Numérotation des routes: Le système du MTQ comprend des failles

Comme les maniaques de routes le savons tous, le Québec possède, contrairement à presque toutes les autres juridictions en Amérique du Nord, un système de numérotation des routes qui tient compte de l’orientation générale d’une route donnée, ainsi que de sa situation géographique, sur le territoire québécois, entre autres, système géré par le ministère des transports du Québec (MTQ).

Ce système, dans son application sur le terrain, comprend toutefois de nombreuses failles.  Notons entre autres le duo route 185/autoroute 85, entre Rivière-du-Loup et la frontière du Nouveau-Brunswick qui, dans les faits, est beaucoup plus est-ouest que nord-sud.  Pour preuve, la route 2 du Nouveau-Brunswick, à laquelle l’A-85 se raccorde, est une autoroute est-ouest.  Il y a aussi le fameux cas de l’autoroute 10, dont une section, au nord de Sherbrooke, est devenue l’autoroute 610 par la volonté d’un ingénieur qui trouvait que le numéro formait une belle paire avec l’A-410, au sud.

Le cas dont je veux vous parler aujourd’hui est celui de la boucle de la route 132, en Gaspésie.  À ma connaissance, je ne crois pas qu’il y ait de route nationale, ou d’autoroute, ailleurs dans le monde, qui fasse l’objet d’une boucle d’une telle longueur.  On voit, plus souvent qu’autrement, deux routes distinctes qui se rejoignent pour créer une boucle, comme par exemple, les autoroutes 101, qui parcourt la vallée de l’Annapolis, et 103, qui longe la rive sud, le long de l’océan Atlantique, et qui ensemble, créent une boucle qui ceinture la péninsule du sud-ouest de la province de la Nouvelle-Écosse.  En fait, chacune de ces deux routes s’étend de l’autoroute 102, qui contourne la ville d’Halifax, jusqu’à la ville de Yarmouth, située à quelque 300 kilomètres au sud-ouest.

Je crois que le MTQ devrait déterminer un point de rencontre (je suggère le village de Percé, puisque c’est de là que l’on indique “route 132 ouest” dans les deux directions), et renuméroter la partie qui passe au sud de la péninsule, disons route 128, tiens.  Comme l’on demande à toutes les régions touristiques d’avoir au moins trois routes thématiques, indiquées par des panneaux bleus, la boucle de la péninsule pourrait devenir “La boucle de la Gaspésie”, ou “Le tour de la Gaspésie”, tout simplement.  Cela éviterait de voir une signalisation indiquant que l’on peut continuer sur la route 132 est en prenant n’importe laquelle des deux directions.

Publicités

Programme du MTQ pour 2016-18: Rien de rassurant

C’est hier, 8 avril, que le ministre des transports – pardon, le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports*, monsieur Jacques Daoust, y est allé de la conférence de presse annuelle du MTQ – pardon, du MTMDET, celle au cours de laquelle les chiffres des investissements routiers des deux prochaines années sont dévoilés.  Selon ce que l’on nous montre à ce sujet sur le site web du ministère, c’est à peine 6,1% des quelque 4,7 milliards$ investis qui proviendront de “partenaires”, c’est à dire des municipalités, et du gouvernement du Canada.  Il faut toutefois spécifier que les deux principaux projets financés en partie par le fédéral, soit les autoroutes 35 et 85, sont en sursis cette année; les travaux de la dernière phase de l’A-85, entre Saint-Antonin et Saint-Louis-du-Ha! Ha! devraient en principe commencer l’an prochain, alors que du côté de l’A-35, la suite des choses est toujours à l’étude.

Évidemment, les listes des chantiers par région ne seront disponibles que dans quelques semaines, mais pour l’instant, on nous donne la répartition des fonds entre les régions, et entre les différents aspects des travaux.  On y apprend que sur les 4,725,200,000$ investis, seulement 478,4M$, soit environ 10,1%, iront au développement du réseau routier.  C’est donc près de 90% des sommes allouées cette année qui iront à la conservation du réseau actuel, dont 2,1G$ à la conservation des structures (ponts, viaducs, etc.), et 1,25G$ en asphaltage, ce qui prouve que le réseau routier a toujours besoin de rattrapage.  Le pire, c’est que si l’on tient compte de la qualité des travaux effectués au cours des dernières années, qualité qui souvent laissait à désirer, la somme à investir pour assurer un réseau de qualité devra aller en augmentant.  Bref, malgré les chiffres qu’on nous balance à l’occasion, il semble que les choses ne vont pas en s’améliorant.  Il y a une raison simple à cela; les infrastructures construites, ou rénovées, ne le sont pas toujours en fonction de la réalité sur le terrain.  Par exemple, si l’on refait une route en fonction d’un DJMA** de 50,000 véhicules par jour, et que dans les faits, il en passe plutôt 100,000, il est clair que l’infrastructure durera moins longtemps.

Quand on regarde au niveau des régions, on constate que l’île de Montréal a la part du lion, avec 1,405,970,000$, soit à peine moins de 30% du budget total.  On peut comprendre que l’échangeur Turcot prend à lui seul une large part de ce budget; en plus de construire le nouveau complexe, des sommes se chiffrant en centaines de millions de dollars sont nécessaires à maintenir les composantes de l’échangeur actuel en place.  La région de la Capitale-Nationale (incluant la ville de Québec, mais sans s’y limiter) arrive en troisième place, avec 443,413,000$, se faisant damer le pion par la Montérégie, qui bénéficiera de 532,103,000$.  Viennent ensuite dans l’ordre la Côte-Nord (305,318,000$), Chaudière-Appalaches (297,715,000$), les Laurentides (242,502,000$), le Saguenay-Lac-Saint-Jean (219,856,000$), l’Abitibi-Témiscamingue (198,808,000$), le Bas-Saint-Laurent (188,093,000$), la Mauricie (138,972,000$), Lanaudière (135,612,000$), le Centre-du-Québec (129,205,000$), l’Outaouais (125,658,000$), l’Estrie (124,542,000$), la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine (96,344,000$), et le Nord-du-Québec (73,687,000$), alors que l’île de Laval ferme la marche avec 67,382,000$.

Attendons maintenant de voir quels seront les projets à réaliser dans chacune des régions du Québec.  Nous le saurons d’ici quelques semaines, à mesure que sortiront les listes régionales détaillées.

 

* Vous me permettrez de continuer d’utiliser les formules courtes, à savoir “MTQ”, et “Ministère des transports”.

** DJMA: Débit journalier moyen annuel.

A-85: Vive l’autoroute Claude-Béchard!

La Commission de toponymie du Québec vient d’attribuer à ce qui deviendra l’autoroute 85 le nom de celui qui occupa tour à tour plus d’une demi-douzaine de ministères, et qui fut député de Kamouraska-Témiscouata depuis l’élection partielle du 6 octobre 1997, et ce jusqu’au 3 septembre 2010, jour de sa démission, quatre jours seulement avant son décès, des suites d’un cancer, à l’âge de 41 ans.

Dans cet article du quotidien Le Soleil, signé Carl Thériault, celle qui fut son organisatrice lors de l’élection partielle de 1997, Solange Morneau, parle de l’acharnement de Claude Béchard en faveur de la réalisation de cette autoroute en devenir.  Selon Auto-085ses propos, il ne se passait pas une seule journée sans qu’il demande s’il y avait quelque chose de nouveau, dans ce dossier.  L’article mentionne que la Commission a attribué le nom de Claude Béchard au lien routier, présentement composé tantôt de l’autoroute 85, tantôt de la route 185, depuis son échangeur avec l’A-20, à Notre-Dame-du-Portage, et ce jusqu’à la municipalité de Témiscouata-sur-le-Lac, alors que le site web de la Commission nous informe, dans sa liste des toponymes officialisés et des toponymes remplacés lors de la réunion du 7 juillet 2014, que le nom fut attribué à la route 185 dans chaque municipalité qu’elle traverse, sur toute sa longueur, soit jusqu’à la frontière du Nouveau-Brunswick.  Je ne comprends pas pourquoi le journaliste a oublié la ville de Dégelis, mais bon, le nom s’y applique également.

Il s’agit donc d’un dossier qui a finalement abouti, puisque tout le monde semblait s’accorder sur ce qui se présentait comme une évidence.  Maintenant que c’est fait, il faudra maintenant travailler à faire aboutir la construction de l’autoroute elle-même, parce que même si certaines sections sont complétées, ou en voie de l’être, il n’en demeure pas moins que les sections restantes de l’actuelle route 185 continuent de faire de nombreux décès, au fil des ans.

La route 2 – (9) De Saint-Louis-du-Ha!-Ha! à la frontière du Nouveau-Brunswick

Nous nous sommes laissés à l’angle des rues Raymond et Commerciale, à Saint-Louis-du-Ha!-Ha!  La continuité de la route 2 a été coupée par la construction de la nouvelle route 185 à chaussées séparées, qui deviendra l’autoroute 85, une fois que tous les travaux seront complétés.  Pour rejoindre l’autre côté de la rupture, il faut prendre la rue Raymond, traverser le viaduc, et tourner à gauche sur la rue Madgin, afin de rejoindre le vieux tracé.  La route 2 poursuivait son parcours sur la rue Commerciale sur environ un kilomètre, puis empruntait l’emprise de la route 185 actuelle sur plus ou moins 1,3 kilomètres avant de rejoindre ce qui est maintenant devenu la rue Madgin.  On parcourt environ 3,8 kilomètres au cours desquels la rue Madgin devient la chemin du Golfe, puis on tourne à gauche, pour traverser à nouveau la nouvelle route 185, à la faveur d’un viaduc de 130 mètres, puis à droite, pour reprendre la rue Commerciale Nord (route 232), afin de poursuivre notre chemin.  Évidemment, en 1950, la configuration des lieux était toute autre!  Nous entrons à Cabano, qui fait maintenant partie de la municipalité de Témiscouata-sur-le-Lac.

Après un kilomètre, on croise le Vieux-Chemin puis, sur 1,4 kilomètres, on a sous les yeux un charmant et bucolique village.  Ensuite, on traverse un pont; au-delà de celui-ci, le village fait place à un parc industriel, et après 1,1 kilomètres, on tournera à droite, sur la rue de l’Anse, afin de traverser un autre viaduc, puis à gauche, sur la bretelle qui nous ramène à la route 185 actuelle.  Au-delà de la rue de l’Anse, la rue Commerciale Nord devient une voie de service de la future autoroute, et se termine à 1,2 kilomètres de là.  Tout juste après la bretelle, la route 232 se poursuit vers la gauche, pour conduire à Rivière-Bleue.  De retour sur la route 2 (route 185), on croise la route Lizotte (4,5 kilomètres), à droite, puis le chemin du Lac, à gauche (5,7 kilomètres).  Après 7,3 kilomètres, on voit la montée du Détour, à droite, et à gauche, l’axe de la route 2, soit la rue Commerciale Sud, que nous ne pouvons toutefois pas atteindre directement, compte tenu de la nouvelle configuration de la route 185.  Afin de rejoindre la rue Commerciale Sud, nous devrons prendre la sortie 29, puis tourner à droite sur la rue de l’Aréna, et encore à droite sur la rue de l’Église, que nous suivrons sur les trois-quart d’un kilomètre.  Une fois atteinte la rue Commerciale Sud, on la prendra par la droite, et on parcourra environ un kilomètre à travers les rues de l’autre composante de la municipalité de Témiscouata-sur-le-Lac, soit l’ancien village de Notre-Dame-du-Lac, sur les 2,7 kilomètres qui vont finalement nous relier, à nouveau, à la route 185 actuelle.  Le périmètre urbain de Notre-Dame-du-Lac est toutefois beaucoup plus clairsemé que celui de Cabano.

La route 2 (route 185) longera encore de près le lac Témiscouata sur une distance de 1,8 kilomètres avant de croiser le chemin du Lac.  La route 2 suit ce chemin qui, sur encore 1,6 kilomètres, sera séparé du lac tantôt par des maisons, tantôt par le sentier du Parc linéaire interprovincial du Petit-Témis, une voie cyclable qui relie le Québec au Nouveau-Brunswick.  En 1950, cette piste cyclable était probablement un chemin de fer.  Par la suite, la route 2 s’éloigne du lac pour rentrer dans les terres.  Après 3,4 kilomètres, à la hauteur d’un chemin de traverse, le reliant à l’actuelle route 185, le chemin du Lac devient le chemin Neuf.

On mettra un autre 5 kilomètres, sur ce chemin somme toute assez sinueux, avant d’atteindre la 2e Rue Est, et le village de Sainte-Rose-du-Dégelé (Dégelis), un “dégelé” désignant, en vieux français, un plan d’eau “qui ne gèle pas”, dans le cas présent à cause des forts courants de la rivière Madawaska, qui tient lieu de décharge du lac Témiscouata.  Après la 2e Rue Est, le chemin Neuf devient l’avenue Principale, et traverse la petite ville sur 2,5 kilomètres, dont presque deux kilomètres en ligne droite, avant de croiser la rue Industrielle, et de devenir l’avenue de la Madawaska.  De là, on quitte le périmètre urbain, et la route 2 redevient une route de campagne.  À 4 kilomètres de là, la route 2 prend le chemin de l’Arc-en-Ciel, sur 2,6 kilomètres, avant de revenir à l’avenue de la Madawaska (route 185).  À 6,7 kilomètres de ce point, la route 2 québécoise devient la route 2 du Nouveau-Brunswick, et ce point marque la fin de notre périple, commencé… le 18 mai 2009!  Qui l’aurait crû?  Plus de quatre ans et demi!