A-73: La colonne vertébrale de la Beauce

L’autoroute 73, d’un point de vue global, date d’un sacré bout.  Par contre, si l’on remonte aussi loin que 1963, sur la rive nord du fleuve, avec la construction de l’autoroute Henri-IV, il faudra attendre jusqu’en 1970 pour le pont Pierre-Laporte, puis en 1977 pour l’ouverture du premier tronçon de l’autoroute Robert-Cliche, qui pénètre dans les montagnes de la Beauce, tronçon qui s’étend de l’A-20 jusqu’à la route 171, à Scott.  Par la suite, d’autres tronçons furent ouverts; en 1978, jusqu’à la route Cameron, à Sainte-Marie, mais c’est seulement en 1983 qu’elle atteindra la route Carter, dans la même ville, et encore, sur une seule chaussée!  En 1989, l’A-73 se rend jusqu’à Vallée-Jonction (QC-112), à Saint-Joseph-de-Beauce (QC-276) en 1992, et finalement, quinze ans plus tard, à Beauceville (chemin du Golf), sur deux chaussées, en novembre 2007.

Comme pour la plupart des autoroutes construites en régions montagneuses, l’A-73 comporte certaines particularités.

Ici, avant la sortie vers la route Cameron, on avise les conducteurs de camions de 15 tonnes et plus d’utiliser cette sortie pour atteindre Vallée-Jonction, la côte à descendre, à cet endroit, étant trop abrupte.

Le point de raccordement des deux chaussées de l’A-73 en une seule, au kilomètre 94, juste au nord de la rivière Chassé, et au sud de la sortie de la route Cameron.

Les conducteurs de camions de 15 tonnes et plus, qui n’ont pas sorti à la route Cameron, une fois rendus à la sortie de Vallée-Jonction, se feront diriger, par l’entremise de ce panneau, vers la sortie 72, à Saint-Joseph-de-Beauce.

La forte densité des nuages, ainsi que les arbres matures, situés assez près de la chaussée, ont créé un contrejour important, sur cette photo.  C’est à cet endroit que l’A-73 se terminait, avant l’automne dernier; la sortie 72, vers la route 276, à Saint-Joseph-de-Beauce.  Le tout nouveau tronçon s’étend à partir de ce point, vers le sud.

Un panneau avertissant de la possible présence d’orignaux n’a rien de bien original, sauf que de tels panneaux, munis de feux clignotants, sont plutôt rares, au Québec.  Ils sont courants sur la route US-201, dans le Maine, la route qui se rattache à la QC-173, à la hauteur de la frontière américaine.

Une fois que l’on a traversé la rivière Calway, l’A-73 se redivise en deux chaussées, plus précisément au kilomètre 65,4.

Ici, on indique que l’A-73 se terminera dans 2 kilomètres.  Nous sommes à Beauceville.

Voici les deux ponts de la rivière des Plante, à Beauceville, à environ un kilomètre de la fin de l’autoroute.

L’échangeur du chemin du Golf, à Beauceville, avec l’amorce de la suite, vers Saint-Georges.

À la fin de l’A-73, il faut prendre le chemin du Golf, pour aller rejoindre la route 173.  Comme il y a une pente assez longue, il a fallu aménager une aire de vérification des freins, pour les camions lourds.

Ce fut plutôt compliqué de prendre l’intersection de la QC-173 et du chemin du Golf en photo.  Il n’y a pas vraiment d’espace pour stationner la blogue-mobile de façon sécuritaire, et j’étais derrière deux camions-remorques.  L’opération a donc donné ceci.

Les larges accotements m’ont toutefois permis de prendre en image une vue plus impressionnante des ponts de la rivière des Plante, cette fois en direction nord.

Je fus un peu déçu, parce que l’A-73 s’arrète au chemin du Golf, à Beauceville, puis que passé ce point, plus rien.  Pas de travaux.  Je vous reviendrai là-dessus, d’autant plus que Patrick Lessard, auteur d’un site web dédié à l’autoroute 73, m’a communiqué de précieuses informations sur cette autoroute, ainsi que sur les tergiversations concernant la poursuite des travaux.  C’est donc à suivre.

Publicités

6 réactions sur “A-73: La colonne vertébrale de la Beauce

  1. Richard,

    On prolonge cet autoroute par petit bout depuis 1979. On dirait que ça ne sera pas terminer dan 10 ans. À chaques prolongement de la 73, c’est rien qu’une sortie qu’ils font.

    Ensuite, la faire terminer en plein milieu du centre-ville de St-Georges avec un Rond-point. Pas trop Bright !!! On devrait au moins la prolonger jusqu’en dehors de St-Georges ou mieux, Jusqu’à la r0ute 275 à St-Come. NOn non non, encore mieux, jusqu’à La 173 à la frontière américaine car le poste frontalier canadien est configuré pour une autoroute et celui qui sera fait du Coté US sera configuré comme s’il y avait une autoroute.

    Comme j’ai dit à Robert66 il y un bout, ce ne serait pas nécessaire pe tranformer la 201 en autoroute car elle est plus sécuritaire qu’il y a 10 ans et aussi, il n’y a pas assez de monde pour la faire en autoroute.

    Bref, notre ministre du MTQ ne pense pas vraiment à ce qu’il va se passer à long terme.

    J'aime

  2. J’oubliais, c’est le Gouvernement fédéral qui voulait investir 75 M$ pour le doublement de la 73. Et l’information a été prise sur le site de Patrick Lessard.

    J'aime

  3. La 73 est une belle autoroute de mon point de vue, je crois que ce sera encore mieux lorsqu’elle sera enfin élargie à 4 voies séparées entre Sainte-marie et Beauceville. On pourra arrêter de la nommer « L’Autre-Route ». Mais étant donné l’impasse à Beauceville, il est enviseagable qu’une nouvelle section soit construite à Saint-Georges avant le tronçon sur le territoire de Beauceville, ce qui serait assez spécial, mais au moins il y aurait du progrès de fait pendant les procédures. Ce boue servirait de « by-pass » pour soulager le pont de la Rivière Famine.

    J'aime

  4. Je crois que pour vraiment permettre le développement des PME de la Beauce, il est urgent de terminer la 73 jusqu’à la frontière américaine au plus vite. Dans un 2e temps, afin de permettre un accès au marché de Sherbrooke, Montréal, New Hampshire, Vermont etc, l’autoroute 10 devrait être prolongée jusqu’à Saint-Georges-de-Beauce où elle se connecterait avec la 73. La Beauce étant surnommée depuis longtemps comme étant le petit Japon québécois, il faut lui permettre de se développer en ayant des autoroutes efficaces et accessibles aux grands marchés.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.