerais bien pouvoir consulter ce qu’était le plan d’origine de la grille autoroutière au Québec, selon les prévisions des années 1960. Si un tel plan existe, il doit certainement être enfermé à double tour dans une voûte du MTQ, et doit être classifié « À ne montrer à qui que ce soit, sous peine de congédiement immédiat ». Il serait curieux d’y constater les multiples changements dans le tracé des autoroutes, depuis les prévisions originales.

    Par exemple, l’A-30 a changé de place à plusieurs reprises; à l’origine, elle devait passer dans l’emprise de la route 132, à l’ouest de l’A-15, traverser la réserve de Kahnawake, à la hauteur du pont Honoré-Mercier, se continuer en suivant la route 138, puis traverser les terres à partir de l’ancien échangeur de Kahnawake, près du Sports Complex, pour rejoindre le pont de la Sauvagine (existant), via le chemin Saint-Bernard, à Châteauguay, puis reprendre l’emprise de la route 132 à Léry. Un premier changement fut décidé au début des années 1990, lors de la crise d’Oka, lorsqu’il fut décidé que l’A-30 allait contourner la réserve. Maintenant, le MTQ applique un deuxième changement, en la faisant passer dans le champ, au sud de Candiac, Delson et Saint-Constant, au lieu de l’emprise de la route 132. Un troisième changement fut ensuite décidé, et consiste au réalignement du tronçon sud actuellement en construction et de l’A-30 actuelle. Ce tronçon est communément appelé le tronçon Jean-Leman.

    Je me souviens avoir vu une carte routière qui montrait une section de l’autoroute 6 (!) projetée, entre Saint-Jean-sur-Richelieu et Farnham. Ce fut un autre projet mis en branle, mais interrompu et finalement jamais achevé. On dit qu’une partie du remblai construit à l’époque sert maintenant de piste cyclable. J’aimerais bien parcourir le Québec à la recherche de ces projets commencés, et laissés en plan, mais cela coûte cher. J’en rêve, par contre…

    J'aime

  3. Bonsoir Richard !

    La route de concession que vous parlez à Louiseville qui relie la Route 138 à l’autoroute 40,c’est la route Livernoche. La supposée «autoroute 60» de Mont-Tremblant à Louiseville inâchevée.

    Avec ça,ça aurait doublement permis à Louiseville et Maskinongé de ce développer encore plus que cette autoroute 40 qui à mon avis est construite trop loin de ceux-ci au bord du fleuve.

    Au Revoir !

    Sylvain

    J'aime

  4. Mon cher Sylvain, c’est drôle que vous me fassiez la précision, au sujet du nom de la route. La très grande majorité des cartes l’indiquent comme étant effectivement la route Livernoche, alors que la ville de Louiseville parle constamment de la « route de la Concession », ce qui au fond, est un nom stupide, parce qu’il y a plus d’une concession sur le territoire de la ville de Louiseville. Ils auraient pu l’appeler « le chemin de la route » que ça n’aurait pas été moins brillant. Je me souviens, en passant, lors de la dernière rénovation du viaduc de l’échangeur entre Louiseville et Maskinongé, qu’il était indiqué « route de la Concession » sur le document d’appel d’offres.

    En passant, si vous voulez jeter un oeil sur les appels d’offres du MTQ, ils sont disponibles sur le site du Système électronique d’appels d’offres (SÉAO), au http://www.seao.ca. Vous n’avez qu’à vous enregistrer, et voilà! Vous pouvez visionner les appels d’offres, et même consulter les documents (devis, plans) gratuitement jusqu’à cinq fois.

    Je me souviens, dans l’Écho, le journal local, qu’une fois, il y a de cela bien des années, on avait montré un plan de la route, avec un viaduc qui passait au-dessus de la route 138 et du chamin de fer Québec-Gatineau, qui était encore le Canadien Pacifique à l’époque. On en parlait comme d’une primeur, mais comme de nombreuses primeurs publiées dans ce journal, elle ne s’est jamais matérialisée.

    Merci également pour la précision au sujet de la carte routière. Je crois que je vais effectuer des recherches sur les cartes de Transports Québec. Je risque d’y faire d’intéressantes découvertes.

    J'aime

  5. Pingback: roulette wheel odds

  6. La route 158 ÉTAIT une autoroute non-numérotée avant la renumérotation de 1974 qui entraînat la fusion des routes 41 (Joliette-Lachute) et 47 (Joliette-Berthierville) en route 158, liées par le bout d’autoroute non-numérotée.

    Probablement que les panneaux de matricules l’identifiaient comme 50.

    Lithographies de cartes routières officielles et documents internes du ministères à l’appui.

    J'aime

  7. La construction datant des années 1970, il est très possible que le tracé actuel de la route 158, entre Joliette et Saint-Esprit, ne soit pas identifié avant 1974, puisque l’ancienne route 41 avait un tracé composé de routes locales, comme la rue Notre-Dame, à Joliette, ou le chemin Saint-Jacques, au village Saint-Pierre et à Crabtree, ainsi que la rue Sainte-Anne, à Saint-Jacques-de-Montcalm.

    Si vous avez accès à certains documents internes du MTQ, est-ce parce que vous y travaillez, ou bien s’agit-il de documents rendus publics? Je suis curieux de savoir, puisque de tels documents seraient très révélateurs. Comme je suis constamment à la recherche de l’honnêteté, ces documents pourraient vraiment m’intéresser. S’ils sont désormais accessibles pour consultation publique, pourriez-vous, s’il vous plaît, m’indiquer à quel endroit ils peuvent être consultés? Évidemment, si vous travaillez au MTQ, et que ces documents sont toujours internes, je ne voudrais pas vous placer dans une situation délicate.

    Merci à l’avance.

    En passant, la route Joliette-Berthierville n’était-elle pas la route 41, elle aussi? Si je me fie à mes vieilles cartes routières (une carte BP de 1969, un atlas Gousha de 1961, et une carte White Rose de 1950), la route 41 s’étendait de Berthierville à Lachute. La section entre Berthierville et Joliette était en multiplex avec la route 42, celle-ci se séparant de la 41 à Joliette pour continuer jusqu’à Saint-Côme. En fait, les 4 premiers kilomètres de la route 41, partant de Berthierville, étaient multiplexés 41-42-43, cette dernière s’orientant franc nord, vers Saint-Norbert, Saint-Gabriel-de-Brandon, Saint-Damien et Sainte-Émilie-de-l’Énergie.

    Je me souviens, étant quand même pas mal jeune, à cette époque, de l’incroyable « grappe » de panneaux à l’intersection de cette route (aujourd’hui l’avenue Gilles-Villeneuve, sur le territoire de la ville de Berthierville) et de la route 2, devenue la route 138 lors de la grande renumérotation de 1974. Imaginez, les routes 2, 41, 42, 43, plus la toute nouvelle autoroute 40, dont le panneau n’était jamais seul, puisque toujours accompagné du triangle bleu, pointant vers le haut, identifiant l’Autoroute de la rive nord, dont l’avant-dernier échangeur (la sortie 35, à l’époque) donnait accès à cette route, à environ 1 km de l’intersection de la route 2.

    Quant à la route 47, elle débutait à Saint-Jean-sur-Richelieu, et montait vers le nord jusqu’à la route 3, le long du fleuve, entre Contrecoeur et St-Joseph-de-Sorel, la ville de Tracy n’existant pas encore en 1950.

    J’aurais aimé avoir un scanner à plat sous la main pour vous partager cette carte routière de presque 60 ans.

    J'aime

  8. c’est pas la route qui est dengereux,c’est ceux qui y cercule,fis toi sur moi ,j’ai eu un face a face la dessus a crabtree en 2003.

    J'aime

  9. bonjour c’ est la premiere fois que j’ ecris je sais pas a qui m’ adresser mais si vous voulez m’ aider serais grandement apprecier ou me repondre et me donner un site qui me donnerais reponse je voudrais savoir si la route 158 st-jacques/st-alexis va etre modifier dans les prochaine année
    merci

    J'aime

  10. Bonjour, Chantal, et bienvenue sur mon humble blogue. En passant, vous n’avez qu’à vous adresser à Richard3, que ce soit pour des félicitations, ou encore pour des bêtises. Ce qui compte, c’est que vous ne vous gêniez surtout pas.

    D’entrée de jeu, il faut préciser que le MTQ est très peu bavard, en ce qui concerne ses projets à long terme. Pour le court terme, le ministère y va d’annonces ponctuelles, soit de belles conférences de presse, qui donnent une belle image, mais qui en dit pas beaucoup sur les intentions du gouvernement.

    Si je regarde sur le site du MTQ, sur la page des investissements pour l’année 2008-09, il n’y a rien pour la route 158, ni sur le tronçon entre Saint-Jacques et Saint-Alexis, ni sur toute sa longueur, entre Saint-Esprit et Joliette, si ce n’est que l’ajout d’éclairage routier à Saint-Esprit. Je crois qu’il faudra se résigner à se contenter de la route 158 dans sa version actuelle, et qu’à moins d’une succession d’accidents vraiment graves, à un endroit précis, le MTQ n’investira malheureusement pas pour l’améliorer.

    Le seul site qui donne de l’information sur les projets à venir, au Québec, est justement le site du MTQ, mais comme je le disais, ils ne sont pas très bavards, à part sur certains projets bien précis, qui sont listés dans la colonne de droite, sur la page d’accueil. Il existe un autre site, qui contient des informations sur les appels d’offres que lance le MTQ. C’est le site du Système électronique d’appel d’offres (SEAO), qui publie, à l’attention des fournisseurs, tous les appels d’offres du MTQ, ainsi que ceux de plusieurs ministères et organismes gouvernementaux, comme les commissions scolaires, les centres hospitaliers, ainsi que de nombreuses municipalités.

    J'aime

  11. Bonjour Richard, j’aimerais savoir si les balises qui marquent le début de l’autoroute 31 à Joliette indiquaient à l’époque qu’il y aurait une future autoroute 31 entre Joliette et l’autoroute 40? Je suppose que cette artère était auparavant, la route 131. En passant, j’aime ton blog, surtout en parlant des autoroutes.
    Merci

    J'aime

  12. Oh, mon cher Sam, c’est une très bonne question, que tu me poses là.

    Si je me fie à mes vieilles cartes routières (la plus ancienne est de 1950!), la route entre Lavaltrie et Joliette n’avait même pas de numéro. C’était un simple chemin de gravier, qui allait rejoindre la route 48, aujourd’hui la route 343, environ à mi-chemin entre Saint-Gérard-Majella et Saint-Paul. D’après moi, la vieille route suivait le chemin de Lavaltrie, jusqu’au rang du Point du Jour Nord, puis reprenait la direction nord-ouest pour aller rejoindre l’actuel chemin Landry, à Saint-Paul, et de là, vers la route 343.

    L’A-31 fut construite en même temps, à peu près, que l’A-40, c’est à dire autour de 1967, et ce dans le but de créer un lien autoroutier direct entre Joliette et Montréal. Curieusement, même si les deux chaussées de cet autoroute furent construites en même temps dès le départ, les échangeurs actuels, à part celui de l’A-40 et celui de la route 158, ne furent complétés que dans les années 1990! Auparavant, la jonction des rangs du Point du Jour (actuelle sortie 2), ainsi que celle du rang Saint-Charles, à Saint-Thomas-de-Joliette (sortie 7), n’étaient que des intersections à niveau.

    Le même procédé fut aussi utilisé pour l’A-35, entre Saint-Jean-sur-Richelieu (Iberville) et l’A-10. Sur cette autoroute, il y avait aussi plusieurs intersections à niveau; celle du chemin Saint-Raphaël fut démantelée, ainsi que celle de la rue Beauvais (sauf l’accès à l’usine de tuyaux de plastique, du côté est de l’autoroute, qui fut maintenu), alors que celle du chemin Saint-André fut transformé en échangeur, pour devenir la sortie 14.

    J'aime

  13. Bonjour

    j’ aimerais savoir si la route 158 entre st-esprit et joliette un jour va s’ élargir personne me répond esceque ces possible de trouver quelqu’ un qui pourais me repodre j’ aimerais un miracle que quelqu’ un me réponde

    J’ apprecirais
    Merci profondement a celui ou celle qui va me réponde mon adresse imail est Chanybeli@hotmail.com

    Chantal

    J'aime

  14. Bonjour Richard,
    je suis vraiment désoler apres avoir envoyer mon message je n’ avait pas régarder si vous aviez répondu a mon message du 6 juin
    je suis rouge de gène je m’ excuse encore beaucoup et j’ apprecie beaucoup milles merci

    Chantal

    J'aime

  15. Rebonjour, Chantal.

    Tu n’as pas à être gênée, tu sais. Que celui ou celle qui n’a jamais réagi avant de constater se lève! Tu vois, je suis encore assis, moi aussi.

    Je peux te donner un truc, par contre. Si tu désires une réponse personnelle à une question, je te suggère de passer par la page Contactez Richard3, au lieu de la mettre en commentaire sur un billet. Sur cette page, tu trouveras un lien qui te permettra d’envoyer ta requête par courriel, et qui te garantira, à coup sûr, une réponse directe dans ta boîte de courriel.

    Je te souhaite une bonne journée.

    Richard3

    J'aime

  16. Mais ce trouçon (jusqu’à berthier)pourrait-il devenir un autoroute pour avoir accès à ottawa ou les laurentides pour éviter de passer par le ¨traffic monstrueux¨ de montréal

    J'aime

  17. j’oubliais de dire que quand je suis allé voir sur google earth a propos de ce trouçon.

    Premierement, le terrain a été conservé en st-esprit et Mirabel (comme les parties manquants de la 40 a st-augustin et trois-rivieres). Deuxiemement, la partie a Crabtree a été très avancé et meme qu’apres le pont de la riv. aux ouareaux, il y a un échangeur qui a été commencé mais pas terminé et la secode chaussé a été un peu commencé mais pas terminé (actuel rang des érables) et ça aurait voulu dire que ca serait donc possible dans un futur tres éloigné que l’autoroute 50 serait prolongé vers l’est. Vous irez voir sur google earth a propos de cette partie de crabtree.

    marc

    P.S.: dsl d’avoir été trop bref ds mon premier commentaire car j’ai eu des problemes avec mon ordinateur.

    J'aime

  18. Bonjour Richard.
    Ça m’a vraiment étonnée de voir que la 158 a un jour été imaginée en autoroute. Ça fait deux ans que j’habite le rang des Continuations à St-Jacques et j’ai été frappée par le nombre d’accidents (souvent mortelle) qui se produisent sur cette route. Elle est croche, il y a une seule voie et il y a beaucoup de gens très presser… Ajouter à cela quelques tracteurs qui ralentissent tous le monde (parceque ici, il y a une tonne de cultivateurs)et voilà le coktail mortel par excellence. Chaque dépassement est un coup de dé, les lignes ne restent pas pointillées très longtemps à cause des courbes! En deux ans, j’ai eue connaissance de 5 accident graves dont 3 mortelles seulement à la hauteur de St-Jacques… C’est donc sans compter celles qui ont eu lieu à St-Esprit, St-Alexis, Crabtree etc… Je déteste cette route et J’espère de tout coeur un miracle… Élargissez-là cette maudite 158, fermer des rang s’il le faut pour ne pas nuire à la circulation, mais SVP, pensez à tous ceux qui y sont mort par le faute de gens pressés qui auraient pu faire un dépassement plus  »sécuritaire » s’il y avait eu une autre voie. Pensez aussi à ceux qui mourrons cette année et l’an prochain pour les mêmes raisons.
    Je dis tous ça pour rien, je le sais bien… personne ici n’est responsble de la 158, mais beaucoup d’entre nous en son concernés.
    … En attendant, je me dis que quand mes enfants seront en âge de conduire un véhicule, je leur montrerai les petits chemins de campagne qui passent par St-Liguori et qui se rendre aussi bien à Joliette que la 158, mais avec un plus beau paysage!

    J'aime

  19. Bienvenue sur le blogue de Richard3, Marie-Eve.

    C’est le problème de la grande majorité des routes conçues pour devenir des autoroutes, mais que l’on laisse à l’état embryonnaire. Les deux courbes, entre Saint-Jacques et Crabtree, ne seraient pas dangereuses si la route était composée de deux chaussées séparées, et il n’y autant jamais de tracteurs non plus, si c’était une autoroute. Il faut toutefois considérer que l’actuelle route 158, que j’ai beaucoup utilisé, représente une nette amélioration sur l’ancienne route 41, dans les années 1960 et 70, qui était composée de tous ces petits chemins de campagne dont vous parlez. Sauf que la circulation actuelle a drôlement changé, depuis ce temps, et elle montre bien que c’est une autoroute complète qu’il aurait fallu construire, à l’époque. L’actuelle route 158 fut une autre victime du parti québécois qui, en prenant le pouvoir en 1976, a pratiquement cessé toute construction routière au Québec pour consacrer les sommes au transport en commun. Nous constatons, trente-et-quelques années plus tard, que cette décision nous place maintenant devant un véritable fiasco.

    Vous savez, comme moi, qu’il existe deux types d’usagers de la route. D’abord, il y a ceux qui ne sont pas pressés, et qui ont tout leur temps pour regarder le paysage, et ensuite, il y a ceux pour qui la route est un besoin, comme les camionneurs, entre autres, et qui n’ont pas de temps à perdre. Au fur et à mesure que j’examine le réseau routier, et cela fait longtemps que je m’y intéresse, je me rends compte que la coexistence, entre ces deux différents types de clientèle, est très difficile à vivre, parce que le MTQ met des priorités différentes selon les régions, et les routes à améliorer. Évidemment, il faut tenir compte que ces deux clientèles sont souvent appelées à se rencontrer, mais il faudrait que le MTQ comprenne que ces deux types d’utilisateurs de la route n’ont pas les mêmes priorités, et qu’un bon réseau d’autoroutes aiderait à améliorer cette coexistence, car il retirerait la circulation de transit – principalement composée de ceux qui n’ont pas de temps à perdre – des routes régionales et locales.

    J’ose espérer que la route 158 sera enfin devenue ce qu’elle aurait dû être dès le début, c’est à dire une partie de l’autoroute 50, au moment où vos enfants seront en âge de conduire. J’espère aussi que vos enfants sont très jeunes, parce que cela risque, malheureusement, de prendre pas mal de temps.

    J'aime

  20. @ Marc F. P.:

    En effet, la route 158, entre Saint-Esprit et Joliette, devait être – et a même déjà été – un tronçon de l’A-50, qui devait relier Québec et Ottawa en ligne plus ou moins directe. Je dis plus ou moins parce qu’il existe deux théories, qui s’équivalent l’une l’autre, et ce pour la partie qui se trouverait à l’est de Joliette.

    L’une d’elles aurait fait passer l’A-50 de Joliette vers Lanoraie, près de Berthierville, où elle aurait été rattachée à l’A-40, puis aurait traversé le fleuve, à la faveur d’un nouveau pont, construit entre cette municipalité et la ville de Sorel-Tracy, plus ou moins à la hauteur de la centrale thermique d’Hydro-Québec. De ce pont, l’A-50 aurait été reliée à l’A-30, puis à une éventuelle A-51, vers Drummondville. Une autre autoroute, possiblement l’A-60, aurait été construite encore plus au nord, depuis l’A-15, alors prolongée entre Sainte-Agathe-des-Monts et Mont-Tremblant, en passant par Notre-Dame-de-la-Merci, Sainte-Émilie-de-l’Énergie (où une bande de terrain, dans un axe plus ou moins est-ouest, a été – et est probablement toujours – dotée d’un zonage spécial, dans le but de construire une route dite « nationale »), et la région de Saint-Gabriel-de-Brandon, pour se terminer à l’A-40, à la hauteur de l’actuelle sortie 166 qui, vue du haut des airs, présente bien des aspects propres aux autoroutes.

    L’autre théorie l’aurait fait monter vers le nord, le long de l’actuelle route 131, vers Saint-Félix-de-Valois, puis vers Saint-Gabriel-de-Brandon, et de là, en direction de Saint-Alexis-des-Monts, puis de Shawinigan, où elle aurait été raccordée à l’A-55 actuelle. Puis de là, elle aurait rejoint la grande région de Québec en passant par Saint-Tite, Sainte-Thècle, Lac-aux-Sables et Saint-Raymond-de-Portneuf, pour aller se rattacher à l’actuelle A-573.

    J'aime

  21. bonsoir,

    merci de m’avoir répondu mais … j’aurais entendue entre les branches que mirabel pourait p-e réouvrir (vous deviez surement etre au courrant de cele car vous vivez a montréal) et pourrait forcer a reprendre le projet commencer de mirabel. Ensuite, on devrait avoir plus de ppp sur nos route car je viens juste d’apprendre comment il font les travaux d’asphaltage (de mettre un nouvelle couche sur l’ancienne) et aussi de remettre des postes de péage sur certaine route comme ceux-ci :

    A20 : Entre Lévis et Longueuil
    A40 : entre la frontiere onotarienne et l’ile de montréal
    et sur 2 ponts de l’ile de montréal pour rentrer sur l’ile comme au USA.

    J’en ai tant a dire et sa etre trop long .

    Marc

    J'aime

  22. Le fait que l’aéroport Montréal-Mirabel reprenne du service ne changera pas grand chose au projet de l’A-50, à part qu’il forcerait le gouvernement à peut-être aller de l’avant plus rapidement avec le doublement de cette autoroute, vers l’ouest, et avec la construction de celle-ci, vers l’est. De toute façon, force est de constater qu’un jour ou l’autre, Montréal-Trudeau deviendra saturé, et qu’il faudra bien faire quelque chose. La seule solution, à ce moment-là, passera par Mirabel.

    Quant au péage, pour ma part, il réapparaîtrait sur toutes les autoroutes, car si j’étais au pouvoir, je les refilerais toutes au privé, que ce soit en concession ou encore par vente directe. Étant de tendance minarchiste, j’aurais tendance à ne conserver qu’un gouvernement réduit à sa plus simple expression, qui exercerait un pouvoir de surveillance seulement. Il n’y aurait que la défense du territoire, la justice, afin d’arbitrer les conflits, et quelques lois anti-monopoles, qui seraient sous pouvoir gouvernemental. Pour tout le reste, il y a… l’entreprise privée. Sans aucun monopole, bien sûr.

    J'aime

  23. A20 : Entre Lévis et Longueuil
    A40 : entre la frontiere ontarienne et l’ile de montréal

    Eum pas sur que ces tronçons deviendront un jour à péage… Pourquoi? Ils font partie de la transcanadienne. La seule province au Canada qui a un tronçon payant de la la trans canadienne, c’est la Nouvelle Écosse (autoroute 104, cobequid pass). Ça a eu beaucoup de mal à passer. Les candidats idéals aux péage selon moi sont ceux qui l’ont déjà été, soit l’autoroute 10, 15 et 40. Ça devra revenir car le gouvernement a juste pas les moyens d’entretenir tout ça. Cependant, je suis pour les péage mais le gouvernement doit me libérer de cette partie d’impôt et de taxe, en baissant les immatriculations, permis de conduire etc.

    En passant, après vérification avec le MTQ, la nouvelle autoroute 30 sera gratuite, seulement le pont sera à péage.

    J'aime

  24. je suis bien d’accord avec vous sauf que … comme vous aviez dit, il ne faut pas une seul entreprise privé pour nos autoroutes.

    Secondo, les fonctionnaire du MTQ ne predisent meme pas a long terme le traffic (surtout sur le boulevard métropolitain a montréal) et nos routes était en foction du traffic ds les années 70 et non de celui d’aujourd’hui et de demain.

    J'aime

  25. bonjour richard3 je suis tombé par hasard sur ce site en faisant une recherche sur les statistiques d’accident de la route 158. moi meme ayant déja été impliqué dans un accident sur la route 158 à l’intersection de la rue joly a st-thomas de joliette je me demandait si le mtq avait un registre publique qui indique le nombre d’accident a une intersection précise.je passe a cette intersection tres souvent et plusieurs fois par mois je suis témoin de situations dangereuses et meme d’accident. j’ai vu la réponse a marie-eve dans un message précédant disant qu’il n’y aurait pas de travaux sur la 158 a court terme, mais que faut t’il faire pour que la situation change. faire une plainte au mtq ou a la municipalitée du au fait que c’est une route provinciale. En passant j’ai appris beaucoup de chose que je ne savait pas sur la 158 dans ton article ce qui explique les voies assez bizare sous le viaduc base de roch.

    merci

    J'aime

  26. Bonjour Richard!

    Je suis bien content de voir que je ne suis pas le seul sur la terre à être passionné de route. Je m’appelle Martin et je fais présentement une étude sur l’évolution des routes au Québec à travers le 20me siecle. Je consulte régulièrement le site web du centre des archives au Québec ou il y a des vielles cartes topographiques numérisées pour la plupart des régions du Québec du début du 20me siècle à aujourd’hui. Je passe aussi beaucoup de temps au centre de conservation des Archives pour les cartes non-numérisées.

    Je fais présentement l’étude sur l’évolution de la vielle route 41 maintenant route 158 entre St-Esprit et Joliette. Je faisait une recherche sur Internet lorsque je suis tombé sur ton site. Vraiment intéressant!! Je recherche présentement l’année de construction de l’actuelle route 158. Je crois que c’est au millieu des années 70 mais je ne suis pas sûr. Je crois que cela a été construit en même temps que l’autoroute 25 à chausée unique avec l’échangeur pour la route 158 vers Saint-tite. Connais-tu la réponse à ma question?

    Avant la construction de l’actuel tracé de la 158, la vielle route n’était vraiment pas commode. Se servant de vieux rangs raboutés entre St-Esprit et Joliette. Je suis allé l’explorer hier et j’ai pris des photos intéressantes tout le long de mon parcours.

    À très bientôt!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.