Montréal: Encore la gué-guerre francos-anglos!

Dans nos sociétés contemporaines en général, il n’y a plus rien de simple.  Et Montréal en est un bon exemple.

Prenons ce propriétaire du Theatre Ste. Catherine (TSC), Eric Amber, qui va fermer son théâtre, sis dans le quartier latin, le 21 décembre prochain.  Un courriel, envoyé par le TSC, en anglais, mentionne que, “En raison du racisme et de l’intolérance écrasants de la société francophone au Québec à l’endroit des minorités et des cultures non francophones, le Theatre Ste. Catherine va fermer ses portes en signe de protestation”.  Tout a commencé par un échange de courriels entre le TSC et la troupe Les Sages Fous, de Trois-Rivières.  La troupe a reçu, du TSC, une partie de la programmation du festival Juste pour rire, à savoir les événements qui se dérouleront au TSC, dans le cadre du pendant anglophone, Just For Laughs, et comme le courriel était écrit en anglais, Les Sages Fous ont demandé de recevoir le tout en français.  Puis le tout s’est monté en épingle, tant et si bien que les médias s’en sont mêlés, et que le propriétaire du théâtre a reçu des courriels de menaces.

Si l’on se fie aux propos rapportés dans ces deux articles, tous deux issus du Journal de Montréal, et repris par le site Canoë, j’avoue que Eric Amber a peut-être un peu couru après les troubles.  Après tout, s’il est ici depuis un certain temps, il n’est pas sans savoir que certains francophones, surtout dans le domaine artistique, sont pas mal chatouilleux, et particulièrement quand il est question de la langue.  Nous nous souvenons tous de la dernière campagne électorale fédérale.  Aussi, le fait de répondre un truc comme “Go fuck yourself”, à une demande de correspondre en français, allait inévitablement finir dans les médias, avec les conséquences que l’on connaît.

Mais ce matin, Richard Martineau, dans sa chronique du Journal de Montréal, commentait l’affaire, lui aussi, entre autres choses.  Il dit avoir reçu une correspondance de l’auteure Caroline Moreno, il y a trois jours, dans laquelle elle demandait “Comment se fait-il que les étrangers apprennent l’espagnol en Espagne, l’italien en Italie et l’allemand en Allemagne mais qu’ici, des gens vivent sans connaître un mot de français? (…) Pourquoi les Québécois qui exigent qu’on leur parle français sont-ils considérés comme des individus racistes tandis que les personnes qui vivent au Québec sans parler français, elles, ne le sont pas?”  Là-dessus, je vais tenter une explication, pour laquelle je me ferai accuser, évidemment, de jouer sur les mots.  Madame Moreno devrait commencer par comprendre que l’Espagne, l’Italie, et l’Allemagne, sont des pays connus et reconnus, mais que le Québec, malgré tous les beaux discours des séparatisses, n’en n’est pas un.  À tout le moins, pas encore.  Les étrangers en Espagne apprennent l’espagnol, certes, mais ceux qui sont en Catalogne n’apprennent pas nécessairement le catalan.

Le Québec fait partie du Canada, et comme pays, le Canada a deux langues officielles, soit le français et l’anglais.  Malgré, encore une fois, les beaux discours de certains, aucune loi n’oblige les gens à ne parler que le français à certains endroits, et que l’anglais dans d’autres.  Qu’on me corrige si je me trompe, mais il y a deux langues officielles, dans ce pays, et à partir du moment que l’on utilise l’une de ces deux langues, tout est légal, à part selon la loi 101, qui en passant, n’est pas une loi fédérale.  Que l’on soutienne le français, dans le but d’éviter une éventuelle assimilation, je n’ai rien contre.  Mais que l’on exige qu’une programmation d’événements se déroulant en anglais soit diffusée en français, ne serait-ce que par courriel, revient à la même chose que d’obliger tous les médias anglophones à diffuser en français; à mes yeux, c’est à la limite de l’intolérance.  Car il faut aussi se rappeler qu’un canadien au Québec, qu’il y soit de passage, ou qu’il s’y installe à demeure, n’a rien d’un étranger, quoi qu’en pense Caroline Moreno.

Quand un film sort en anglais, on fait la pub en anglais, et quand il sort en français, on fait la pub en français.  Qu’une émission de télé, ou de radio, soit diffusée en français, ou en anglais, la pub sort presque toujours dans la langue de l’émission.  On sort la programmation de Juste pour rire en français, et celle de Just For Laughs en anglais.  Ou est le problème?  Il n’est nulle part ailleurs que dans la tête des ayatollahs de la langue.  Une troupe ne l’a pas compris de cette façon, Eric Amber l’a avalé de travers, les médias s’en sont mêlés, et nous voilà dans une autre crise, comme Jacques Parizeau les aime.

Manifestement, il n’y a plus rien de simple.  Ici non plus.

Publicités

4 réflexions sur “Montréal: Encore la gué-guerre francos-anglos!

  1. Moreno is full of shit 🙂

    Dans l’Espagne, dans l’Allemagne, dans la France, etcetera, il y a plusieurs endroits ou les gens parlent une autre langue. Par exemple en France il y a plusieurs communes allemandophones…

    Il y a un tres grand difference entre etre un immigrant et « apprendre la langue d’la place » et quand cette langue est belle et bien la langue de la dite place (l’anglais est bien une langue a Montreal…)

    J'aime

  2. Bonjour Richard,

    Je comprend qu’il y a des extrémistes franco au Québec qui nous font passer pour des racistes acvec leur « sorties » constantes dans les médias. Je suis d’accord que le Canada est un pays bilingue. Cependant, d’après la lecture de ce billet, seulement les « francophones chatouilleux du domaine artistique » devraient être insultés par le courriel de M. Amber? Et bien moi je suis un simple citoyen, d’allégeance centre droite, votant ADQ au provincial et conservateur au fédéral, parlant anglais souvent et je trouve que M. Amber est aussi intolérant que la troupe de Trois-Rivières.

    Un moment donné, il faut reconnaître qu’il peut avoir de l’abus même de la part de certains anglophones (comme il y en a visiblement de la part de certains francophones).

    Bien entendu, la troupe de Trois-Rivières aurait pu simplement supprimer le message au lieu de répondre, je suis d’accord à 100%. Mais avouons que M. Amber aurait aussi pu être … disons plus diplomate et qu’il ne mérite pas de passer pour une victime dans cette affaire.

    J'aime

  3. @ Eric06:

    Loin de moi l’idée de dire que ce monsieur Amber est sans reproche, ni que chaque anglo est au-dessus de tout soupçon. Je mentionne, d’ailleurs, dans le texte du billet, que « j’avoue que Eric Amber a peut-être un peu couru après les troubles« . Bref, il s’est mis le pied dans la bouche tout seul, le pauvre. De mon côté, je dois aussi avouer que le courriel que Amber a fait parvenir à la troupe de Trois-Rivières ne m’insulte pas, puisqu’il ne s’adresse pas à moi.

    À mes yeux, Amber est loin d’être une victime, dans cette affaire. Il s’est fait répondre, suite à un courriel, de correspondre en français, et il l’a avalé de travers. Par contre, l’histoire ne dit pas si le courriel original, en anglais, était un courriel avec un programme officiel, portant l’entête de Just For Laughs, ou un courriel « home made » écrit par Amber, ou son personnel. Bref, il reste encore beaucoup de zones grises, dans toute cette affaire, et il devient difficile de prendre une position immuable. Pour ma part, d’après ce que je sais jusqu’à maintenant, il y a des torts des deux côtés, certes, mais vraiment pas de quoi en faire une crise linguistique.

    J'aime

  4. Et voici la replique publique de M. Amber:

    À qui de droit,

    Depuis quelques jours, bien des médias et sites Internet s’attardent sur un courriel envoyé récemment par moi-même à un inscrit de la liste d’envois électronique générale du Théâtre Ste Catherine. Je répondais alors à un message provenant de la troupe Les Sages Fous, qui protestait avoir reçu un courriel en anglais concernant la programmation anglophone du Zoofest dans le câdre du Festival Juste Pour Rire.

    Ma réaction face à leur demande, de recevoir une version française de ce même courriel, fut inflammatoire et non justifiée et pour cela je voudrais sincèrement m’excuser. Ma réplique très agressive s’explique en partie par le fait que Le Théâtre Sainte Catherine est toujours ciblé par des messages francophones très négatifs et diffamatoires concernant nos évènements anglophones et ce, tout au long de l’année.

    Malgré l’important manque de jugement dont j’ai fait preuve, il se doit aussi d’être clarifié qu’en aucune façon, mes remarques visaient le Québec ou la Francophonie, tel que certains médias l’ont laissés entendre cette semaine. Étant moi-même francophone ayant grandit et provenant de la région de La Beauce, dans le sud du Québec, d’émettre de pareilles insultes envers la Francophonie serait contradictoire et impensable.

    Je regrette sincèrement avoir offensé mes propres frères et soeurs Francophones, mais suis tout à fait convaincu qu’une couverture médiatique alarmiste et sensationnaliste n’a fait qu’aggraver la situation. Cette réaction incroyable de la part des médias provoque non seulement une publicité extrêmement négative pour Le Théâtre Ste-Catherine, mais engendre également une campagne négative envers le Zoofest et le festival Juste Pour Rire. Il est aussi important de noter que je fais personnellement maintenant face à des menaces de mort et insultes personnelles très inquiétantes.

    Il m’attriste donc de constater que suite aux actions marquées de quelques individus qui avaient pour but précis d’encourager la haine et l’extrémisme, l’harmonie culturelle de notre ville de Montréal est affectée. Je suis déçu par le niveau d’intolérance présent dans les centaines de courriels et de lettres que nous avons reçus cette semaine, surtout parce que je suis profondément convaincu que malgré ces incidents isolés, la culture Française est essentiellement forte et inclusive au Québec.

    Lorsque le Théâtre Ste Catherine a ouvert ses portes, il y a cinq ans, un théâtre que j’ai moi-même fondé et bâti dans un quartier très désavoué de Montréal, mon rêve était de créer une scène, un endroit où tout le monde pourrait se réunir, quelle que soit leur culture, pour célébrer l’art et la communauté. Aujourd’hui, ce théâtre est bel et bien vibrant et il serait dommage de devoir fermer ses portes au public et aux artistes qui le fréquentent maintenant en si grand nombre.

    Je souligne donc à nouveau mes excuses sincères envers Les Sages Fous, Le festival Juste Pour Rire, Zoofest ainsi qu’envers tous les membres de la communauté du Théâtre Ste Catherine et tous ceux et celles qui sont affectés par cette situation.

    En regrettant de ne pas m’être prononcé plus tôt sur ces évènements importants,

    Sincèrement,

    Eric Amber
    Théâtre Ste. Catherine

    To whom it concerns,

    There has been much media activity in recent days that began with an email that I sent to the theatre’s mailing list. Les Sages Fous were upset after receiving an all-english message regarding Zoofest programming as part of the Just For Laughs festival.

    I reacted inappropriately to their request to receive emails only in French and for this I would like to apologize. However, I would like to explain that I did so not simply due to this one response, but rather because I often receive a disproportionate amount of negative feedback whenever I promote English events that are hosted at Theatre Ste Catherine.
    Although it is true that I lost my temper, it must be said that it was in no way an attack on Quebec or French-speaking Canadians as was implied by some of the media covering this story. As I myself am French Canadian and a francophone from La Beauce region of southern Quebec, to hate French culture would be to hate myself.

    I truly regret offending any of my French brothers and sisters, however I do not believe this would have become an issue if certain media had not sought to create discontent. As such, this situation has been blown out of proportion to the point where it now stands. Unfortunately, not only has this resulted in negative publicity for both Theatre Ste-Catherine, Zoofest and the Just For Laughs Festival, but as my personal information has since been released, I have received hundreds of hate letters including several death threats.

    Due to the actions of certain individuals who fanned the flames of hate within a community of extremists, a great hurt was inflicted upon me personally that I fear could threaten the harmony of Montreal. I am upset with the intolerance that I receive on a daily basis as displayed by the many hateful emails that have been written. I also believe that the French language and culture is alive and strong, and need not be afraid of others.

    When I first opened the theatre five years ago, which I myself built in what was a very troubled neighbourhood, my intention was to create a venue for people of every culture to come together for the celebration of art and unity. It would be regretful to have to shut the doors to those who have come to make Theatre Ste-Catherine their home and meeting place.

    Again, I would like to sincerely apologize to Les Sages Fous, The Just For Laughs Festival, Zoofest, all of Theatre Ste Catherine’s company members as well as anyone who has been affected by this situation.

    I wish I had addressed this issue sooner because of the hurt it has caused.

    Sincerely,

    Eric Amber
    Theatre Ste. Catherine

    J'aime

Les commentaires sont fermés.