A-50: Ça s’en vient! (1- Lachute / montée Labranche)

Bon, je vous ai suffisamment fait languir, avec cette histoire de nouvelles photos.

Les travaux de prolongement de l’A-50 vont bon train.  À preuve, j’ai roulé sur une partie du tronçon qui s’étend de Lachute à Grenville-sur-la-Rouge, mardi dernier (5 août), dont une grande partie était asphaltée.

Ce panneau ne fait évidemment pas partie du nouveau tronçon de l’A-50.  Je l’ai photographié parce qu’il représente l’un des derniers spécimens encore debouts de ces anciens panneaux indicateurs de sortie, sur les autoroutes, désormais remplacés par des panneaux aux dimensions beaucoup plus modestes.  Il s’agit de la sortie 258, qui mène à la route 327, entre Lachute et Saint-André-d’Argenteuil.  Cette sortie fait partie du vieux tronçon qui contourne la ville de Lachute, et qui date de 1975.  C’est donc dire que ce panneau risque d’avoir plus de 30 ans, ce qui explique sa décoloration.

Voici la chaussée de l’A-50, en direction ouest (photo prise en regardant vers l’est), à la hauteur de la route 148, juste à l’ouest de Lachute.  On voit distinctement l’asphalte qui fut appliqué lors de la construction de l’échangeur, en 2005 ou 2006, et la nouvelle couche, fraîchement appliquée.

Pourquoi une telle différence de largeur, dans le pavage?  Tout simplement parce qu’il s’agit de la base, constituée de deux couches d’un type d’asphalte plus grossier, qui sert de structure à la route.  La couche de finition viendra rejoindre l’asphalte existant sur toute sa largeur.

Lors de mon passage, la seule indication que la route ne soit pas tout à fait praticable consistait en ce panneau, placé au milieu de la chaussée, presque sous le viaduc.

Ce bout de clôture à neige devait probablement interdire le passage des véhicules, mais dans sa position actuelle, il ne sert que d’élément de curiosité.

Vu sous cet angle, on dirait que le viaduc de la route 148 a été déposé sur deux bouts de tapis.  Je n’ai pas de confirmation, mais la plupart des ponts et viaducs de la section Lachute/Brownsburg-Chatham semblent avoir été coulés sur place.

Ça ne semble pas évident à voir, comme ça, mais c’est à cet endroit que les deux chaussées de l’A-50 se réunissent en une seule.  Regard vers l’ouest, à moins d’un kilomètre à l’ouest de la sortie 254 (route 148).

Ça saute aux yeux, vu d’ici.  Regard vers l’est, cette fois, avec l’échangeur de la route 148 (sortie 254), tout au loin.

Au même endroit, mais en tournant de 180 degrés, et en regardant vers l’ouest.  À droite, cela semble être ce qui fera office de « voie de demi-tour », à l’usage des policiers et autres véhicules autorisés.

On regarde à nouveau vers l’est (je sais, je suis en train de vous étourdir), cette fois depuis l’approche est du viaduc de la montée Labranche, à Brownsburg-Chatham.  On voit au loin le raccordement des chaussées.

Du même endroit, vers l’ouest.  Voici le viaduc de la montée Labranche.

Deux niveaux, ici.  En haut, la chaussée de l’A-50, et en bas, les bretelles de sortie et d’entrée, non encore asphaltées, et la montée Labranche.

Pendant que je m’attarde à la construction de l’A-50, la vie suit son cours, et les moissons aussi.

Voici la montée Labranche, vue depuis le viaduc.  Dans cette direction, soit vers le sud, vous atteindrez le village de Saint-Philippe-d’Argenteuil, situé à moins d’un kilomètre,…

…alors que dans celle-là, vers le nord, vous aurez à parcourir environ 6 km pour arriver à la ville de Brownsburg.  Ces deux noyaux urbains font partie de la ville de Brownsburg-Chatham.

Je ne sais pas quel genre de joint de dilataion sera installé aux extrémités de ce viaduc, aux dimensions plutôt modestes (…de passe à chevreuils?), mais l’espace actuellement laissé vaut la peine de ralentir, quand on roule sur la chaussée de l’A-50.

C’était la première partie de mes images des travaux de l’A-50.  Trois autres billets s’ajouteront, au fil des jours, pour compléter ce compte-rendu de l’évolution du projet, à tout le moins dans sa partie la plus à l’est.  Les photos que j’ai prises l’ont été entre la route 148 et la route Kilmar, tout près de la rivière Rouge.

J’essaie de ne pas mettre trop de photos dans chaque billet; certains m’ont fait remarquer que lorsque le billet est trop lourd, ils ne peuvent pas visionner toutes les photos, cela étant trop exigeant pour certains ordinateurs.  J’y vais donc de plusieurs billets, en essayant de ne jamais dépasser 20 images par billet.  Je vais donc tenter de profiter de ce vendredi de congé (…qui a dit « Encore? ») pour aller de l’avant avec ces billets.   C’est donc à suivre.

Publicités

9 réflexions sur “A-50: Ça s’en vient! (1- Lachute / montée Labranche)

  1. Tres intéressant vos photos. Je ne comprend pas le fait qui aille une voie de U-turn sur une voie d’autoroute en Super-2. Va-t-elle un jour etre doublé en vrai autoroute ou bien c’est un parking de police pour faire un radar.

    J'aime

  2. Mon cher Marc, je vais profiter de ta question pour te faire entrer – un peu – dans mon intimité.

    Dans l’un de mes cercles d’amis, quand on pose une question, avec un choix entre deux réponses, et qu’il y a un peu de vrai dans les deux réponses, on se contente de répondre « oui ». C’est tellement drôle de voir la réaction des gens qui ne sont pas au courant de ce stratagème. Alors à ta question, quand tu demandes « Va-t-elle un jour être doublée en vraie autoroute ou bien c’est un parking de police pour faire un radar? », je suis tenté de répondre tout simplement « oui ».

    Une telle voie de demi-tour peut sembler bien inutile quand on conduit une voiture, ou une moto, mais imagine l’opérateur d’une dépanneuse, avec un véhicule accroché derrière, ou encore celui de « la charrue », en hiver. Ça lui prend un peu – beaucoup – plus que la simple largeur de la chaussée. Et comme les lieux où l’on passe de deux chaussées à une seule sont des endroits plutôt vulnérables, question de sécurité, à cause du double effet d’entonnoir (passer de deux voies de circulation à une seule, puis de tous se retrouver sur la même chaussée), cet espace est plus que bienvenu. Les policiers peuvent également utiliser cet espace pour, effectivement, faire des opérations radar. Aussi, j’avoue que je ne me souviens pas en avoir vu ailleurs qu’aux endroits où la route passe de deux chaussées à une seule. Des endroits comme à l’autre extrémité de la section à deux chaussées de l’A-50, soit à environ un kilomètre à l’est de la sortie 260, à Lachute, ainsi qu’à l’endroit où l’A-440 devient l’avenue des Bois, à l’ouest de l’A-13, à Laval. Ces voies de demi-tour sont habituellement situées à moins de 200 mètres du point de raccordement des deux chaussées. Et quand vient le temps de prendre une super-2 et d’en faire une véritable autoroute, on élimine tout simplement cette voie.

    J'aime

  3. Superbes photos Richard, ces vieux panneaux de sortie me manque (et aussi tant qu’à y être les panneaux de passages à niveau qui étaient un cercle avec une croix diagonale qui sont encore en usage aux États-Unis, on pourrait la ré-introduire tout en gardant le panneau en losange actuel qui indique l’angle de la voie ferrée par rapport à la route et tant qu’à parler de « old school », ces vieux panneaux de zone scolaire avant qu’ils devenait « politiquement correct » http://www.elve.net/rkidcnd.htm en fait les autres provinces canadiennes sont encore dans le style « old-school » mais adapté dans un contexe plus moderne avec le fond vert-jaune ou jaune-vert)

    Intéressant de voir ce viaduc de la route 148 coulé sur place en comparant avec d’autres viaducs qui ont des poutres de style « I-beam » préfabriqués d’avance soit en acier, soit en béton. Par exemple le viaduc de la route 265 sur l’autoroute 20 près de Notre-Dame-de-Lourdes, qui a remplacé un viaduc plus ancien, à été fait avec des poutres « I-beam » en béton, idem pour quelques viaducs supplémentaires sur l’autoroute 10 qui ont remplacé des anciens viaducs.

    Récemment, sur divers sites montrant la construction de rampes élevés sur des échangeurs en « stack » on voit aussi des poutres de type « box girder » que je surnomme personnellement des « U-beam » http://en.wikipedia.org/wiki/Box_girder_bridge http://www.tfhrc.gov/pubrds/spring94/p94sp1.htm et quelques photos prises lors de la construction d’un échangeur « stack » à Austin au Texas http://www.texasfreeway.com/Austin/Construction/71_i35_interchange/austin_construction_71_i35_interchange.shtml

    J'aime

  4. Salut richard3,
    J’aurais udeux question qui presse d’être répondre.
    Pourquoi ont-ils enlevé tout les anciens panneaux sauf lui?
    Ma deuxième:
    Comment fais-tu pour avoir accès au chantier?
    Merci pour tes réponses

    J'aime

  5. @ Gui4:

    Pourquoi tous les vieux panneaux sauf lui? Ben, en fait, celui sur la photo peut être vu en direction ouest, mais celui vers l’est est toujours là aussi. Au MTQ, sauf à certaines exceptions, on laisse vieillir les panneaux jusqu’à ce qu’ils n’aient plus rapport. On peut en voir de très anciens un peu partout sur le réseau routier, dont des panneaux bleus, datant des autoroutes à péage. Pour les panneaux de sortie, ceux-là ont probablement été « oubliés », lors des remplacements systématiques, parce qu’à l’époque, ce bout d’autoroute était tout seul au milieu de nulle part, et que la sortie 258 était la seule sortie indiquée par un tel panneau, les deux extrémités étant des intersections à niveau, dans le temps.

    Comment je fais pour avoir accès aux chantiers? Je trouve une ouverture carrossable, et j’y entre. C’est tout. Du moment où l’on ne nuit pas aux opérations, et que l’on se tient à distance raisonnable, on se fait rarement harceler. Jusqu’à maintenant, à tout le moins, je ne me suis jamais fait « sortir » d’un chantier.

    J'aime

  6. Les prises photographiques sont très intéressantes et étonnantes.

    J’espère que la nouvelle section de l’autoroute 50 sera inaugurée et ainsi quelques années plus tard complétée la deuxième chaussée pour qu’elle soit une véritable autoroute.

    En attendant,je crois bien et j’en suis certain hélas qu’il va y avoir plusieurs accidents dont plusieurs hélas vont y laisser leurs vies avant que la deuxième voie soit complétée.

    Excellent travail.

    J'aime

  7. À richard3,

    Vs avez de la chance de ne pas vous avoir fait harcelé à cause moi jme suis fait pogné par un flic quand j’ai roulé sur le boulevard urbain de robert-bourassa quand il était presque terminé à la hauteur de l’Av Chauveau. Ike les policier de Québec sont baveux (jme dit qu’il y a encore pire que comme la SQ car il donne des tickets quand on dépasse à 125 km/h tandis que les autres roule à 120… quelle manque de jugement)

    J'aime

  8. Si je me fie à mon expérience, la surveillance policière s’intensifie à mesure que l’on s’approche de l’ouverture d’une route.

    Au niveau de l’évolution des travaux de l’A-50, il n’y a pas vraiment de danger, de ce côté; ce n’est pas demain la veille que la SQ va patrouiller de façon intensive. D’ailleurs, un entrepreneur fut victime de vol, le printemps dernier, et il a fait affaire avec une firme de sécurité pour assurer la protection de son chantier. Après quelques minutes de discussion avec l’agent sur place, il m’a permis d’accéder au chantier.

    J'aime

  9. Pingback: Prolongement attendu…Partie 1-Des travaux très évident « Le blog du MTQ, et j’en passe

Les commentaires sont fermés.