Incident au Capitole: N’en mettons pas plus que le client en demande

Depuis mercredi, les médias n’en ont que pour ce que j’appelle “l’incident au Capitole”. Eux vont beaucoup plus loin; insurrection, sédition, attaque à la démocratie, tentative de coup d’état,… alouette! On va se le dire franchement; en 2012, nous avons eu, ici, au Québec, des manifestations qui ont causé beaucoup plus de troubles que celle-là.

Quant à la responsabilité de Donald Trump, c’est clair qu’il y a un lien de cause à effet. Mais de là à invoquer le 25e amendement, ou d’enclencher une procédure d’impeachment? Come on! Dans moins de deux semaines, son mandat sera terminé, il sera définitivement hors de la Maison Blanche, et il pansera les plaies à son orgueil sur les parcours de golf de Mar-A-Lago. Un vote de blâme au Congrès, et that’s it! Si un tel événement était survenu au début de son mandat, OK, cela pourrait avoir une certaine importance, mais à dix jours de l’assermentation de Joe Biden, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

En ce qui a trait aux personnes qui ont perdu la vie, lors de l’opération, il s’agit davantage d’incidents de parcours que d’un véritable affrontement entre forces de l’ordre et inquisiteurs. Évidemment, on me dira que chaque mort est une mort de trop, ce qui n’est bien sûr pas faux. Par contre, comme disent justement les américains, “If you can’t stand the heat, get out of the kitchen”. Si l’on ne veut pas risquer sa vie, il faut éviter les affrontements de masses et les gestes illégaux.

Pour la suite des choses, Donald Trump s’est un peu “peinturé dans le coin”, pour prendre une vieille expression, en ce sens que désormais, dès que l’on prononcera son nom dans les médias, on y collera les images de cette incursion au Capitole, ce qui l’éliminera d’office de toute tentative de nouvelle candidature. Autrement dit, même s’il en rêve la nuit, un éventuel retour en 2024 est, à toutes fins pratiques, impossible. Tout ce qui lui reste, comme possibilité, est un sombre rôle de “belle-mère”, comme ce qu’a fait Jacques Parizeau ici, après la défaite référendaire de 1995.

Pour l’heure, par contre, il doit passer son temps à réfléchir, et à prendre la mesure, de l’importance du contrôle des foules, car si son objectif, avec son discours, quelques heures plus tôt, était de voir une marche pacifique sur les pelouses du Capitole, il l’a échappé solide.

L’entrevue de Julie Couillard: Trop drôle!

Je viens de visionner l’entrevue accordée au journaliste Paul Larocque par Julie Couillard, l’ex de l’ex-ministre des affaires extérieures, Maxime Bernier.  Si vous ne l’avez pas vue, vous pouvez le faire, vous aussi, sur le site canoe.tv.

À mes yeux, cette entrevue pue le sensationnalisme à plein nez.  Du vrai TVA!

Mon opinion rejoint, à peu de choses près, celle de Richard Martineau, qu’il exprimait dans sa colonne du Journal de Montréal de ce matin; « Elle s’est rendu compte que son nouveau milieu était aussi coupe-gorge que son ancien ».  En effet, il y a peu de différences entre le milieu du crime organisé, et celui de la politique.  L’un utilise les armes à feu, alors que l’autre se sert d’enregistrements, ou d’autres formes de documents.  La blessure est différente, certes, mais l’effet dissuasif demeure le même; dans les deux cas, on apprend à marcher « les fesses serrées ».

Or, Max Bernier, comme beaucoup de beaucerons, est plutôt du genre à aimer épater ses « chums », ce qui le pousse parfois à en mettre plus que le client en demande.  Demandez aux militaires canadiens s’ils ont apprécié leurs « Jos Louis », un excellent produit de la Beauce.  Mais de là à prétendre qu’il s’est servi de l’image de madame Couillard pour « se donner de l’exposure médiatique », pour utiliser le terme de la dame, c’est d’étirer la sauce un peu trop, tant et si bien qu’elle ne goûte plus grand chose.  Maxime Bernier n’avait pas du tout besoin de Julie Couillard pour avoir de l’exposure dans la presse; ses nombreuses gaffes lui en ont donné beaucoup plus qu’il n’en aurait voulu.

Facile aussi, pour madame Couillard, de dire que « C’est lui, le politicien, c’est lui qui connaît les games en politique », et que « C’était son monde à lui, pas le mien. »  Je regrette, mais quand on se mouille dans un monde, au point de rencontrer George W. Bush en personne, de prendre le souper avec le premier ministre du pays, ou encore de se rendre à Paris lors d’un voyage officiel, cela devient aussi son propre monde, qu’on le veuille ou non.  Quand on se présente au bras d’un ministre lors de son assermentation, c’est que l’on a des entrées privilégiées, que le commun des citoyens n’ont pas.  Ce faisant, et quoi qu’elle en dise, ce monde est ainsi devenu celui de Julie Couillard.

C’est comme lorsqu’elle mentionne que dans le monde des motards criminalisés, « je me sentais beaucoup plus en sécurité qu’au cours des trois dernières semaines ».  Dans ce monde, très peu de choses sortent dans le domaine public, ou dans les médias, si ce n’est les arrestations faites par la police, ou les derniers cadavres découverts.  Et quand « on en sait trop », on ne donne pas d’entrevue à la télé.  On disparaît, mystérieusement.  Si, dans le monde des motards, elle se sentait respectée, et en sécurité, c’est de deux choses l’une; soit qu’elle en savait bien peu, ou encore qu’elle tenait des personnes très influentes « par les couilles ».  Maintenant qu’elle est connue dans les médias, l’avenir nous dira bien laquelle de ces deux options s’appliquait dans son cas.

Par contre, une chose est sûre; le fait de s’amouracher de Julie Couillard n’aura pas été le seul manque de jugement de Max Bernier.  Il travaillait au ministère des affaires extérieures de la même façon, probablement, qu’il le faisait du temps qu’il était président de l’Institut Économique de Montréal (IEDM), c’est à dire en garantissant très peu ses arrières.  Sauf que ce n’est pas vraiment nécessaire de le faire, à l’IEDM.  La bosse de Max Bernier se situait dans le domaine de l’économie, pas dans celui de la diplomatie, et il en a fait la preuve à plusieurs occasions.  Maintenant que Stephen Harper a pris toute la dimension de son propre manque de jugement, et que Maxime Bernier est devenu un « backbencher », le pays ne s’en portera que mieux.

Et pour la dignité de Julie Couillard, c’est le temps, beaucoup plus que cette fameuse entrevue, qui la rétablira.