Expulsée à cause de son niqab: Faudrait cesser de prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages!

Vous avez sûrement entendu parler de cette histoire de l’étudiante en francisation, d’origine égyptienne, Naïma Atef Amed, qui s’est fait expulser de son cours, en novembre dernier, parce qu’elle refusait de retirer son niqab (voile intégral).  Plusieurs opinions divergentes se sont exprimées, dont celle de Richard Martineau, publiée hier, et encore aujourd’hui, dans le journal de Montréal, puis celle de la principale intéressée, recueillie par l’agence QMI, et publiée aujourd’hui, mais également hier, sur le site web Canoë.

À la base, je ne suis pas contre l’immigration; j’ai moi-même immigré, sur une échelle beaucoup moindre, j’avoue, de ma Mauricie natale jusqu’à Terrebonne, en passant par d’autres villes de la région de Lanaudière, et le grand Montréal.  J’ai une petite idée de ce que représente tout laisser derrière soi pour aller s’établir ailleurs, même si mes migrations ne furent que locales.  J’imagine que cela demande énormément de courage, quand on le fait à une échelle planétaire.  Par contre, il faut bien comprendre certaines choses, certains détails des us et coutumes du pays où l’on va s’établir, car sinon, on risque de courir de déception en déception.

Par exemple, Naïma reproche au ministère de l’immigration de “l’avoir isolée de la société”, en l’expulsant de son cours de francisation, et ce faisant, de lui faire vivre des moments éprouvants, et de se sentir humiliée.  “Je veux apprendre le français pour pouvoir travailler, avec tout ce qui se passe, ils m’ont enlevé tout espoir et ils ont détruit mes rêves”, dit-elle dans l’article de l’agence QMI.  Le même article mentionne également qu’elle voulait apprendre le français dans le but de pratiquer sa profession de pharmacienne.  Voici donc une première désillusion; personne ne lui a dit qu’au Québec, même les hommes achètent des pilules?  Si elle a dû demander toutes sortes d’accommodements, afin d’éviter que des hommes puissent la regarder dans les yeux, qu’en sera-t-il, le jour où elle oeuvrera dans une pharmacie?  J’imagine le gars qui se demande s’il devrait se faire prescrire du Viagra, ou du Cialis, et qui, avant de consulter, commence par vouloir en discuter avec un pharmacien, et qui tombe sur elle.  Elle va se cacher derrière son comptoir?  Le job de pharmacien est justement de conseiller les gens sur les différents médicaments existants; si elle ne peut soutenir le regard d’un homme, comment fera-t-elle pour le conseiller?

Pour ma part, je crains fort que Naïma se soit fait des rêves plus grands que nature, quand elle a émigré au Québec.  Or, il faudrait peut-être commencer par cesser de prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages; quand on veut exercer une profession qui nous met en contact direct avec le public, il faut être capable de supporter le regard du public, que celui-ci soit homme ou femme.  Au risque de passer pour un parano, Richard Martineau va même jusqu’à se demander si cette femme n’a pas été envoyée par des extrémistes, pour tester les limites de notre système.  Je n’irai pas jusque là, quoique ce serait tentant.  Je crois plutôt que Naïma a fait comme la très grande majorité des femmes musulmanes qui émigrent au Québec; elle a tout simplement… suivi son mari.

Publicités

Pont Champlain: Depuis le temps que j’en parle!

Cela fait plusieurs mois que je dis qu’il faut faire quelque chose pour le pont Champlain, et le pont-tunnel Lafontaine, qui ne suffisent plus à la tâche.  Je parle de les doubler tous les deux, et ce depuis que le blogue est ouvert.  Alors voilà que le Journal de Montréal fait sa une, ce matin, avec un nouveau pont Champlain.

Par contre, n’allez pas vous imaginer que les travaux vont commencer cet automne.  On parle d’un horizon de 10 à 15 ans.  Dans les faits, le gouvernement du Canada vient à peine de commander les études et scénarios nécessaires afin d’aller de l’avant,  Donc, cela veut dire que j’aurai ma pension de vieillesse quand je roulerai dessus.  Si la pension de vieillesse existe encore à ce moment-là, évidemment.  Comme dans tous les projets du genre, il faudra des études (celles commandées par le fédéral), des contre-études, les environnementalistes vont s’y opposer, et il y aura probablement même des procès, comme dans le cas du nouveau pont de l’A-25.

Puisque je réclamais son doublement depuis un bon bout de temps, je propose six voies par direction, dont une réservée en tout temps au transport en commun.  Attendons de voir ce que le gouvernement fédéral va nous présenter, de son côté.  On dit qu’il n’est pas exclu qu’une place soit accordée à un système léger sur rails (SLR), ce qui, à mes yeux, représente la plus grande connerie imaginable.  Je m’explique.

Quand un train est rempli à capacité, et que la clientèle augmente, il faut commander des rames supplémentaires, ce qui exige des déboursés incroyables, et des délais interminables.  Regardez toute l’affaire des nouvelles rames de métro; cela vous donnera une idée des délais.  Si le service est assuré par des autobus, dans le pire des cas, on peut louer des véhicules supplémentaires en quelques heures, tout au plus, en attendant de recevoir de nouveaux autobus.  Les tramways furent retirés des rues du grand Montréal pour une question de flexibilité, alors on ne viendra pas me faire croire que cette flexibilité n’est plus nécessaire aujourd’hui.  Un système sur rails, léger ou non, signifie des infrastructures dispendieuses, qui ne peuvent pas être partagées par d’autres équipements, contrairement aux voies réservées pour les bus, qui peuvent aussi servir aux taxis, par exemple, ou aux adeptes du covoiturage.  Et de toute façon, on va le faire arriver où, le SLR?  Au terminus centre-ville, déjà en surcharge, au point que l’AMT va établir bientôt, si ce n’est déjà fait, des arrêts sur le boulevard René-Lévesque?

Pour l’instant, très peu de détails sont sortis, sur ce nouveau pont Champlain.  Le JdeM a le scoop, sur ce projet, qui deviendra certainement une promesse électorale, afin de faire élire quelques candidats conservateurs dans le grand Montréal.  En bout de ligne, voilà de quoi alimenter une bonne demi-douzaine de campagnes électorales fédérales, à part celles des autres paliers de gouvernement.

AJOUT – 29 août 2008

Ceci n’est qu’un petit croquis fait rapidement, et n’est pas à l’échelle.

La configuration que je propose pourrait se décrire comme un 5-2-5, c’est à dire cinq voies de circulation dans chaque direction, et deux voies centrales, réservées en tout temps aux autobus et aux taxis.

Conduire, c’est agréable: Encore faut-il l’avoir déjà fait!

Lors d’une visite sur le site cyberpresse.ca, je suis tombé sur un texte de Mathieu Perreault, publié mercredi dernier (19 mars), intitulé « Conduire, c’est agréable« .  J’avoue que ce papier donne une toute autre vision de l’automobile, face aux environnementalistes.  D’ailleurs, la dernière citation de Iain Borden, de la faculté d’architecture du University College de Londres, en dit long: « Au fond, la plupart des gens seraient contents de ne conduire que pour le plaisir, pas par obligation, surtout pas dans le trafic. Je pense que les messages trop négatifs les mettent sur la défensive, ils s’accrochent mordicus à leur voiture, même au prix d’embouteillages quotidiens. Et puis, comment voulez-vous qu’une personne qui semble détester conduire soit crédible quand elle donne des conseils aux automobilistes? »

Il est là, le message que je retiens de cet article.  C’est que la très grande majorité des activistes de l’environnement se classent en deux catégories; 1- des jeunes qui vivent encore chez papa/maman, et qui n’ont jamais tenu un volant entre leurs mains, ou 2- des gens d’âge plus mûr, comme Al Gore, qui roulent un gros SUV en culpabilisant tout-un-chacun, et qui résument leur discours à « faites ce que je dis, pas ce que je fais ».  Je suis convaincu que si l’on donnait la chance, à tous ces activistes, de prendre le volant d’une voiture excitante à conduire, et de faire une ballade de rêve, ils en redemanderaient presque tous!  Bref, en visant les automobilistes « at large », les environnementalistes se tirent dans le pied!

Je cherchais ce texte dans le site, afin de mettre le lien ici, et j’ai vu un autre article du même auteur, publié un mois auparavant, sous le titre « La fin du pétrole, pas de la voiture« .  Il parle cette fois de Iain Carson, journaliste au mensuel The Economist, et co-auteur du livre Zoom, qui élabore sur le fait que le pétrole ne pourra continuer d’augmenter indéfiniment, mais que la voiture est beaucoup trop pratique pour disparaître.

Il s’agit là d’un autre argument que j’utilise souvent pour plaider en faveur de l’achèvement du réseau routier supérieur dans le grand Montréal, et à travers tout le Québec.  D’intéressantes nouvelles technologies, beaucoup moins polluantes que le pétrole, sont présentement à l’étape du développement, et plus les prix du pétrole vont augmenter, plus la réalisation à grande échelle de ces nouvelles technologies seront imminentes.  Mais en bout de ligne, ces nouveaux véhicules auront besoin de routes, tout comme les véhicules actuels, et c’est pourquoi il faut compléter notre réseau routier, qui demeure une oeuvre inachevée.

Voici une liste, exhaustive et incomplète, des liens routiers à être complétés, dans le grand Montréal, afin d’obtenir un réseau routier fonctionnel et efficace.

Route De À Détails
A-13 nord A-640, Boisbriand A-50, Mirabel Construction de l’autoroute.
A-13 sud A-20, Lachine A-30, Châteauguay Tunnel sous le fleuve, et sous la réserve de Kahnawake.
A-15 sud A-10, Brossard Échangeur Turcot Doublement du pont Champlain, ajout d’une 3e voie sur Bonaventure.
A-15 nord Échangeur Décarie Rue Dudemaine, Montréal Construction d’un lien autoroutier direct entre les deux parties de l’A-15.  La section existante, de la rue Dudemaine à l’A-40, devient l’A-515.
A-19 nord A-40, Montréal Pont Papineau-Leblanc Construction de voies rapides, et d’un tunnel entre de Louvain et Henri-Bourassa.
A-19 nord Boulevard Dagenais, Laval A-640, Bois-des-Filion Compléter l’actuelle route 335 en autoroute, avec échangeurs complets.
A-19 sud A-40, Montréal Pont Jacques-Cartier Construction de voies rapides.
A-20 ouest Pont Galipeault Échangeur A-20/A-30/A-540 Construction de voies rapides, contournement du centre-ville de Dorion.
A-20 est Tunnel Viger Tunnel L.-H.-Lafontaine Compléter le projet Notre-Dame selon la version de l’an 2000, ramener l’A-20 à son tracé original, doublement du tunnel L.-H.-Lafontaine.
A-25 nord Boulevard Henri-Bourassa, Montréal A-440, Laval Nouveau pont, raccordement des deux parties actuelles de l’A-25 (en cours de réalisation).
A-30 ouest Boulevard Jean-Leman, Candiac Échangeur A-20/A-30/A-540 Raccordement des parties existantes de l’A-30 (en cours de réalisation).
A-40 est Montréal Terrebonne Doublement du pont Charles-de Gaulle.
A-440 ouest A-13, Laval A-20, Baie-d’Urfé Construction de l’autoroute.
A-440 est A-25, Laval A-40, Montréal Construction de l’autoroute.
A-640 ouest Route 344, Saint-Joseph-du-Lac A-40, Hudson Construction de l’autoroute.
A-640 est A-40, Charlemagne A-30, Varennes Construction de l’autoroute.
A-730 A-30, Saint-Constant A-15, Candiac Construction de voies rapides sur l’emprise de la route 132.
Route 132 Boulevard de Montarville, Boucherville A-640, Varennes Construction de voies rapides, avec échangeurs complets.

Évidemment, il n’y a pas de date pour la réalisation de ces ouvrages, parce que premièrement, il serait impossible de tout faire en même temps, et deuxièmement, il faudrait y aller par ordre de priorités.  Mais un jour ou l’autre, il faudra bien le faire.

Interventions gouvernementales: Les USA vont contester

Voilà ce qui arrive quand on veut trop intervenir.  Selon la chaîne ARGENT, le gouvernement américain souhaite obtenir une procédure d’arbitrage parce qu’il considère les plans de sauvetage de l’industrie forestière du Québec (2 milliards$) et de l’Ontario (3 G$) comme des subventions indirectes, ce qui enfreindrait l’accord sur le bois d’oeuvre, conclu entre le Canada et les USA en 2006.

En gros, l’industrie forestière a subi plusieurs contrecoups, tous dûs à un manque de vision à long terme.  D’abord, au niveau des pâtes et papier, une syndicalisation trop forte a privé les usines des fonds nécessaires à leur modernisation.  Aussi, un autre joueur est venu déranger le portrait; la Chine exporte du papier pour beaucoup moins cher que le papier canadien.  Comme les salaires sont trop élevés, et que les syndicats ne veulent pas vraiment concéder, les papetières se regroupent, pour tenter de réaliser des économies d’échelle, et n’ont pas d’autre choix que de fermer des usines, comme la Belgo, à Shawinigan, propriété d’AbitibiBowater.  Du côté du bois d’oeuvre, une entente est survenue en 2006 entre le Canada et les USA à ce sujet, mais à ce moment-là, le dollar canadien, qui fluctuait entre 86 et 90 cents US, permettait toujours d’exporter le bois d’oeuvre et de faire des profits intéressants, même s’ils n’étaient pas comparables à ceux du début des années 2000, alors que le dollar canadien se négociait à 62¢ US.  Est ensuite arrivée la poussée du dollar canadien – à moins que ce soit l’effondrement du dollar américain – qui a changé toute la donne.  La situation devenait plus enviable pour nos voisins du Sud, cette fois.

Les gouvernements du Québec et de l’Ontario ont choisi de faire une intervention massive dans le but d’aider les villes aux prises avec les problèmes découlant de cette situation.  Il n’en fallait pas plus pour que les USA se plaignent; après tout, ils ont signé un « deal » avec nous il y a moins de deux ans, et ils s’attendent à ce qu’il soit respecté.  Aussi, ils vont tenter d’examiner le plus soigneusement possible ces interventions gouvernementales afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une aide indirecte à l’industrie forestière comme tel.

Finalement, il s’agit encore une fois des conséquences d’une vision à court terme, autant de la part des syndicats que des gouvernements.  Les syndicats n’ont jamais cessé de traire une vache sur le point d’être tarie, alors que les gouvernements, particulièrement celui du Québec en ce qui a trait aux droits de coupe, se sont enfargé trop longtemps dans leurs lacets de bottines.  Maintenant, comme à toutes les fois où un gouvernement intervient, il ne reste plus qu’à ramasser les pots cassés.