La route 5 – (1) De Richmond à Victoriaville

La route 5 commence à quelques pas du vieux pont de la rivière Saint-François, à l’intersection de la rue Principale, dans la petite ville de Richmond; à gauche, c’est la rue Principale Nord, à droite, la rue Principale Sud, et aussi la route 22 sud, la route 22 nord étant derrière, rejoignant l’autre rive de la Saint-François, via la rue Bridge, et bien entendu, le vieux pont.  La route 5 s’appelle la rue Craig, nom qui évoque l’un des principaux chemins de colonisation du territoire, ce chemin étant également la première route reliant Québec et Boston.  Après un demi-kilomètre, on traverse une voie ferrée, et 200 mètres plus loin, on croise la 7e Avenue.  À 180 mètres de là, on arrive à la route 143 actuelle, la route 122 ouest actuelle étant vers la gauche.  La route 5 (route 122 est) se poursuit en croisant quelques rues et chemins sur environ 1,1 kilomètres, soit jusqu’à la rue de l’Escale qui, au bout de 80 mètres, rejoint un ancien alignement de la route 5, appelé 1ère Avenue, et qui s’étire sur près de 700 mètres, soit jusqu’à la rue du Sommet, que l’on prend à droite sur 90 mètres pour revenir à la route 122 actuelle.  Le dernier tronçon de l’ancien alignement n’existe plus, mais on peut en voir quelques restes, via les images de Google Maps, qui permettent de déduire qu’il faisait encore 300 mètres.  Depuis la rue du Sommet, on croise quelques routes, comme le chemin Masson, à 650 mètres, le chemin Blais, 1,6 kilomètres plus loin, puis à un kilomètre de là, le chemin Bédard, qui fait une boucle, et revient à la route 5 (route 122) environ 100 mètres plus loin.  Viennent ensuite le chemin du Camp (550 mètres), le chemin Barrie (400 mètres), et les chemins Lalonde à gauche, et Turcotte à droite (400 mètres).

Certaines maisons sont parfois éloignées de la route, ce qui démontre qu’elles étaient le long d’un ancien alignement de la route 5.  On peut rejoindre une section de cet ancien alignement, le chemin des Érables, via le chemin Toussaint, situé à un peu plus de 800 mètres des chemins Lalonde et Turcotte.  On croisera ensuite le chemin Denison, à 1,2 kilomètres, puis 300 mètres plus loin, on quitte la MRC Le Val-Saint-François pour entrer dans la MRC Asbestos.  On fera encore 1,1 kilomètres pour atteindre un bout de chemin, à droite, appelé chemin Craig, qui est l’arrivée d’un autre ancien alignement de la route 5.  Après 3,2 kilomètres, on atteint le chemin de la Vallée, puis se succèdent le chemin Demers (500 mètres), le chemin Goodenough Est et la rue Lafrance, qui se font face (220 mètres), et la rue du Carmel (280 mètres); c’est à cet endroit que l’on quitte le vieux chemin Craig afin de contourner la petite ville de Danville.  On croisera les chemins Bennett et Noble, qui se font face, 800 mètres plus loin, puis encore 1,6 kilomètres, suivant de plus ou moins près la voie ferrée, pour atteindre la rue Daniel-Johnson (route 255 nord), qui permet d’atteindre Saint-Félix-de-Kingsey, en tournant à gauche, et le centre-ville de Danville en prenant la droite.  De là, la route 5 (routes 116 et 255) se poursuit, croisant quelques rues, sur un kilomètre et demi, pour ensuite croiser la route 255 sud, qui conduit à Asbestos, puis rejoint le chemin Turcotte (un autre), 500 mètres plus loin.

La route 5 (route 116) continue sur 4,7 kilomètres, croisant quelques chemins, ça et là, avant d’atteindre le chemin Castle Bar, qui conduit à un hameau aujourd’hui appelé Kingsey Station, mais qui s’appelait Castlebar selon ma carte de 1950.  À 1,7 kilomètres de là, nous quitterons la route 116 actuelle pour suivre l’ancien alignement de la route 5, via le boulevard Kingsey.  Après 250 mètres, nous changeons encore de MRC, cette fois pour entrer dans la MRC Arthabaska, puis ferons encore 4,3 kilomètres, puis tournerons à gauche, sur la rue Tardif, et roulerons près d’un kilomètre pour atteindre le boulevard Marie-Victorin.  Il faut comprendre ici que le boulevard Kingsey était autrefois le chemin Tardif, et que l’on poursuit sur cette rue afin de respecter l’ancien alignement de la route 5.  Nous sommes dans le village de Kingsey Falls.  On tourne donc à droite sur Marie-Victorin, en traversant le village, et passant devant les installations de la papetière Cascades, sur 1,6 kilomètres avant d’atteindre le rang 13, puis sur un peu plus de 4 kilomètres supplémentaires afin de rejoindre à nouveau la route 116 actuelle.  Ensuite, sur plus de 5 kilomètres se succèderont fermes laitières, terres de culture, et routes de campagne, avant d’atteindre un point où les poteaux électriques longent un ancien alignement de la route 5.  Environ 400 mètres plus loin, nous prendrons la bretelle, à droite, qui conduit vers la rue Saint-Louis; nous sommes à Warwick.  Après 230 mètres, nous croiserons le chemin Chabot, qui constitue l’autre bout de cet ancien alignement de la route 5, qui se poursuit sur la rue Saint-Louis.  Nous ferons environ 900 mètres avant d’entrer dans la ville proprement dite; nous passerons l’usine de la firme RockTenn, puis le pont de la rivière des Pins, et d’autres usines, avant d’atteindre le centre-ville.  L’intersection principale nous relie à la rue de l’Hôtel-de-ville, à gauche, qui conduit à Saint-Albert-de-Warwick, et à l’autoroute 955, et à droite, la rue Saint-Joseph, qui mène vers Tingwick.   Depuis cette intersection, nous ferons encore 1,7 kilomètres avant d’arriver au chemin Lemay, qui consiste en l’ancien alignement original de la route 5, alors que nous prendrons à gauche, et ferons environ 150 mètres avant de tourner à droite, à l’intersection de la route 116.

Après 6,1 kilomètres, on voit la route Pouliot, qui constitue un autre ancien alignement de la route 5; toutefois, l’accès à la route Pouliot ayant été fermé, nous devrons faire 700 mètres de plus, et tourner à droite sur le rang Chicago, et rouler sur 220 mètres pour ensuite tourner à gauche sur la route Pouliot, et suivre la route 5.  Nous faisons ainsi 2 kilomètres, et juste avant d’atteindre une intersection en forme de T, une petite rue, à droite, nous permet de suivre la route 5 originale, sur 120 mètres encore, avant de tourner à droite afin de rester sur la route Pouliot, parce qu’à gauche, c’est l’avenue Pie-X.  La route 5 (route 161) se poursuit ainsi sur un peu plus de 550 mètres, par-delà le pont Baril, qui enjambe la rivière Nicolet, avant de tourner à gauche, sur la rue Laurier-Ouest.  Nous parcourrons environ 900 mètres sur la route 5 avant de tourner encore à gauche, cette fois sur la route 34, aussi appelé boulevard des Bois-Francs-Sud.  Bienvenue à Arthabaska, maintenant devenue un secteur de la ville de Victoriaville.

Publicités

Maskinongé et Nipissing: Un autre grand projet jamais réalisé

Il m’arrive parfois de fureter sur le web, et à certaines occasions, de tomber sur de véritables bijoux.  L’an passé, j’ai fait la découverte d’un microfilm montrant un document d’une vingtaine de pages, qui exposait les avantages indéniables d’un grand projet à réaliser.  Nous sommes alors… en 1887!  Comme quoi il n’y a pas que de nos jours que certains grands projets ne se réalisent pas.

Le document s’intitule “Le chemin de fer Maskinongé et Nipissing – Le chemin le plus important du Dominion après le Pacifique Canadien et le Grand Tronc”.  Après 5 pages de tests et d’explications (mise en microfilm oblige), on arrive à la page titre puis, après une carte montrant approximativement le tracé du chemin de fer à construire, on arrive au texte proprement dit.  On y mentionne l’incorporation, adoptée par le Parlement fédéral du Canada le 2 juin 1886, de Thomas W. Ferry, James J. White, E. H. Talbott, John H. Verrall, et Laurent Grenier, dans le but de former une compagnie qui construirait le chemin de fer Maskinongé et Nipissing.  D’une longueur d’environ 450 milles (plus ou moins 725 kilomètres), il devait débuter d’un point situé entre Louiseville et Maskinongé, traverser la chaîne des Laurentides jusqu’à Saint-Michel-des-Saints, puis de là, presque en ligne droite, continuer vers l’ouest jusqu’aux rives du lac Nipissing, en Ontario, en passant par le lac Désert, situé à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Mont-Laurier.

Après avoir fait mention de la “praticabilité” du chemin de fer, le document indique textuellement que “ce chemin ouvrira une région d’au moins 75 milles (120 kilomètres) de large sur presque toute sa longueur”; on explique ensuite qu’il existe des terres exploitables en agriculture sur une cinquantaine de milles (80 kilomètres) au sud du tracé, et sur 25 à 30 milles (40 à 50 kilomètres) au nord de celui-ci, citant des établissements autour du lac Témiscamingue comme étant à l’extrême nord de ce territoire.  Viennent par la suite des extraits de témoignages de personnalités connues de l’époque, allant du curé Mondor, de Saint-Michel-des-Saints, au curé Labelle, de Saint-Jérôme, en passant par Lindsay Russell, ancien arpenteur général du gouvernement fédéral, un certain M. Bouchette, dont on cite un extrait d’un rapport des terres de la Couronne datant de 1859, un révérend père Paradis, écrivant à Mgr. Duhamel, archevêque d’Ottawa, Sir Charles Tupper, les députés Joseph Tassé et Alonzo Wright, ainsi qu’un professeur Macoun, tous ceux-ci faisant état de diverses constatations sur le territoire, dont le climat, les possibilités de cultures, etc.

Par la suite, le document évoque différents thèmes, comme le fait que le Maskinongé et Nipissing puisse devenir un chemin de colonisation, pouvant contenir plus de 2 millions de colons, rien de moins!  On revient ensuite sur le climat, le potentiel forestier et minier, les pouvoirs d’eau, forces motrices de cette époque, ainsi que la beauté du paysage.  On mentionne ensuite que le terminal de Maskinongé serait temporaire, pour rentabiliser l’opération du chemin de fer dès la construction de ses premiers milles, son terminal permanent devant éventuellement s’établir à Québec, question de profiter des installations portuaires de la ville pour le commerce international.  On explique également pourquoi il faut commencer le projet à Maskinongé, au lieu de Nipissing (les plus proches sources de profit potentiel sont les forêts du comté de Maskinongé, dit-on), les possibilités d’interconnexions avec d’autres chemins de fer existants ou en développement, mais aussi que le Maskinongé et Nipissing pourrait devenir une ligne militaire d’une importance capitale, compte tenu de la vulnérabilité de la vallée du Saint-Laurent, et de la nécessité d’établir un “back country” derrière les Laurentides, dans le territoire traversé par la ligne de chemin de fer.

Viennent ensuite l’évocation d’un gain monétaire pour le pays, suite à l’installation de nouveaux colons, et aux investissements successifs que devraient forcément faire les instigateurs du projet, question de se maintenir, face à la concurrence, ainsi que l’état de l’avancement du projet, que je cite ici:

“10 milles du chemin sont localisés définitivement, une exploration complète est achevée sur 14 autres milles, et six milles de plus ont été explorés préliminairement.  Ce travail à résout, d’une manière tout-à-fait satisfaisante, le problème de savoir si la chaîne des Laurentides pourrait être franchie sans trop de grandes difficultés.  Maintenant, les montagnes sont dépassées, et la Cie. est certaine d’arriver, sans encombre, au bout du tracé.  Il y a aussi un vote du gouvernement local de Québec, accordant 4 mille acres de terre par mille, pour un chemin qui partirait du bas du comté de Maskinongé, et passerait par Matawin (St. Michel-des-Saints.)”

Finalement arrive la conclusion, dans laquelle on parle de la nécessité de construire cette ligne, qui allait non seulement couper 250 milles (400 kilomètres) sur le parcours du C. P. R. d’un océan à l’autre (c’est pourquoi on l’appelle souvent “la ligne courte”, dans le document), mais aussi permettre le développement du “coeur du pays”; le directeur d’Agriculture de la province de Québec de l’époque (probablement l’équivalent de ce qu’est aujourd’hui le sous-ministre de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation), Ed. A. Bernard, voyait des établissements, le long de ce chemin, devenir de grands centres, et les terres, dont le gouvernement était encore propriétaire en presque totalité, acquérir une valeur certaine, particulièrement à cause du bois de commerce qui, à l’époque, offrait un très fort potentiel, mais était trop éloigné des moyens de transport du temps.  Monsieur Bernard traite aussi des avantages pour le district des Trois-Rivières, comme on disait à l’époque, ainsi que pour le Canada, et pour tout l’empire britannique, avant de conclure que tout le monde politique, des électeurs jusqu’aux élus, devraient porter ce projet à un aboutissement rapide.  Le document est complété par un parallèle entre les projets ferroviaires déjà proposés, ou en cours de réalisation, au Québec, et le Maskinongé et Nipissing, par une lettre de trois pages ne portant, pour seule signature, que le mot “Maskinongé”, un rapport de l’ingénieur-en-chef W. M. Maingy à James J. White, directeur-gérant du M. & N. R. M. (c’est écrit comme ça), une double table de distances, et l’index de la brochure.

Vous êtes curieux de voir ce document?  C’est par ici!  À noter que l’original est à la Bibliothèque des archives publiques du Canada.

Sur le terrain, par contre, il n’y a rien!  Zéro pis une barre!  J’ai l’impression que l’entreprise ne s’est jamais rendue plus loin que la Chambre des Communes!  Tout le monde disait oui, mais il y a eu des élections (en 1887, sauf qu’elles ont porté la même équipe, celle des Conservateurs de John A. Macdonald, au pouvoir), probablement des changements de priorités, et tout le projet est tombé à l’eau.  Et sur le web, je ne trouve rien d’autre que ce microfilm.  Amazon a bien quelque chose; une version papier reproduite à partir de la même source!  La question que je me pose est la suivante; Est-ce que la région de Maskinongé, et toute la région au nord de la chaîne des Laurentides, aurait connu un développement différent, avec la construction d’un tel chemin de fer?  Je n’aurai probablement jamais la réponse.

Un poste de pesée de 20 millions$ à recommencer!

Beau petit clip vidéo, ce matin, gracieuseté de TVA, d’une station de pesée de camions lourds, à Saint-Bernard-de-Lacolle, à deux kilomètres de la frontière Québec-New York, qui a été construite sur des sols instables. Essayons de reconstituer l’affaire.

En janvier 2005, le MTQ est allé de l’avant avec la construction d’un poste de contrôle routier « modèle », composante d’un grand investissement conjoint entre l’état de New York et la province de Québec afin d’améliorer la sécurité à la frontière, tout en assurant une meilleure fluidité des personnes et des marchandises. La municipalité de Saint-Bernard-de-Lacolle, mise au parfum des intentions du MTQ, a avisé celui-ci que les sols, à cet endroit, étaient beaucoup trop instables pour faire ce type de construction. Évidemment, le MTQ a fait ce qu’il a voulu, et a construit quand même le poste. La construction a duré dix-huit mois, et fut interrompue à plusieurs reprises par d’innombrables imprévus. À l’automne de 2006, la station de contrôle routier reçoit donc ses premiers camions lourds à être pesés, et ce qui devait arriver arriva. La chaussée de la station s’est affaissée de plusieurs centimètres, causant d’importants dommages à tout le système de pesée, qui est maintenant inutilisable.

Encore une fois, on a affaire à un cas de fonctionnaires qui font ce qu’ils veulent. Il aurait été beaucoup plus simple de prendre en compte l’avis de la municipalité, et de prendre des mesures en conséquence dès la mise en chantier du poste. L’autoroute 15 passe à quelques mètres de là, et elle ne s’affaisse pas; il doit bien y avoir une façon de construire sur de tels sols qui n’a manifestement pas été suivie dans le cas de la station de pesée.

Cela me fait penser au pont couvert de Notre-Dame-des-Pins, en Beauce. Un site web y est d’ailleurs dédié. Ouvert à la circulation en 1927, ce pont intimide un peu les gens de la place, parce qu’ils ont peur que celui-ci soit emporté par les glaces de la rivière Chaudière, qui partent en débâcle à chaque printemps. Le maire de la municipalité, à l’époque, tente de convaincre l’ingénieur en chef que le pont n’est pas assez haut, par rapport au niveau de la rivière, ce à quoi il répondit que « des criques comme la Chaudière, il en avait vu d’autres ». Prévoyant, le maire a toutefois réussi à faire signer une entente en vertu de laquelle le département de la colonisation devrait payer entièrement un nouveau pont si celui-ci était emporté par les glaces. C’est le matin de Pâques de 1928 que les citoyens de Notre-Dame-de-la-Providence, c’était le nom de la paroisse, ont prononcé ma phrase fétiche, « ce qui devait arriver arriva ». Ce matin-là, plus précisément le 8 avril 1928, les paroissiens du côté ouest n’ont pas pu assister à la messe dominicale parce qu’au cours de la nuit, le pont couvert, encore tout neuf, fut éventré par les glaces de la rivière, et des sections se sont retrouvé un peu partout entre la municipalité et la voisine, Beauceville. D’ailleurs, une importante partie du pont couvert s’est échouée contre le pont de cette autre municipalité. Il aura donc fallu reconstruire un nouveau pont, plus haut de quatre pieds que le précédent, qui fut construit sur des piliers de béton, et non pas sur des piles de roches, comme le précédent, et entièrement payé par le ministère de la colonisation. La construction de ce nouveau pont couvert a débuté à l’été de 1928, et il fut ouvert à la circulation en septembre 1929. Beaux joueurs, les élus municipaux ont adopté une motion de remerciements, notamment envers le ministre de la colonisation, un certain monsieur Perreault, dont le pont porte depuis le nom.

Et dans le cas actuel, donnera-t-on un nom à ce poste de pesée, si celui-ci est reconstruit? J’imagine déjà « la station de contrôle routier Julie-Boulet ».