Économie: Heureux les pauvres, qu’ils disaient!

On dit des chiffres qu’ils sont comme les gens; il s’agit de les torturer un peu, pour qu’ils nous disent ce que l’on veut entendre.  Aussi, des chiffres qui proviennent de sources douteuses, ou encore quand les sources ne sont pas identifiées, doivent être pris avec un grain de sel.  À tout le moins jusqu’au moment où ils seront confirmés par des sources crédibles.

Parlant de sources crédibles, un site web obtient de plus en plus de reconnaissance, et de crédibilité, ces jours-ci.  Il s’agit du site Antagoniste.net, qui diffuse des informations sur l’économie, et la politique, et ce autant chez nos voisins du Sud que chez nous.  Le point fort de ce site, opéré par son auteur, David Gagnon, est que chaque article est vérifié, et que la source des informations est clairement identifiée.

C’est pourquoi j’accorde beaucoup d’importance à cet article, en provenance du site Antagoniste.net, dans lequel on spécifie que le Québec recule, face au reste du Canada, en ce qui concerne le revenu médian, article que vous pouvez consulter en cliquant sur ce lien.  La source de cet article est évidemment identifiée, et il s’agit d’un tableau de Statistiques Canada, un organisme très crédible, quant à la précision de ses données.  Le tableau, utilisé dans l’article, est on ne peut plus clair; pendant que toutes les autres provinces ont vu le revenu médian de leur population augmenter, sur un horizon de 30 ans, couvrant la période de 1979 à 2009, le Québec a vu le sien diminuer de 4,1%, passant de 43,900$ à 42,100$.  En 1979, le Québec avait la 4e place, au niveau de cette mesure, derrière l’Ontario, l’Alberta, et la Colombie-Britannique, respectivement.  En 2009, notre société distincte se retrouvait au dernier rang, ex-aequo avec la Nouvelle-Écosse.  Ce qui veut donc dire que si la tendance se maintient toujours, le Québec se retrouve probablement, au moment où vous lisez ces lignes, avec le revenu médian le plus bas de tout le pays!

Comment il disait ça, le ministre des finances, Raymond Bachand, déjà?  Que l’important, c’est d’être heureux, comme peuple!  Est-ce à dire que les curés avaient raison, et que ce sont les pauvres, qui sont heureux?

Publicités

L’ex de Max Bernier: La pôv’ madame est dévastée!

Que vois-je à la une du Journal de Montréal* de ce matin?  Évidemment, la tronche de Julie Couillard, l’ex du ministre Maxime Bernier. Mais c’est surtout la phrase, que j’ai retenu; « Ma vie est détruite ».

En ouvrant le journal, c’est à dire en retirant le paquet de cahiers spéciaux (Votre argent, Votre maison, Votre week-end, Mes profits, etc.), et en regardant à la page 3, le titre de l’article est clair; « Julie Couillard dévastée« .  Mais bon, je prends le temps de lire.  Nicolas Dubois, celui qui signe le papier, dit que lors de son passage, hier, à son domicile de Laval, « elle était cernée, avait le teint pâle, et semblait avoir dormi peu depuis les derniers jours ».  Puis, après quelques secondes, probablement, puisque le scribe dit l’avoir rencontré « brièvement », elle aurait lancé « Vous, les journalistes, vous avez détruit ma vie », avant de refermer la porte calmement.  Pour raccourcir une longue histoire, mettons que la madame était maganée.  Avait-elle reçu des menaces d’autres membres de groupes criminalisés?  Avait-elle fait la fête jusqu’au milieu de la nuit?  Se serait-elle fait engueuler par des membres de sa famille?  La « machine politique » fédérale l’aurait-elle sommé de se tenir peinarde?  Je crois que nous n’en saurons jamais rien.  Nicolas Dubois ne dit pas, toutefois, à quelle heure il est passé, hier; si madame Couillard venait à peine de se lever, cela expliquerait également son air fatigué.

Évidemment, le Journal se défend bien d’avoir mis le nom de la madame en première ligne, reprochant au passage à La Presse de n’avoir pas brouillé la photo, contrairement à eux.  Bref, du vrai Journal de Montréal.  Il y a, bien entendu, un deuxième texte, cette fois de la Presse canadienne, qui raconte que selon Michel Juneau-Katsuya, un ancien membre du Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS), le risque était suffisamment « crédible » pour que madame Couillard fasse l’objet d’une enquête de sécurité.  Ceci dû au fait que la dame a fréquenté au moins deux membres de groupes criminalisés, dans les années 1990.  Mais ce n’est pas ce point que je veux commenter, ce matin.

En tous cas, une chose est certaine.  Si Julie Couillard aime les sensations fortes, elle en aura vécu pas mal, cette dernière semaine.  Et pas nécessairement celles qu’elle aime vivre.  Et là-dessus, il y a un point sur lequel je serai très honnête, et c’est le suivant.  Quand on ne veut pas se mouiller, on se tient loin de la piscine!  Il est tout à fait évident que si elle a accepté de fréquenter un ministre, et le fait qu’il soit fédéral ou provincial n’a aucune importance, elle devait aussi accepter le fait que des journalistes aillent fouiller un peu – beaucoup – dans sa vie passée, aussi privée puisse-t-elle être.  Et quand on a des squelettes dans son placard, la scène politique ne pardonne pas.  Parlez-en à André Boisclair.

En résumé, et ce même si, personnellement, elle n’a rien à se reprocher, Julie Couillard a tout simplement joué avec le feu.  Maintenant, elle est, pour ainsi dire, « brûlée ».  Et à moins qu’elle n’ait été entraînée de force dans toute cette histoire, elle n’a personne d’autre à blâmer qu’elle-même.

* Ben ouais, j’me suis fait prendre comme un débutant, et me v’là abonné pour 6 mois!

Conduire, c’est agréable: Encore faut-il l’avoir déjà fait!

Lors d’une visite sur le site cyberpresse.ca, je suis tombé sur un texte de Mathieu Perreault, publié mercredi dernier (19 mars), intitulé « Conduire, c’est agréable« .  J’avoue que ce papier donne une toute autre vision de l’automobile, face aux environnementalistes.  D’ailleurs, la dernière citation de Iain Borden, de la faculté d’architecture du University College de Londres, en dit long: « Au fond, la plupart des gens seraient contents de ne conduire que pour le plaisir, pas par obligation, surtout pas dans le trafic. Je pense que les messages trop négatifs les mettent sur la défensive, ils s’accrochent mordicus à leur voiture, même au prix d’embouteillages quotidiens. Et puis, comment voulez-vous qu’une personne qui semble détester conduire soit crédible quand elle donne des conseils aux automobilistes? »

Il est là, le message que je retiens de cet article.  C’est que la très grande majorité des activistes de l’environnement se classent en deux catégories; 1- des jeunes qui vivent encore chez papa/maman, et qui n’ont jamais tenu un volant entre leurs mains, ou 2- des gens d’âge plus mûr, comme Al Gore, qui roulent un gros SUV en culpabilisant tout-un-chacun, et qui résument leur discours à « faites ce que je dis, pas ce que je fais ».  Je suis convaincu que si l’on donnait la chance, à tous ces activistes, de prendre le volant d’une voiture excitante à conduire, et de faire une ballade de rêve, ils en redemanderaient presque tous!  Bref, en visant les automobilistes « at large », les environnementalistes se tirent dans le pied!

Je cherchais ce texte dans le site, afin de mettre le lien ici, et j’ai vu un autre article du même auteur, publié un mois auparavant, sous le titre « La fin du pétrole, pas de la voiture« .  Il parle cette fois de Iain Carson, journaliste au mensuel The Economist, et co-auteur du livre Zoom, qui élabore sur le fait que le pétrole ne pourra continuer d’augmenter indéfiniment, mais que la voiture est beaucoup trop pratique pour disparaître.

Il s’agit là d’un autre argument que j’utilise souvent pour plaider en faveur de l’achèvement du réseau routier supérieur dans le grand Montréal, et à travers tout le Québec.  D’intéressantes nouvelles technologies, beaucoup moins polluantes que le pétrole, sont présentement à l’étape du développement, et plus les prix du pétrole vont augmenter, plus la réalisation à grande échelle de ces nouvelles technologies seront imminentes.  Mais en bout de ligne, ces nouveaux véhicules auront besoin de routes, tout comme les véhicules actuels, et c’est pourquoi il faut compléter notre réseau routier, qui demeure une oeuvre inachevée.

Voici une liste, exhaustive et incomplète, des liens routiers à être complétés, dans le grand Montréal, afin d’obtenir un réseau routier fonctionnel et efficace.

Route De À Détails
A-13 nord A-640, Boisbriand A-50, Mirabel Construction de l’autoroute.
A-13 sud A-20, Lachine A-30, Châteauguay Tunnel sous le fleuve, et sous la réserve de Kahnawake.
A-15 sud A-10, Brossard Échangeur Turcot Doublement du pont Champlain, ajout d’une 3e voie sur Bonaventure.
A-15 nord Échangeur Décarie Rue Dudemaine, Montréal Construction d’un lien autoroutier direct entre les deux parties de l’A-15.  La section existante, de la rue Dudemaine à l’A-40, devient l’A-515.
A-19 nord A-40, Montréal Pont Papineau-Leblanc Construction de voies rapides, et d’un tunnel entre de Louvain et Henri-Bourassa.
A-19 nord Boulevard Dagenais, Laval A-640, Bois-des-Filion Compléter l’actuelle route 335 en autoroute, avec échangeurs complets.
A-19 sud A-40, Montréal Pont Jacques-Cartier Construction de voies rapides.
A-20 ouest Pont Galipeault Échangeur A-20/A-30/A-540 Construction de voies rapides, contournement du centre-ville de Dorion.
A-20 est Tunnel Viger Tunnel L.-H.-Lafontaine Compléter le projet Notre-Dame selon la version de l’an 2000, ramener l’A-20 à son tracé original, doublement du tunnel L.-H.-Lafontaine.
A-25 nord Boulevard Henri-Bourassa, Montréal A-440, Laval Nouveau pont, raccordement des deux parties actuelles de l’A-25 (en cours de réalisation).
A-30 ouest Boulevard Jean-Leman, Candiac Échangeur A-20/A-30/A-540 Raccordement des parties existantes de l’A-30 (en cours de réalisation).
A-40 est Montréal Terrebonne Doublement du pont Charles-de Gaulle.
A-440 ouest A-13, Laval A-20, Baie-d’Urfé Construction de l’autoroute.
A-440 est A-25, Laval A-40, Montréal Construction de l’autoroute.
A-640 ouest Route 344, Saint-Joseph-du-Lac A-40, Hudson Construction de l’autoroute.
A-640 est A-40, Charlemagne A-30, Varennes Construction de l’autoroute.
A-730 A-30, Saint-Constant A-15, Candiac Construction de voies rapides sur l’emprise de la route 132.
Route 132 Boulevard de Montarville, Boucherville A-640, Varennes Construction de voies rapides, avec échangeurs complets.

Évidemment, il n’y a pas de date pour la réalisation de ces ouvrages, parce que premièrement, il serait impossible de tout faire en même temps, et deuxièmement, il faudrait y aller par ordre de priorités.  Mais un jour ou l’autre, il faudra bien le faire.

Québec solidaire: Pauline 1ère serait alarmiste dans son discours

La Presse canadienne nous informe que la formation de gauche Québec solidaire s’inquiète du discours de Pauline 1ère, selon ce qu’aurait soutenu Amir Khadir, lors d’une conférence de presse à Québec.

Que le discours de Pauline 1ère soit inapproprié, compte tenu que les « problèmes de langue » vécus à Montréal n’ont rien à voir avec l’immigration, je suis acheteur.  C’est la suite des propos de Khadir qui me laissent croire que ce parti ne sera jamais crédible.  QS songe à offrir des cours de français « sans durée limitée », et ce autant aux immigrants qu’aux québécois dits « de souche », le tout évidemment financé par l’état.  Je vois d’ici le résultat d’une telle approche; les « flancs mous » qui usent leurs fonds de culottes dans des départements de sciences molles de nos université pourraient continuer à « étudier » la langue, et nous trouveraient de beaux mots à 200$, comme « prolétaire », ou « oligarchie », alors que dans les faits, ils ne demeureraient que des gosses de riches financés par vous et moi.  Ben mieux que ça; les cours seraient offerts sur les heures de travail, et les frais seraient à la charge de l’état et de l’employeur.  Je présume qu’une fois la langue française suffisamment acquise, le « travailleur-étudiant » pourra aussi se « mettre sur la CSST », et en profiter pour poursuivre ses études à l’université, le tout sur le bras de son boss.

Quant au programme économique de cette formation de la go-gauche, Amir Khadir a déclaré qu’un état sous QS n’investirait que dans des projets à « valeur sociale et environnementale », et ce quitte à ce que l’économie batte de l’aile.  Quand on constate ce que le PQ a fait à l’économie québécoise, et que l’on sait que QS est encore pire, on peut déjà passer un coup de fil à son syndic.

Vous comprenez maintenant pourquoi je les surnomme « Québec suicidaire ».